1. //
  2. // Manchester Utd/Chelsea

United veut finir le travail

Dans le seul quart de finale encore indécis, Manchester, fort de sa courte victoire à Stamford Bridge, a les cartes en main pour atteindre le dernier carré de la Champions. Mais attention à ne pas enterrer trop vite des Blues qui ont pris l'habitude de la faire à l'envers aux Red Devils.

Modififié
0 1
Rien ne sert de courir, l'important, c'est de finir fort. L'adage n'existe pas encore, mais pourtant, il est sur le point de faire ses preuves dans le nord de l'Angleterre. Mollasson, tristounet et décimé pendant les deux tiers de la saison, Manchester United fait aujourd'hui figure d'archi-favori dans les deux compétitions domestiques les plus importantes, et il est, parmi les huit quarts de finalistes encore en course en C1, celui dont la présence en finale le 28 mai prochain à Wembley fait le moins de doutes après les matchs aller. A en juger par la maîtrise avec laquelle les Red Devils sont venus à bout de Fulham ce week-end tout en jouant à l'économie, le constat crève les yeux : la confiance est bien revenue dans le camp rouge et noir. Quant à Ferguson, le temps où il devait bricoler avec des réservistes (Obertan, Bebe, Evans) pour composer son onze semble lointain. Parmi les joueurs majeurs de l'effectif mancunien, seul Fletcher manque à l'appel. Le manager écossais aura donc l'embarras du choix pour préparer son quart retour face à Chelsea.

Chelsea, justement, a de son côté emprunté le chemin inverse. Après avoir démarré la saison comme des dératés, les Blues, qui affichaient une différence de buts de +20 après cinq journées, se sont effondrés, victimes d'un effectif quantitativement trop juste. Pire, eux qui ont selon toute vraisemblance dit adieu à leur titre de roi d'Angleterre sont sur le point d'en faire de même avec leur rêve de sacre européen dont ils furent souvent si proches. Le but inscrit par Wayne Rooney mercredi dernier sur la pelouse de Stamford Bridge, compilé au manque de veine auquel ont dû faire face les londonien, pèse actuellement très lourd. Voilà Chelsea condamné à marquer deux fois à Old Trafford, pile au moment où MU peut à nouveau compter sur sa charnière centrale Ferdinand-Vidic, référence mondiale absolue depuis 2007. A en voir le bilan des hommes de Sir Alex au Vieux Trafford cette saison, il est clair que la mission des Blues s'annonce compliquée (24 matchs, 21 victoires et 3 nuls toutes compétitions confondues). Sauf que. Sauf que ce sont ces mêmes Blues qui ont infligé à Rooney et les siens leur dernière défaite à domicile en date. C'était il y a un an, plus ou moins à la même époque, et dans des circonstances similaires : Manchester était également en « ballottage favorable » , cette fois-ci pour aller conquérir un quatrième titre d'affilée. United avait besoin d'un nul, Chelsea d'une victoire, et deux buts de Joe Cole et Drogba (2-1) avaient scellé l'affaire en même temps que le sort du championnat.

Tout ça pour dire qu'en Europe, Chelsea est certainement l'équipe la mieux armée pour inverser la tendance, aussi favorable aux mancuniens soit-elle -MU n'a jamais été éliminé d'une Coupe d'Europe après avoir gagné la première manche à l'extérieur. C'est peut-être pour cela que Ferguson s'efforce de mettre en garde ses joueurs contre tout excès de confiance, le même qui a vu ses joueurs trébucher face au Bayern l'an passé au bénéfice du but à l'extérieur, après trente premières minutes pourtant complètement à leur avantage : « C'était une énorme déception. Nous menions 3-0, et nous aurions pu en mettre quatre ou cinq. Puis nous avons pris un but juste avant le repos, ce qui a changé l'état d'esprit des deux équipes au retour des vestiaires. Rafael s'est ensuite fait expulsé. Puis nous avons craqué et pris un deuxième but. La concentration, à ce stade de la compétition, c'est vital » . Pour en avoir manqué, les Mancuniens avaient alors regardé leurs bourreaux se tirer aisément d'une demi-finale largement à leur portée, face à Lyon, et rejoindre tranquillement la finale. Un scénario qui pourrait bien se répéter si United retombe dans ses travers du début de saison.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1