1. // Barrage L1/L2
  2. // Troyes-Lorient

VA-Cannes, le dernier barrage

Les 4 et 9 juin 1993 se disputait le dernier barrage pour une place en première division française. Entre le Cannes de Luis Fernandez, surgi de nulle part, et un Valenciennes menacé de relégation, le débat d’entre-deux-saisons s’est plus joué dans les têtes que sur le terrain. Dans la tourmente du scandale de corruption, les Nordistes se sont fait emporter par la furia azuréenne.

Modififié
« C’était quelle année encore ? Ah oui 1992-1993, l’année de la fameuse affaire, pffolala... » Jérôme Foulon a encore des frissons rien qu’à l’évocation de cette année cauchemardesque pour l’US Valenciennes-Anzin. D’abord celle d’une désillusion sportive, les hommes de Boro Primorac ayant raté le maintien direct en Division 1 à cause d'un petit point manquant pour revenir sur leur voisin du LOSC. « Pour un promu, on avait une belle équipe avec Goran Bošković, Kálmán Kovács, Wilfried Gohel. Mais on n’a pas su mettre tous les ingrédients sur le terrain, constate amèrement Jérôme Foulon, alors jeune milieu de terrain de VA. Peut-être à cause d’une ambiance très moyenne au sein du groupe, avec les jeunes d’un côté les vieux de l’autre. On ne sentait pas un groupe très uni en tout cas. » Mais ces problèmes de vestiaire ne sont rien par rapport à la déflagration qui va suivre : l’affaire de corruption VA-OM, révélée deux semaines avant les barrages et encore présente dans toutes les têtes. Pour ne rien arranger, les Nordistes ont un passif plutôt négatif avec les barrages, restant sur deux échecs face à Strasbourg en 1990 et Lens en 1991. « Il faut voir dans quel contexte on a abordé ces barrages. C’était terrible pour nous, se remémore Jérôme Foulon, aujourd’hui entraîneur du FC Maubeuge. Je ne vais pas dire que c’était mission impossible, mais on partait avec un gros handicap. »


Un euphémisme pour un club qui s’apprête à jouer sa survie face à une équipe qui, elle, est dans un état d’esprit totalement différent. En ce printemps 1993, l’AS Cannes est sur un nuage, après avoir écarté Caen et Rennes de la campagne de play-off. « Notre saison était assez exceptionnelle, parce qu’on partait de loin. On était huitièmes à la trêve, Luis Fernandez reprend les rênes de l’équipe en décembre et la ramène à la deuxième place, synonyme de barrages » , rembobine Franck Priou, meilleur buteur de D2 cette saison-là. Luis attaque sa carrière d’entraîneur dans un club où il jouait encore en début de saison. « J’ai tout vécu avec Cannes : le maintien, l’Europe, la relégation. Et à l’époque, c’était compliqué de remonter. Tu ne pouvais pas faire l’ascenseur comme aujourd’hui, recontextualise l’ex-international. Il fallait rassembler les énergies, reconstruire un groupe et remettre en concurrence des joueurs avec qui j’avais joué quelques mois auparavant. Le président Francis Borelli m’a demandé de reprendre le groupe et les mecs ont été réceptifs. » Pour réaliser la remontada, les Azuréens pouvaient compter sur un mélange de vieux grognards et de jeunes formés au club. « Madar, Priou, Durix, Micoud, Lemasson, Sauvaget, Lestage... Je ne pourrais faire que des éloges sur eux, énumère l’actuel consultant de beIN Sports. Pour jouer ensemble, il faut avoir des liens, des connivences. Et on avait tout ça avant d’aborder les barrages. » Le bonheur de cette « équipe de copains » , selon Franck Priou, rayonne jusque dans le nord de la France. « Il y avait d’un côté une équipe soudée et enjouée de partager ça ensemble, de l’autre une équipe qui a vécu une saison terne, compare Wilfried Gohel, l’attaquant valenciennois de l’époque. C’était compliqué de rivaliser. »

Cannes ouvre les VAnnes


Le 4 juin dans un stade Nungesser à moitié plein, tous les paramètres semblent indiquer que le match est joué avant d’avoir commencé, effaçant instantanément l’écart supposé entre des équipes de D1 et de D2. « En arrivant à Valenciennes, on savait qu’ils n’étaient pas sereins avec cette affaire de match truqué, raconte Franck Priou. En tant que Sudistes, on nous a assimilés à Marseille et l’accueil n’a pas forcément été très favorable. On savait qu’on avait l’avantage, VA était dans la tourmente, mais il fallait ensuite le mettre en pratique sur le terrain. » L’exercice du barrage mettant déjà les nerfs à rude épreuve en temps normal, il devient presque un calvaire pour les jeunes valenciennois. « On a été plusieurs à faire le match pendant notre nuit de sommeil » , avoue Jérôme Foulon. Pour Wilfried Gohel, ce match était le dernier dans le stade qui l’a vu grandir, alors que son transfert à Strasbourg était déjà acté. « J’avais un poids supplémentaire : je voulais partir la conscience tranquille en laissant Valenciennes au plus haut. Mickey Madar, un vrai pote que j’avais connu en sélection jeune, m’avait dit en rigolant : "Allez Will, tu t’en fous toi ! Tu vas jouer en D1 l’année prochaine avec Strasbourg, laisse nous gagner !"Vu mon tempérament, c’était peine perdue. »

Pourtant, les doutes nordistes se confirment rapidement sur le terrain : les Ascéites prennent l’avantage grâce à Jean-Michel Capoue, qui croise parfaitement sa frappe au bout d’un contre (26e). « On marque au bon moment. Ça leur a cassé les pattes et comme ils avaient la tête ailleurs, ils ont lâché mentalement. Et puis on marque à un quart d’heure de la fin. D’ailleurs, j’y ai laissé mon nez, lâche Franck Priou, l’auteur du but du break. Patrice Sauvaget récupère un ballon sur la gauche, fixe la défense et centre de l’intérieur du pied droit au niveau des six mètres. Je fais une première tête qui élimine le gardien, une deuxième où je devance David Régis. Moi je prends le ballon, lui mon nez. Le ballon finit au fond des filets et moi avec une fracture ouverte. Quand je me réveille à l’hôpital, on me dit que j’ai marqué et qu’on a gagné 2-0. C’est le plus beau but de ma carrière, parce que c’est le seul que je n’ai pas pu le célébrer. Enfin, je l’ai célébré à l’hôpital... » La furia cannoise a laissé des traces, et pas seulement sur le visage de l'avant-centre azuréen. « On passe à côté de notre match face à une équipe hyper motivée, débriefe Wilfried Gohel. Mais à 2-0, on sait qu’on ira à Cannes avec un tout autre état d’esprit : on n'a plus rien à perdre et on doit tout mettre dans la bataille. »


Cinq jours plus tard, tout ce petit monde se retrouve sur la Croisette pour la revanche. Pour les visiteurs, cette petite escapade, loin du climat pesant de Valenciennes, semble faire le plus grand bien. « Il y avait une superbe ambiance dans ce stade de la Bocca, se souvient Jérôme Foulon. Sur le terrain, il y avait de l’engagement, mais toujours dans les règles du jeu. On sentait qu’on pouvait mettre cette équipe cannoise un peu plus en difficulté. » Au bout de douze minutes de jeu, Michaël Madar douche les maigres espoirs nordistes, pendant que les 10 000 spectateurs du stade Pierre-de-Coubertin sentent l’exploit prendre forme. « Ce but est une vraie claque, concède Gohel. Il n’y a pas besoin de sortir de HEC pour comprendre que mettre quatre buts alors qu’on n’a pas su le faire en 102 minutes, c’est chaud. » Les joueurs du Hainaut arrivent finalement à égaliser par Arnaud Duncker à la demi-heure de jeu, insuffisant pour renverser la vapeur.

VA à la peine, Cannes dans la benne


Le coup de sifflet final d'Alain Sars sonne aussi la fin du chemin de croix de VA. « Je me souviens qu’à la fin du match, les Cannois ont été compatissants avec nous » , souligne Wilfried Gohel, qui n’en voudra pas longtemps à ses bourreaux d’un soir, puisqu'il signera en 1998 pour l’ASC et tient aujourd’hui un restaurant dans la région à Mandelieu-la-Napoule. Pendant ce temps, Cannes explose et s’apprête à vivre une longue nuit de fête. « Comme rien n’était sûr, on a un peu improvisé, sourit Luis Fernandez. On a fini par défiler sur un camion benne vers la mairie et la Croisette. Ça restera un des meilleurs souvenirs de ma carrière d’entraîneur. C’était une vraie aventure humaine. Pour un jeune entraîneur, bosser avec des garçons de cette qualité est une chance et je ne suis pas sûr qu’il en reste beaucoup comme ceux-là. » Franck Priou, lui, a suivi le match retour depuis le banc de touche, se remettant à peine de son opération. « J’étais un peu en retrait parce que je sortais de l’hôpital. Il ne fallait pas que je me mêle trop à la foule pour éviter de me reprendre un coup par-dessus. Ma femme m’a hyper surveillé pour que je ne fasse pas trop le con. »


Bien qu’il ait perdu connaissance pendant la semaine, l’attaquant considère ces barrages comme un acte fondateur pour le club de la Bocca. « J’en parle encore aujourd’hui parce que c’est une expérience unique. Passer ces barrages sans en perdre un, en privilégiant toujours le jeu, c’est gros. Surtout qu’on se sert de cette dynamique pour démarrer la saison suivante en D1. On est premiers au bout de quatre ou cinq journées, en battant l’OM champion d’Europe en titre, Saint-Étienne et en faisant match nul contre Bordeaux. Terminer sixièmes, qualifié pour la Coupe de l’UEFA, c’est exceptionnel pour un promu. » Pour Valenciennes, c’est au contraire « un coup de bâton qui a fait énormément de mal au club » , pour reprendre les mots de Wilfried Gohel. Après l’affaire VA-OM et cette relégation en D2, les Nordistes vont tomber en National, puis en CFA en 1996. « Je pense qui si on s’était sauvé, le club aurait su conserver ses meilleurs joueurs, estime Jérôme Foulon. En tout cas pour ma part, je serais resté, car mon vœu au départ était de jouer toute ma carrière dans un seul club. Mais avec tout ça, c’est parti dans tous les sens et beaucoup ont préféré quitter le club. » Et si VA avait joué ce match face à Marseille à fond, ils n’auraient peut-être pas eu à s’empêtrer dans le bourbier des barrages.



Par Mathieu Rollinger Propos recueillis par MR, sauf ceux de Luis Fernandez par Florian Lefèvre.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

L'amour Durix Niveau : District
Ah, enfin un article où je suis (presque) cité ! Pour un des premiers matches qu'il m'ait été donné de voir en intégralité à la télévision, à une époque où il y avait encore des rencontres gratuites. Une belle équipe de Cannes qui faisait descendre VA qui, même sans être supporter marseillais, avait peu de capital sympathie en raison des prémices de l'affaire VA-OM.
Et l'AS Cannes qui disputera quelques années plus tard la coupe d'europe avec un jeune milieu récupérateur aux grands compas.
Purée, j'ai l'impression que ça fait au moins vingt ans !
Julien VA
Cela me fait toujours bondir quand je lis des phrases lapidaires du type "VA qui, même sans être supporter marseillais, avait peu de capital sympathie en raison des prémices de l'affaire VA-OM" qui font planer un doute accusateur sur l'équipe de Valenciennes et légitimerait des représailles. C'est à cause de ce type de raisonnement et amalgame que les joueurs et supporters de VA ont connu une année cauchemardesque en D2 la saison suivante, insultés voire plus sur quasi tous les terrains alors qu'eux et le club n'étaient responsables de rien. Vous n'êtes pas supporter de l'OM mais vous omettez bien de préciser le contexte de l'affaire et de rappeler que les corrupteurs étaient le club marseillais et que les corrompus de VA étaient des joueurs qui faisaient leur première saison au club (Robert, Burruchaga), qui n'y étaient pas attachés et qui n'ont eu aucune peine à le trahir, contrairement à Glassmann, un historique, qui lui a dénoncé l'affaire. Mais c'est ce dernier que la majorité du "peuple français" du football et d'ailleurs a vilipendé. Terrifiant... Maintenant le temps et les différentes révélations ont fait leur oeuvre et les gens ont finalement appris à respecter le pot de terre dans cette affaire, mais, désolé de faire ce hors-jeu, je ne peux m'empêcher de rétablir certaines vérités quand on parle de cette époque. Sinon belle équipe de Cannes à l'époque en effet et résultat logique vu les dynamiques des deux clubs.
1 réponse à ce commentaire.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  04:59  //  Aficionado de l'Argentine
Madar, Priou, Durix, Micoud... Des noms qui fleurent bien notre bonne vieille D1 des 90's.
En tout cas, l'AS Cannes aura vu passer de sacrés joueurs dans les 80's et 90's !
il y a 1 heure Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 5 il y a 2 heures Ronaldinho régale au beach soccer 14
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 5 Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 31
samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 7 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 10 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 14 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26