1. // Bilan
  2. //
  3. // Supporters

Une saison en tribunes (1/2)

Retour, en 21 points (11 aujourd'hui, 10 demain vendredi) et plus encore d'articles publiés sur ce site, sur une saison 2012-2013 mouvementée dans les tribunes françaises et à leurs alentours, entre ambiances surchauffées, manifestations de supporters et dérapages plus ou moins contrôlés.

Modififié
62 18
1 – La victoire partielle de SOS Ligue 2

L'horaire des rencontres de Ligue 2, fixé en début de saison le vendredi à 18 h puis 18 h 45, a provoqué la colère de nombreux fans de la deuxième division professionnelle. De l'ultra au supporter classique, ils ont été nombreux à gueuler contre la LFP et le diffuseur beIN Sport. Regroupant des associations de supporters de toute la France, le collectif SOS Ligue 2 a été le fer de lance de cette lutte. Après de multiples actions dans et hors des stades et grâce à de nombreux soutiens, les matchs ont finalement été décalés à 20 h pour la deuxième partie de la saison. Une demi-victoire pour un collectif qui lutte depuis près de dix ans pour que les matchs de Ligue 2 aient lieu le samedi.

2 – La victoire et la défaite des Lensois

Loin d'être au top en Ligue 2, les supporters lensois avaient coché dans leur agenda leur quart de finale de Coupe de France face aux Girondins de Bordeaux. Mais l'horaire, un mercredi à 17 h, proposé par France Télévisions puis validé par la Fédération française de football a provoqué leur colère. Soutenus par leur club, ils ont obtenu gain de cause, la rencontre étant finalement fixée à 19 h. Résultat, grosse ambiance dans les tribunes, mais pas de diffusion télévisée, ce qui n'a guère été du goût des dirigeants girondins.

3 – Un Stade de France en rose pour du foot

Malgré leur qualification pour la finale de la Coupe de France, les dirigeants bordelais ont encore trouvé le moyen de râler. Il est vrai que fixer la finale un vendredi soir n'était pas idéal, d'autant que les fans hauts-savoyards et bordelais n'ont eu que deux semaines pour s'organiser. Si les Ultramarines bordelais ont fait le métier dans leur coin de virage, la bonne surprise est venue de la forte mobilisation des fans des « Croix de Savoie » . Avec leurs drapeaux, leurs maillots et leurs perruques, ils ont coloré de rose une bonne partie du Stade de France. Certes, leur répertoire est limité à quelques chants, leur style vestimentaire est parfois discutable et la taille limitée de leurs groupes de supporters n'aide pas à faire régner une ambiance constante, mais le cœur y était. Si le club s'installe durablement dans l'élite, il pourrait bientôt se découvrir des supporters fervents. Rafraîchissant.



4 – Les Verts enflamment Saint-Denis

La vraie grosse ambiance, le Stade de France l'a cependant connue quelques semaines plus tôt, avec la finale de la Coupe de la Ligue. Compétition souvent dénigrée, elle a permis aux Verts de renouer avec la victoire et à la ville de connaître de nouveau des scènes de liesse populaire. Mais la prochaine fois, faudra mettre les patins aux pieds en entrant sur la pelouse, la LFP n'ayant pas trop aimé les débordements de joie des publics qualifiés pour la finale.

5 – Un Chaudron froid

Une Coupe de la Ligue et une qualification en Ligue Europa, c'est bien. Mais le peuple vert espérait mieux. Début mai, la réception des Girondins était cruciale pour l'accès en Ligue des champions. Or, surprise, le Chaudron s'est tu et le score est resté vierge. Suite aux incidents lors du précédent derby (échanges de projectiles et de fumigènes entre le parcage visiteur et le virage sud lyonnais) et aux torches allumées au Stade de France, la direction de l'ASSE craignait une sanction de la LFP. Pour l'amadouer, les dirigeants verts ont décidé de fermer le secteur réservé aux Green Angels lors de la venue de Bordeaux. Une sanction guère appréciée par les ultras stéphanois qui ont choisi de se taire pendant tout le match. Mal vécue par les joueurs, le coach et une partie du public, cette décision a mis en évidence la place qu'occupent aujourd'hui les ultras dans de nombreux stades, en particulier dans le Chaudron. Et elle n'a eu aucun effet, puisque la LFP a quand même sanctionné l'ASSE de trois matchs à huis clos partiel

6 – Un derby plus tendu que jamais

La rivalité entre supporters stéphanois et lyonnais est habituellement forte. Cette année, elle est encore montée de 69 crans. Le derby aller a déjà été marqué par la révélation, avant la rencontre, du tifo stéphanois par le virage sud lyonnais, un affront dans le monde ultra. Mais les Lyonnais n'en sont pas restés là : des indépendants du virage sud ont carrément dérobé une partie de la bâche Magic Fans peu avant la finale de Coupe de la Ligue et certains Bad Gones ont tourné une vidéo porno scabreuse. Curieusement, le derby retour a été quelque peu agité. Le cycle de la vengeance est désormais enclenché. Plusieurs incidents se sont succédé, y compris après la fin de la saison. Il ne reste plus qu'à croiser les doigts pour que cette triste histoire ne finisse pas dans le sang.



7 – Virage Sud Lyon : le nouveau KOB ?

Le plan Leproux a cassé le Kop of Boulogne, la fameuse tribune blanche et violente du Parc des Princes. Il semble que le virage sud lyonnais ait décidé de reprendre le flambeau. Même s'ils sont loin d'être majoritaires dans la tribune, les identitaires n'hésitent pas à s'y montrer. Et rayon violence, il y a du client. Les fans de Tottenham, entre autres, s'en sont aperçus à leurs dépens. Pour couronner le tout, les hooligans du virage sud lyonnais ont même dérouillé les Bad Gones du virage nord. Ça ressemble fort à la situation parisienne pré-Leproux tout ça.

8 – Hool's not dead

Si on ne les voit plus au Parc, les hooligans parisiens n'ont pas disparu pour autant. Ils l'ont rappelé à leur manière habituelle, discrète, la veille de PSG-Zagreb, en attaquant leurs homologues croates près de la place de la Bastille. Pourtant, Manuel Valls avait mis le paquet en publiant un arrêté interdisant la venue à Paris des supporters du Dinamo Zagreb. À part ça, les hooligans parisiens se sont baladés en Europe, au Portugal, en Espagne, en Catalogne, ils ont organisé quelques fights à droite et à gauche (surtout à droite à vrai dire, par exemple à Annecy contre leurs homologues niçois), participé de manière animée à quelques manifestations politiques (très à droite aussi, comme lors de l'attaque d'une manifestation antifasciste en mémoire de Brahim Bouarram, un Marocain jeté dans la Seine en marge d'un défilé du Front National en 1995) et réussi à se faire serrer en allant faire du tourisme à Bruxelles à l'occasion de Belgique-Serbie.

9 – Trocadéro

En revanche, le bordel du Trocadéro, promis, c'était pas la faute des hools de Boulogne. Pour fêter son premier titre de champion depuis 19 ans, le Paris Saint-Germain avait prévu les choses en grand. Présentation du trophée au Trocadéro, croisière sur la Seine… Résultat ? Des joueurs qui restent à peine 5 minutes sur le podium, des scènes de violence en boucle sur les chaînes d'infos, une trentaine de blessés et autant d'interpellés. Alors qu'un cortège mêlant des membres de la K-Soce Team, des Microbes et des Karsud tentait d'accrocher une banderole « virage Auteuil » sur des barrières, des incidents éclatent avec les stadiers. Une étincelle qui met le feu aux poudres et vire à l'émeute, sans plus grand rapport avec le conflit entre le PSG et ses supporters contestataires. Des incidents qui ont suscité de nombreux commentaires médiatiques et politiques, pas toujours clairvoyants. Depuis, la justice condamne certains supporters et en relaxe d'autres, tout en tentant de mettre à jour le déroulement des événements.

10 – Guerre de tranchées autour des ultras parisiens

Les incidents du Trocadéro n'ont été que l'ultime étape d'une année à rebondissements dans le ménage à trois entre supporters parisiens contestataires éparpillés entre plusieurs groupes, direction du PSG et division nationale de lutte contre le hooliganisme. Entre de multiples autres épisodes (dont notre collègue Anthony Cerveaux a rappelé les principaux de ces trois dernières années sur Rue 89, on retiendra les soupçons sur l'existence d'une liste noire de supporters contestataires, l'action lors du match France-Japon au Stade de France, un déplacement à Toulouse qui se termine en cul-de-sac, une interdiction de stade pour une écharpe, des annulations de billets parfois contournées comme à Annecy, de multiples arrêtés préfectoraux interdisant le déplacement des fans parisiens en dehors du voyage officiel, et une manifestation annulée suite aux débordements du Trocadéro.

11 – Le Parc, c'était mieux avant ?

Des événements qui se déroulent avec, en fond sonore, les débats suscités par l'ambiance du Parc. Pour les uns, comme les réalisateurs du documentaire Parc mis en ligne au début de la saison, le Parc c'était mieux avant car c'était plus bruyant. Pour d'autres, c'est mieux maintenant car c'est moins violent. Un débat manichéen que Nicolas Hourcade, sociologue et collaborateur à So Foot, a essayé de dépasser à l'automne. En fin d'hiver, le débat repart suite aux critiques formulées par Leonardo à l'encontre d'un public qu'il juge trop critique envers ses stars et pas assez bruyant. Une bonne occasion d'aller à la rencontre des occupants des virages du Parc et de dresser, à travers une galerie de portraits, la diversité de leurs profils.

La suite demain

Par Antoine Aubry et Quentin Blandin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

En gros, quand on a plus d'idées et que le PSG ou l'ASM n'alimentent plus la rubriques "transferts", on ressort le bon chapitre "tribunes"... j'ai l'impression qu'on revoit le même article toutes les 3-4 semaines
"un Marocain jeté dans la scène"

...
Vraiment dommage que le Parc soit "nettoyé" de la sorte. J'ai beau être supporter de l'OM, je suis assez nostalgique de l'ambiance européenne du Parc qui vibrait et chantait à l'unisson, ça collait des frissons. Il va falloir passer à autre chose. Il y avait certains interdits de stade visiblement au Trocadéro, mais l'événement reste plutôt obscur: comme toutes manifestations publiques à Paris, il y a des débordements. Alors là l'amalgame était tellement simple à faire entre supporters du psg = casseur voyou. Ça donne du grain à moudre aux pseudos sociologues du football français qui se pignolent sur tous les événements de la sorte.

Autrement il y a Lyon aussi, où ça part visiblement en couilles, même si la chaleur du derby était sympa, sans les débordements qui ont eu lieu évidemment. J'ai croisé les supporters Stéphanois à Montmartre quand ils sont montés pour la finale, y'avait une bonne ambiance, les mecs chantaient à tue-tête mais étaient vraiment coolos!

Sinon j'aurai rajouté l'OM, où, à mon grand désarroi la ferveur se pète la tronche. Ce qui me gonfle, c'est que les mecs bavent sur "y'a pas de spectacle, c'est normal aussi qu'on chante pas hein...". Ci-mer! L'équipe n'a jamais été séduisante dans le jeu cette saison, mais alors qu'elle était plus ou moins promise à la guillotine par certains médias, elle a terminé 2ème. Les joueurs se sont défoncé sur certains matchs (Montpellier, VA, Troyes...) pour aller chercher un résultat à l'arrachée mais ce n'est pas suffisant. J'ose espérer que ça va revenir un peu l'an prochain, même si je peine à croire que la sincère ferveur qui régnait de reviendra pas de si tôt.
"en 21 rubriques. 21 ? Oui, 21 comme 12 (douzième homme) à l’envers."

Ouais enfin en 21 paragraphes.
"un Marocain jeté dans la scène"

...
GlitterFreezee Niveau : DHR
Vivement que nos amis Lensois reviennent donner de la voix en L1
Message posté par MetekoO
Vraiment dommage que le Parc soit "nettoyé" de la sorte. J'ai beau être supporter de l'OM, je suis assez nostalgique de l'ambiance européenne du Parc qui vibrait et chantait à l'unisson, ça collait des frissons. Il va falloir passer à autre chose. Il y avait certains interdits de stade visiblement au Trocadéro, mais l'événement reste plutôt obscur: comme toutes manifestations publiques à Paris, il y a des débordements. Alors là l'amalgame était tellement simple à faire entre supporters du psg = casseur voyou. Ça donne du grain à moudre aux pseudos sociologues du football français qui se pignolent sur tous les événements de la sorte.

Autrement il y a Lyon aussi, où ça part visiblement en couilles, même si la chaleur du derby était sympa, sans les débordements qui ont eu lieu évidemment. J'ai croisé les supporters Stéphanois à Montmartre quand ils sont montés pour la finale, y'avait une bonne ambiance, les mecs chantaient à tue-tête mais étaient vraiment coolos!

Sinon j'aurai rajouté l'OM, où, à mon grand désarroi la ferveur se pète la tronche. Ce qui me gonfle, c'est que les mecs bavent sur "y'a pas de spectacle, c'est normal aussi qu'on chante pas hein...". Ci-mer! L'équipe n'a jamais été séduisante dans le jeu cette saison, mais alors qu'elle était plus ou moins promise à la guillotine par certains médias, elle a terminé 2ème. Les joueurs se sont défoncé sur certains matchs (Montpellier, VA, Troyes...) pour aller chercher un résultat à l'arrachée mais ce n'est pas suffisant. J'ose espérer que ça va revenir un peu l'an prochain, même si je peine à croire que la sincère ferveur qui régnait de reviendra pas de si tôt.



Supporter Marseillais, je plussoie aussi pour l'ambiance à Paris. Pour avoir été voir un ou deux matchs la bas plus jeune (Dont un PSG-Bordeaux ou Darcheville manque une panenka) et il y avait une très grosse ambiance, que je trouvais même plus imposante que celle du vel' malgré la ferveur qu'on y trouve (la faute au stade ouvert qui laisse s'échapper les cris en grande partie). Mais à cause d'une minorité, l'ensemble des supporters (et des joueurs au final, c'est jamais sympa de jouer à la maison dans un stade qui sonne creux) parisiens sont pénalisés. Dommage.
(Et cette volonté de devenir un stade à l'anglaise me laisse perplexe quand on voit, encore plus cette saison, la réussite du modèle allemand.)

En revanche pour l'OM je le suis un peu moins. Il est difficile de juger l'ambiance dans un stade en construction, avec du métal partout, et ouvert a moitié aux spectateurs (notemment les tribunes des ultras ou le haut était systématiquement vide, c'est pas avec la moitié des virages que tu vas faire du bruit dans un stade ouvert.) Qui plus est, on a senti vers la fin de saison une ambiance renaissante, digne de l'ère 2003-2005 peut-être, ou les virages se répondaient malgré leur petit nombre. J'attend avec impatience la fin des travaux pour voir si oui non, nous avons un des meilleurs publics d'Europe.
Note : 1
@ Cumber

Je n'ai toujours pas digéré le viol imposé par les supporters de Gladbac'h qui ont beuglé nettement plus fort pendant tout le match dans notre stade en étant 15x moins nombreux...ça doit peut-être venir de là du coup.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
t'as pas tort

l'ambiance à Marseille pue la merde* depuis 2 ans
Le stade en construction c'est une fausse excuse. Une fois fini, ca va gueuler les 2-3 premières fois et puis ca va s'estomper.

Je crois que le public est blasé, que les ultras historique arrivent à un âge où il n'ont plus la même énergie, que les pdt de supp sont devenu des gestionnaires sans scrupule, que les familles ont envahi les kops historiques et ont miné l'ambiance qui y régnait.

On peut toutefois juger de la qualité du supp marseillais en déplacement : kop pleins et ambiance non stop. Seuls les plus motivés se déplacent, c'est donc normal.
Pour ma part, je préfère aujourd'hui ces déplacements aux matchs à domicile.

Le vél est mort....vive le Vél?
@Scotch

C'est une certitude. Je ne suis pas tant que ça d'accord concernant les déplacements. Si les parcages sont aussi pleins partout où l'OM passe, c'est qu'il y a beaucoup de locaux à venir également. Quand je vivais dans l'Ouest, je faisais les parcages à Rennes, Lorient jusqu'au Mans...avec des potes, on était plusieurs à bouger, et au final c'est bien comme ça. Mais l'autre fois sur un forum y'a un type qui me sort: "Les parcages c'est que des marseillais qui montent foutre le oaï mon gars, réveille toi". Je pense surtout qu'il devait foutre le oaï dans son canap' en mode solo pour avoir d'aussi belles oeillères.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
bien sûr qu'il y a beaucoup de locaux dans le lot

mais les marseillais qui montent sont aussi les plus motivés
donc au final, entre excitation des locaux pour voir jouer l'OM chez eux et éléments les plus motivés du Vél, t'as une ambiance 10X mieux que ce qu'on se tape au Vél

on se fait même plus respecter chez nous
même les Pailladins se foutent de notre gueule* qd ils viennent jouer au Vél
petit_pont_de_bois Niveau : District
"Un Stade de France en rose pour du foot"

Une habitude pour le stade de France qui accueil quelques prestations du Stade Français en rugby qui, eux aussi, aiment beaucoup le rose.
Message posté par aleksix
"un Marocain jeté dans la scène"

...


Oui.. en pature au public..
la perte de l'ambiance au vélodrome est vraiment frappante,tellement que certaines rencontres ressemblent à des maths amicaux à huis clos où on parvient à entendre les joueurs se parler et les consignes des coachs malgré de bons résultats.
je me souviens d'une époque où le stade vibrait sous tes pieds et semblait devoir s'écrouler aprés un but important et les chants des tribunes qui se répondaient te donnaient le frisson.
j'espère que le nouveau stade couvert nous fera revivre de tels moments,mais j'en doute...
jean mimi hole ass Niveau : DHR
Les Magic toujours meilleur groupe ultra de France !
putain les gars merci pour le lien vers les Mout’hard Boys de dijon et ghetto rasta de cannes. c'est juste magique!... après évidemment y'avait pas de suspense, en bon toulousain , je savais que la 1ere place ne pouvait échapper aux BFS
Je comprends très bien le positionnement de SF quant à la situation du Parc depuis le plan Leproux, mais arrêtez d'adopter un discours qui ne cesse de rabacher que le parc, c'était mieux avant, quand ça regorgeait de blaireaux plus bêtes que les autres, prêts à se foutre sur la gueule (même entre eux) dès qu'ils ont une occas'. À un moment, il faut arrêter d'idéaliser ce passé soi-disant "glorieux" et réfléchir à la portée de son discours.
Paname City The Come-Back Niveau : Loisir
J'suis fier du virage Sud lyonnais mais de la à les comparé au KOB .. n'abusons pas !
Le kOb c'est le top du top .
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
62 18