Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Équipe d'Italie

Une Squadra en folie ?

Cesare Prandelli, le sélectionneur italien, a lâché une pré-liste de 32 joueurs en vue de l’Euro. Parmis eux, des grosses surprises, comme Verratti, Destro et Diamanti, mais aussi des gros oubliés, comme Matri, Osvaldo et Mauri. Le point sur la Squadra.

Modififié
Cesare Prandelli aime les surprises. Et d’ailleurs, il n’aime pas faire les choses comme tout le monde. En même temps, passer après Marcello Lippi, qui, dans la tête de tous les Italiens, demeure celui qui a ramené le titre mondial après 24 années de disette (et non pas celui qui a lamentablement échoué en 2010), n’était pas une chose facile. Il fallait marquer le coup. Marquer immédiatement sa différence. Prandelli, au cours des 22 mois qui viennent de s’écouler, l’a fait avec brio, en tournant la page du fiasco sud-africain. Alors, au moment d’annoncer sa liste des 23, le sélectionneur azzurro a tranché : non, il allait encore faire les choses différemment. Une liste de joueurs évoluant à l’étranger et une autre pour ceux qui jouent en Italie ? Tu parles, il laisse ça aux autres. Non, Prandelli a décidé de convoquer 32 joueurs. Ni plus, ni moins. Et parmi ces 32, il choque, en appelant deux joueurs de Serie B dans le groupe : Angelo Ogbonna, du Torino, et Marco Verratti, de Pescara. Un peu comme si Del Bosque convoquait un mec d’Alcorcon et Laurent Blanc un de Bastia. Bah… pourquoi pas, après tout ? Après, rien ne dit que ces deux gus seront à l’Euro. Car des 32 présélectionnés, 9 ne partiront pas pour l’Ukraine et la Pologne. Mais comme Prandelli aime les surprises…

Pirlo et Balo ne tombent pas à l’eau

Première constatation : l’ancien coach de la Fiorentina a suivi une certaine logique. L’an dernier, alors que la Juve réalisait une saison calamiteuse, l’ossature de sa Squadra était déjà faite de joueurs turinois. Et on l’avait critiqué pour ça. Maintenant que la Vieille Dame vient de réaliser une saison parfaite, en terminant invaincue, ses choix semblent beaucoup plus légitimes. De fait, la colonne vertébrale de la Nazionale sera bien celle de la Juve. Buffon dans les cages, une certitude, surtout que Gigi a retrouvé un gros niveau. Derrière, Chiellini (malgré une blessure qui devrait le tenir hors des terrains 20 jours) tiendra la baraque en compagnie de Barzagli. Au milieu, Pirlo et Marchisio semblent désormais indéboulonnables. Surtout que le beau Pirlo a un compte en suspens avec l'équipe d'Italie. Lors du Mondial 2010, il n’avait pas pu jouer à cause d’une blessure tenace. Bravant la douleur, il était entré à 30 minutes du terme du dernier match de poule contre la Slovaquie. Coïncidence, l’Italie s’était mise à jouer à ce moment-là. Trop tard, néanmoins, pour se qualifier.

Or, après une saison exceptionnelle, l’ancien Milanais veut être l’étoile de cette équipe. Mais il aura de la concurrence (pas au niveau du talent, hein...). Car celui qui peut lui voler la vedette, tout le monde en est bien conscient, c’est Mario Balotelli. Tout juste sacré champion d’Angleterre avec City, Bali Balo veut désormais faire de grandes choses avec son équipe nationale. Prandelli voit en lui le « fuoriclasse » qui manquait à la Squadra depuis Totti et Del Piero. Oui : Supermario est capable du meilleur comme du pire, mais pour sa première grande compétition avec la Nazionale, il veut briller. Il aura l’occasion de le faire aux côtés de Cassano. Personne n’y croyait, et pourtant, Fantantonio a récupéré de son opération au cœur à la vitesse de l’éclair. Il sera bien là. Un vrai survivant, encore plus balèze que Highlander. Giuseppe Rossi, lui, n’a pas eu la même chance. Il regardera la compétition à la télévision, avec son genou en mousse. Une sacrée perte.

Qui a vu, Verra(ti)

Les surprises, maintenant. Il y en a. Déjà, celle des absents. Les plus grands oubliés sont sans aucun doute Matri, Quagliarella et Osvaldo. Trois joueurs offensifs de poids, qui contrastent fortement avec les profils des joueurs sélectionnés. De fait, les Giovinco, Cassano et Di Natale sont tous des petits gabarits. Pour les duels avec les grands défenseurs, cela aurait pu faire un argument supplémentaire. D’autres oubliés : Ledesma, Mauri et Marchetti, trois joueurs de la Lazio, qui est clairement l’équipe bannie par Prandelli puisqu’elle est la seule des grandes formations d’Italie à ne pas compter un seul représentant dans le groupe des 32. Pas de convocation non plus pour Miccoli. Ni pour Pazzini, qui paie sa mauvaise saison à l’Inter. A côté des absents, il y a ceux que personne n’attendait.

Tout d’abord, Mattia Destro. Le tout jeune attaquant de Sienne, formé à Ascoli puis à l’Inter, a planté 12 buts cette saison, et tous les grands clubs se l’arrachent déjà. Mais celui que l’on s’arrache et qui pourrait bien être la grosse surprise du chef de Prandelli, c’est la pépite Verratti. Âgé de 19 ans, ce jeune milieu de terrain offensif a fait des merveilles avec Pescara, actuel deuxième de Serie B (et leader jusqu’à hier soir). La Juve serait même prête à mettre 15 millions pour le débaucher. Personne n’est dans la tête de Prandelli, mais quelque chose nous dit que Verratti sera du voyage. D’autres, comme Diamanti, le taré de Bologne, Schelotto, le chevelu de l’Atalanta ou encore Borini, l’homme au couteau entre les dents de la Roma, devront en revanche se battre pour prouver qu’ils méritent d’en être.

Quid du schéma tactique ?

Reste maintenant à savoir qui Prandelli va garder, et quelle orientation il va donner à son équipe. Pendant la plupart des matches de qualification, c’est la doublette Cassano-Rossi qui était alignée en pointe. Sans Rossi, Prandelli va donc devoir revoir son schéma tactique. A priori, le sélectionneur va s’orienter soit vers un 4-4-2, avec un milieu tout en élégance Pirlo-Marchisio-De Rossi-Montolivo, et un Cassano (Giovinco ?) en soutien de Balotelli. L’autre possibilité, c’est un 3-5-2 avec deux ailiers qui poussent (Maggio, comme à Naples, et Criscito), et une improbable paire Di Natale-Balotelli devant. Car même si Toto n’a jamais été flamboyant avec le maillot azzurro, il semble impossible de se priver d’un type qui a planté 80 buts lors des trois derniers championnats. Après, pour le jeu, Prandelli admet sans vergogne que son modèle, c’est le Barça. Mais, comme il a récemment fait l’éloge du Real Madrid pour brouiller les pistes, bah, personne ne sait vraiment à quoi va ressembler sa Squadra. Mais après tout, le mister adore les surprises, non ?


La pré-liste :

Gardiens : Buffon (Juventus), De Sanctis (Napoli), Sirigu (Paris St. Germain), Viviano (Palermo)
Défenseurs : Abate (Milan), Astori (Cagliari), Balzaretti (Palermo), Barzagli (Juventus), Bocchetti (Rubin Kazan), Bonucci (Juventus), Chiellini (Juventus), Criscito (Zenith), Maggio (Napoli), Ogbonna (Torino), Ranocchia (Inter)
Milieux : Cigarini (Atalanta), De Rossi (Roma), Diamanti (Bologna), Giaccherini (Juventus), Marchisio (Juventus), Montolivo (Fiorentina), Thiago Motta (Paris St. Germain), Nocerino (Milan), Pirlo (Juventus),Schelotto (Atalanta), Verratti (Pescara)
Attaquants : Balotelli (Manchester City), Borini (Roma), Cassano (Milan), Destro (Siena), Di Natale (Udinese), Giovinco (Parma).

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
C'est le Stade qui Reims