United en galère

Le Bayern Munich s’est assuré la première place du groupe le plus difficile de cette Ligue des champions, à une journée de la fin, en battant facilement Villarreal (3-1) grâce à un excellent Ribéry. Si le Real Madrid et l’Inter terminent aussi premiers, Manchester United, tenu en échec par Benfica (2-2), devra aller chercher sa qualification à Bâle dans deux semaines.

Modififié
4 7
Le Bayern n’a pas manqué l’occasion de se qualifier en disposant assez facilement de Villarreal (3-1), s’assurant même la première place du groupe de la mort une journée avant le terme de ce premier tour. Costaud. Ce soir, c’était un peu le choc des extrêmes à l’Allianz Arena, entre un Bayern candidat à la Ligue des champions et un Villarreal qui n’y a pas pris un point. Dans les zéro degré de Munich, la deuxième titularisation d’affilée de Robben est passée inaperçue à côté de la performance de haut vol de son acolyte du couloir gauche, Franck Ribéry. Le Français a ouvert et bouclé les débats, sur deux bons services de Kroos, lui aussi en pleine bourre. En plus d’être à la rue, Villarreal n’a pas été verni, puisqu’un pénalty évident après une main de Lahm dans sa surface lui a été refusé, et que le deuxième but bavarois, celui de Gomez (son sixième en cinq matchs), était légèrement hors-jeu. La réduction du score de De Guzman est anecdotique, tant les Espagnols étaient inférieurs aux Allemands. Ca ne sent pas bon pour City tout ça.

MU en difficulté

Ce n’était d’ailleurs pas la soirée des Manchester, puisque United a été tenu en échec à Old Trafford par Benfica (2-2), lui laissant la première place du groupe. Sans Rooney ni Welbeck, c’est avec Berbatov en pointe, soutenu par Young, que la bande à Ferguson s’est présentée face aux Portugais. En trois minutes, les Mancuniens se mettent déjà dans la merde en marquant contre son camp. Merci Jones. Mais Berbatov, hors-jeu, égalise à la demi-heure de jeu. La deuxième mi-temps est très intense, et Benfica tient tête au champion d’Angleterre en titre. Fletcher donne l’avantage aux Red Devils, mais Aimar égalise dans la foulée. L’Argentin aurait même pu offrir les trois points aux siens, mais les Portugais se contentent largement du nul, qui leur garantit quasiment la première place du groupe. Il leur suffira de battre l’Otelul Galati à Lisbonne.
Bâle, qui s’est fait une petite frayeur contre les Roumains, aura droit à sa finale dans deux semaines au St Jakob Park, où il recevra Manchester United, qu’il avait sacrément emmerdé à l’aller à Old Trafford. Une victoire, et ils infligeraient à Manchester une des pires déconvenues de son histoire européenne. Ce soir, c’est encore le duo 100% local Streller-Alexander Frei qui a fait la différence, l’ancien Rennais et Fabian, son homonyme, avaient réglé rapidement les débats, avant que Streller termine le travail. Mais alors que les Suisses se dirigeaient vers une victoire tranquille, deux buts de Galati dans le dernier quart d’heure leur ont foutu un coup de pression, finalement sans conséquence (3-2).

Le Real et l’Inter sans soucis

Du côté des groupes français, peu d’enjeu à Madrid où un Real modifié a définitivement assuré sa première place en atomisant le Dinamo Zagreb (6-2). Cinq matchs, cinq victoires. Mourinho tentait un onze expérimental pour la réception d’une des pires équipes de cette Ligue des champions. Un 4-4-2, qui a permis à Benzema et Higuain d’être titularisés ensemble pour la première fois de la saison. Première titularisation tout court aussi pour Sahin au milieu de terrain. Callejon, Varane, Lass Diarra en latéral droit et Adan dans les buts étaient aussi alignés. Bon, le Real n’a pas eu besoin de temps d’adaptation, puisqu’après neuf minutes de jeu il menait déjà 3-0. Puis 4-0 au bout de vingt minutes, et 6-0 peu après l’heure de jeu. Benzema s’est bien amusé avec un doublé, tout comme Callejon, qui a montré qu’il pouvait être autre chose que le petit cheval de Mourinho. Higuain et Ozil sont les autres buteurs de la soirée pour le Real, qui a fini par encaisser deux buts dans les dix dernières minutes. Anecdotique.

Dans le groupe de Lille, l’Inter s’est aussi assuré la première place, avec moins d’aisance et de spectacle. Pourtant mis sur la bonne voie par le jeune Ricky Alvarez, parfaitement servi par son compère argentin Diego Milito, les Intéristes se sont fait remonter par un but d'Altintop, le frère jumeau. Ils n’ont ensuite pas eu besoin de forcer, le nul leur suffisant. Lille devra battre les Turcs à Villeneuve d’Ascq pour passer en huitième.

Scores et classements

Par Leo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Alex Frei n'a pas marqué un doublé, le premier but de Bâle a été marqué par l'autre Frei, Fabian.
James Patt Hagël Niveau : CFA2
et ribéry joue à gauche au bayern...
Huhu pas très pro tout ça...
Oui c'est Fabian Frei qui ouvre le score... et pour info, il n'a aucun lien de famille avec Alex...
J'espère que Bâle va créer LA grosse surprise même si ça paraît très compliqué!
Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
Les mancuniens seront ils au fond du trou à Bâle?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 7