En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32e journée
  3. // PSG/Reims

Paris, une tournante à ciel ouvert

Coincée entre les deux matchs de Chelsea, la rencontre contre Reims est assez délicate à gérer pour Laurent Blanc. Entre craindre une blessure, réussir à faire abstraction de la Ligue des champions et garder le groupe sous pression, c’est un beau casse-tête pour le PSG. Heureusement, avec 13 points d’avance à 7 journées de la fin, Blanc peut faire tourner.

Modififié
Des onze titulaires qui ont affronté Chelsea, on sait déjà que Zlatan Ibrahimović (blessé) et Marco Verratti (suspendu) ne seront pas de la petite sauterie organisée au Parc des Princes contre Reims aujourd’hui. Le PSG s’étant donné un certain matelas en Ligue 1 (13 points d’avance sur Monaco, alors qu’il ne reste que 21 points à prendre), Laurent Blanc peut aisément faire tourner ses hommes, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise avant le départ pour Chelsea, où les Franciliens joueront mardi soir. Ergotons un peu.

Ils devraient rester dans le onze : Salvatore Sirigu, Thiago Silva, Edinson Cavani et Christophe Jallet

Comme toujours, Salvatore Sirigu sera dans les bois parisiens. Depuis le doublé de Ben Yedder, l’Italien n’a pas pris un seul caramel en Ligue 1, soit cinq matchs à la cool. Et puis Reims lui réussit plutôt bien. L’an dernier, il avait stoppé le penalty des Champenois au Parc. Devant lui, le corps d’Alex sera mis au repos. On a besoin du tank pour résister à l’assaut des Anglais, mardi. Dès lors, Blanc pourrait partir sur une charnière Marquinhos/Thiago Silva, comme à Nice et Lorient. On est très, très loin d’une défense bis. Dans une folie, Blanc pourrait même partir sur un duo Marquinhos/Camara. Mais il faut savoir être un minimum respectueux envers l’adversaire. En l’absence d’Ibrahimović, Edinson Cavani devrait avoir la joie de débuter le match comme numéro neuf. L’Uruguayen, qui s’est récemment plaint de son rôle ingrat sur un côté, a l’occasion de mettre son entraîneur dans l’embarras en collant quelques lunettes. Auteur d’une bonne performance contre Chelsea, où il a d’ailleurs surpris Laurent Blanc, Jallet devrait également débuter la rencontre, puisque Gregory van der Wiel n’est pas suffisamment rétabli depuis la fin du tournage de Prison Break pour prétendre à une place de titulaire. Bref, Blanc pourrait quand même maintenir une partie de sa colonne vertébrale cet après-midi.

Ils ont une belle carte à jouer : Lucas Digne, Yohan Cabaye

Verratti suspendu et Maxwell sans doute préservé avant Chelsea, les deux anciens Lillois Yohan Cabaye et Lucas Digne pourraient débuter le match. Auteur d’une bonne entrée, mercredi, Cabaye a le profil pour jouer aux trois postes du milieu de terrain. On ne serait d’ailleurs pas surpris que Blanc laisse sur le banc Thiago Motta et/ou Blaise Matuidi. Dès lors, Cabaye jouerait en sentinelle, dans un fauteuil, avec une folle envie d’envoyer du jeu long. Quant à Digne, il pourrait solidifier ses vacances au Brésil en prenant encore 90 minutes dans les jambes dans la course au titre et, pourquoi pas, concurrencer un peu plus Maxwell, un peu dans le dur physiquement ces derniers temps. Quoi qu’il en soit, contre Reims, les deux internationaux français peuvent gagner des points et se montrer.

Ils vont prendre du temps de jeu : Javier Pastore, Lucas.


Après son numéro d’équilibriste de mercredi soir, Javier Pastore peut logiquement prétendre à une place de titulaire. Dommage pour lui, ça sera dans le milieu à trois. Dommage pour nous, ça sera en Ligue 1. Encensé mercredi, l’Argentin est capable de (re)tomber dans ses travers et de rater son match. On serait même déçu s’il ne le faisait pas. Lucas est dans la même dynamique qu’El Flaco après sa bonne entrée contre Chelsea. Histoire de reprendre le rythme avant Stamford Bridge, où il devrait débuter à droite - le Brésilien doit se servir de ce match pour remettre en route la machine, lui qui n’a plus été titulaire depuis le déplacement à Bastia, il y a un mois. Et puis balancer Lucas sur la pelouse du Parc, c’est beaucoup mieux que feu le challenge Wanadoo.

Ils vont se décrasser : Jérémy Ménez, Adrien Rabiot

On le sait, Jérémy Ménez quittera la capitale en juin prochain. Il faut donc profiter jusqu’au bout de son sourire. Mercredi, il n’était pas dans le groupe, car il aurait pris un coup de froid lors d’un barbecue organisé chez Javier Pastore. Blanc peut décider de le relancer une énième fois afin de le mettre en avant pour services rendus. On parle quand même d’un mec titulaire indiscutable l’an dernier… Pour Adrien Rabiot, la logique est différente. Blessé après le match de Bordeaux en Coupe de la Ligue début janvier, le gaucher a mis du temps avant de retrouver le groupe. Intéressant contre Bastia, il avait raté son match contre Leverkusen en Ligue des champions. En coulisses, on le dit quelque peu en froid avec sa maman, qui gère ses intérêts. À 19 ans, il serait temps pour lui de prolonger et de s’inscrire durablement dans la rotation du milieu de terrain plutôt que de sonder la moitié des clubs d’Europe. Après tout, les intérêts supposés de clubs comme Chelsea ne sont pas si affirmés que ça. Quoi qu’il en soit, à 19 piges, Rabiot aurait tout intérêt à rester au PSG et à enquiller les minutes. À commencer par aujourd’hui.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88