En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // Pays-Bas/Brésil

Une Seleção très brésilienne

Ce samedi, le Brésil affronte les Pays-Bas à Goiânia, avant-dernier match amical avant la Copa América. Dans la liste de 28 joueurs convoqués par Mano Menezes, dix évoluent au Brésil.

Ce n'est un secret pour personne, la grande star actuelle du foot brésilien ne joue ni Barça, ni au Real, ni dans l'opulente Premier League. Jeudi, au lendemain de la qualification de Santos pour la finale de la Copa Libertadores, Neymar, qui a encore claqué contre le Cerro Porteño, a été accueilli par des centaines de gamines hystériques à son arrivée dans l'Aéroport de Goiânia.

Les journaux Brésiliens ne s'y sont pas trompés. Dans son édition de vendredi, quotidien O Globo titrait : « L'idole joue au Brésil » , tout en soulignant qu'il pourrait s'agir du début d'une « nouvelle ère » , qui verrait les principaux joueurs de la Seleção évoluer au pays. La liste des 28 convoqués par Mano Menezes pour les matchs amicaux contre les Pays-Bas et la Roumanie est un signe qui ne trompe pas. Dix d'entre eux disputent le Brasileirão : Jefferson (Botafogo), Victor (Grêmio), Fábio (Cruzeiro), Henrique (Cruzeiro), Elano (Santos), Thiago Neves (Flamengo), Lucas (São Paulo), Neymar (Santos), Fred (Fluminense) et Leandro Damião (Internacional). Sans compter Paulo Henrique Ganso l'autre grand espoir de Santos, qui pourra s'incruster s'il se remet à temps de sa blessure à la cuisse.

Au final, le sélectionneur n'en gardera que 22 pour la Copa América, mais il n'est même pas sûr que les joueurs écartés soient forcément ceux qui évoluent au Brésil. Même Fred, dont la convocation en a surpris plus d'un, entend jouer ses chances à fond. Contre les Pays-Bas, il devrait même être aligné en tant que titulaire à la pointe de l'attaque, aux côtés de Neymar et Robinho. Et tant pis pour Hulk, qui sort d'une saison monstrueuse avec Porto, mais qui n'a pas trouvé grâce aux yeux de Mano. Cela dit, à part lui, difficile de voir des joueurs qui ont vraiment cartonné sur le Vieux Continent. Et ça, ce n'est pas forcément bon signe pour la Seleção.

Jeunes talents et stars rapatriées

« Je n'ai pas convoqué tous ces joueurs du championnat brésilien parce que ça me faisait plaisir à titre personnel, mais parce qu'aujourd'hui, on peut vraiment se le permettre parce qu'ils sont les meilleurs à leur poste. C'est clair que notre football est entré dans une nouvelle réalité. L'économie mondiale a changé et le Brésil est dans une meilleure situation que d'autres pays qui étaient nos concurrents auparavant. Même si l'exode de nous joueurs vers l'étranger continue, le niveau de notre championnat s'améliore à vue d'oeil » , a justifié Menezes après avoir annoncé sa liste.

Le Brésil arrive non seulement à conserver ses talents, mais aussi à rapatrier quelques stars qui ont encore quelques belles années devant elles. Fred, 27 ans, semble encore avoir un avenir en sélection. Quant à Luis Fabiano, de retour au São Paulo à 30 ans et Ronaldinho, qui vient de remporter le titre de champion régional à 31 ans, ils n'ont jamais caché leur ambition de revenir au top pour disputer la Coupe du Monde 2014 à domicile. S'ils n'ont plus le niveau pour être indiscutables en Europe, ils préfèrent briller au Brésil histoire de bénéficier d'une meilleure exposition médiatique.

Les investisseurs privés ont la main

Mais surtout, s'ils sont revenus au pays, c'est parce que les clubs peuvent largement s'aligner au niveau des salaires. Enfin, pas vraiment les clubs, mais plutôt les investisseurs privés qui rachètent une partie droits des joueurs, se chargent de leur rémunération et récupèrent la mise avec des contrats de pub. C'est le cas de DIS, entreprise du groupe de supermarchés Sonda, qui possède 40% de Neymar et 45% de Ganso. « C'est clair que nous avons joué un rôle décisif pour que des joueurs de ce calibre restent au Brésil » , assure Thiago Ferro, l'un des principaux responsables de DIS.

Cela dit, il tient à préciser qu'il ne fait absolument pas ça par patriotisme : « Nous n'avons pas comme idée fixe de garder les joueurs le plus longtemps possible au pays pour faire plaisir aux supporters des clubs locaux. Notre objectif reste de revendre ces joueurs au meilleur prix. En les faisant rester un peu plus de temps, on espère qu'ils pourront s'épanouir, s'aguerrir et attiser encore plus de convoitises pour que nous puissions obtenir une plus-value encore plus importante » , avoue-t-il.



Au moins, c'est clair, ces gars-là ne sont intéressés que par le fric, même si Thiago préfère lâcher que « ce qui compte, c'est la volonté du joueur. Quand Neymar voudra vraiment partir, personne ne pourra l'en empêcher » .



En attendant, le petit prodige de Santos continue à se faire plaisir en martyrisant les défenses d'Amérique du Sud. En moins de deux mois, il peut être sacré deux fois champion continental : en gagnant la Libertadores avec son club et la Copa América avec la Seleção.



Louis Génot, à Rio de Janeiro



Équipe probable : Julio César - Daniel Alves, Lúcio, Thiago Silva, André Santos - Lucas Leiva, Ramires, Elano - Robinho,Neymar, Fred.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 3 heures Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
il y a 3 heures Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 4 il y a 5 heures Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 87
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8
À lire ensuite
Marinières sans manière