1. // SO FOOT sélectionne le 12èmehomme Orange

Une tour Eiffel illuminée aux bonnes couleurs

Une première victoire des Bleus pour lancer l'Euro méritait bien une folie. Ça tombe bien, Paris offre quelques possibilités en matière d'édifices somptueux à utiliser pour qui sait être imaginatif.

Modififié
301 0
Le penalty de Bogdán Stancu avait jeté un sacré froid. Pire qu'un mauvais choix de la part du DJ au beau milieu d'une soirée, plus dur à digérer que l'un de nos personnages favoris qui meurt dans une série. Un score nul, plus que 25 minutes à jouer, des Bleus timorés et visiblement crispés par l'enjeu, et cette question terrible qui commençait à faire frissonner les quelques dizaines de milliers de personnes réunies dans la gigantesque fan zone du Champ-de-Mars à Paris : et si l'équipe de France était partie pour rater son entrée dans son Euro ? Le cauchemar d'un pays organisateur. Mais surtout, la nation s'exposait à un risque bien plus important. Le gros lot de la soirée, au-delà des 3 points de la victoire, était la tour Eiffel, qui allait être illuminée aux couleurs du pays ayant récolté le plus de hashtags sur les réseaux sociaux. Dans la foule, les lanceurs d'alerte commençaient à faire leur métier et à murmurer : « Imagine que la tour Eiffel termine la soirée aux couleurs de la Roumanie ! »

Une présidentielle sous la tour Eiffel


Un affront tout bonnement inimaginable pour le monument le plus visité au monde, même si le nombre impressionnant de Roumains présents au stade de France et à la fan zone laissait deviner que nos adversaires du jour étaient partis pour livrer une bataille âpre, sur le carré vert comme sur Internet. Le verdict allait tomber quelques minutes après le coup de sifflet final. Devant un public chauffé à blanc par les paillettes de Dimitri, les enceintes perchées sur des tours de 20 mètres de haut cessent de faire rugir les voix de Christophe Josse et de Bruno Cheyrou pour faire patienter en musique devant un résumé du match et des publicités. L'occasion d'applaudir à nouveau les exploits des hommes au Coq, avant que l'écran posté juste devant la tour Eiffel - le plus grand écran d'Europe, pour le funny fact - n'annonce fièrement : « Dans un instant, vous saurez. » Dix bonnes minutes se sont écoulées depuis le coup de sifflet final, mais certains carrés de pelouse du Champ-de-Mars sont encore noirs de monde et le score est finalement annoncé, dans une tension digne d'une soirée présidentielle.

L'honneur est sauf


Le résultat des urnes est sans appel, et ferait fantasmer tout candidat en campagne. Le #FRA roule sur le #ROU en récoltant 73,3% des suffrages, et dans la foulée la Dame de fer et ses 324 mètres de ferraille s'illuminent en bleu, blanc, rouge sous les vivats des milliers de bons citoyens encore présents pour ce lever de drapeau de luxe. Une tour Eiffel tricolore, forcément un aimant à selfies, suite auxquels les fans se félicitent du résultat. « C'est le monument qui représente la France, et c'est un événement qu'on accueille et qui dépasse le cadre du sport, qui rassemble les gens » , frissonne une étudiante, sur la même longueur d'ondes qu'un improbable groupe de cinq Argentins, qui ont préféré un été à Paris devant l'Euro plutôt que d'aller supporter l'Albiceleste à la Copa América. L'introduction est explicite : « It's awesome ! » , repris de volée par son partenaire : « Ça rend les gens joyeux, comme tout le monde peut participer. » Tout cela alors qu’à la même heure, Leo Messi envoyait un coup franc magistral dans la lucarne du Panama. En même temps, quitter le Champ-de-Mars et voir la tour encore mieux de loin, ça n’a pas de prix. Et dire qu'elle aurait dû être démontée peu après sa construction...


Par Alexandre Doskov
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
301 0