En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Manchester U-Feyenoord (4-0)

United baffe le Feyenoord

Séduisant, sérieux, et emmené par un très bon Paul Pogba, Manchester United s'est offert une ouverture pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa en s'imposant facilement contre un Feyenoord décevant (4-0). Wayne Rooney en a profité pour devenir le meilleur buteur de l'histoire du club sur la scène européenne.

Modififié

Manchester United 4-0 Feyenoord Rotterdam

Buts : Rooney (35e), Mata (69e), Jones (c.s.c., 75e) et Lingard (90e) pour Manchester United.

Son visage n’est plus le même. On ne sait pas si le Sun et ses traqueurs lui ont donné l’autorisation, mais Wayne Rooney se balade maintenant avec une barbe vieillissante. Il veut continuer de s’amuser, veut profiter de sa trentaine et sait qu’il a du temps pour écrire encore quelques chapitres de son histoire avec le foot, même si son rôle a évolué avec le temps. L’Europe est aussi un bout de son terrain, et les records sont faits pour tomber. Oui, même ceux de Ruud van Nistelrooy. Alors, en inscrivant le premier but de la soirée face à un Feyenoord timide, le capitaine de Manchester United s’est offert le statut de meilleur buteur du club lors des joutes continentales. Toujours bon à prendre alors qu’il court encore vers celui de meilleur buteur du club tout court. Quand on ajoute ça à une passe décisive pour Mata et une copie convaincante, on perçoit ce que peut encore apporter Rooney à son âge. Et ça fait toujours plaisir à voir. Sous les ovations d'Old Trafford.

Les tablettes de Rooney


Dans la tête bouillante de José Mourinho, la Ligue Europa est un laboratoire. Un cercle privé où il peut tester ses expériences, où il s’autorise à se planter et où il cherche aussi à retrouver de la confiance pour rebondir avec certitude sur une scène nationale où son Manchester United accumule les cochonneries, malgré le mieux vu lors des dernières semaines. La réception du Feyenoord, qui avait coulé la tête façon Guantánamo aux joueurs de Mourinho à l’aller, allait donc dans ce sens avec un onze dessiné pour l’occasion où Henrik Mkhitaryan a goûté (enfin) à sa deuxième titularisation de la saison et avec Romero dans le but à la place de De Gea. En face, les hommes de Van Bronckhorst avaient leur destin en main et débarquaient avec leur étiquette de leaders d’Eredivisie. Sauf que l’Europe est une autre histoire et Manchester United commence la rencontre avec de la liberté, du mouvement et une tentative de jeu pour dépasser la stérilité habituelle. Pogba s’affiche avec un costume d’organisateur, joue le patron et allume même les premières mèches de la tête d’abord, sur une frappe pourrie ensuite, avant de réveiller Brad Jones de loin. On sent Mourinho détendu, au chaud dans sa doudoune et plutôt satisfait d’un spectacle qui voit Mkhitaryan croquer une belle offrande de Pogba, mais surtout Rooney devenir le meilleur buteur de l’histoire de Manchester United sur la scène européenne au bout d’une belle combinaison avec Ibrahimović (1-0, 35e). Le Feyenoord a plié, mais aurait pu foutre le bordel à Old Trafford sans un double arrêt de Romero devant Jørgensen et Kuyt. Pas mal, avec encore quelques corrections défensives nécessaires.

C'est ton destin


L’ouverture du score du capitaine mancunien a définitivement permis à ses copains de se lâcher. Tout le monde a envie de participer au dîner, alors Mata et Mkhitaryan élèvent encore un peu plus leur niveau de jeu pour tamponner la défense du Feyenoord. Le premier se régale sur une merveille de lob claqué par Jones, le second commence d’abord par danser avant d’aller fracasser le petit filet adverse après un festival individuel. Pogba, lui, continue de jouer sa partition, et Manchester United profite de sa maîtrise globale pour travailler les combinaisons et les automatismes d’un groupe qui a besoin de ce genre de soirée pour s’enfiler un peu de joie. Comme Michael Carrick, qui retrouve progressivement du temps de jeu quelques mois après les rumeurs de retraite et qui s’en va gratter parfaitement avant de servir Ibrahimović, de nouveau au départ pour servir Rooney qui offre à Mata un deuxième but précieux (2-0, 69e). L’attaquant suédois, probablement vexé de ne pas coucher son nom sur la feuille de match, s’en va alors jouer au flipper avec la jambe gauche de Brad Jones (3-0, 75e). Et voilà comment Manchester United s’est fait plaisir, avec un dernier but magnifique sur le plan collectif de Lingard (4-0, 90e), et s’est donné le droit de croire à une qualification en cas de succès lors de la dernière journée en Ukraine face au Zorya Louhansk. Et si l’Europe devenait enfin un objectif ? La C1 peut aussi être à ce prix.

  • Résultats et classement de la Ligue Europa
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue Europa

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 10
    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 3 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7