1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // France/Suède

Une rencontre capitale pour les Bleus

Après deux matchs à Donetsk, l’équipe de France débarque à Kiev pour son dernier match de poule, contre la Suède. Mieux que bien placés pour la qualification en quarts de finale, les Bleus ne doivent faire attention qu’à une chose : ne pas se laisser endormir par le doux climat qui règne autour d’eux.

Modififié
65 11
C’est la statistique à la con du jour : la France n’a plus joué un match dans une capitale depuis le 6 septembre dernier, contre la Roumanie à Bucarest. Avec dix rencontres banlieusardes ou provinciales, de Saint-Denis à Donetsk, de Brême à la trinité des matchs de préparation (Valenciennes-Reims-Le Mans), les Bleus sont peut-être proches d’un record dans leur histoire. Débarquée à Kiev, la grande ville, ce lundi après trois heures de transports (bus + avion) depuis son camp de base de l’est ukrainien, la troupe a donc réussi à se trouver un coin de pinède au calme pour éviter le dépaysement. « Le complexe (…) occupe ce territoire vert de 1,5 ha qui procure le parfait temps de repos au cœur des quartiers commerçants de la ville  » , baratine le site du Diarso, l’hôtel 4 étoiles qui hébergera la délégation française jusque son retour à Donetsk, au lendemain du match contre la Suède au stade olympique de Kiev.

Apparemment anecdotique, ce premier déplacement des Bleus depuis leur arrivée en Ukraine, il y a bientôt deux semaines, peut faire naître de petites craintes, mais même pas de quoi servir d’excuse en cas de contre-performance. Car, au fond, ce changement de décor est sûrement loin de faire du mal à l’équipe. Interrogé sur son ressenti alors qu’il participait pour la première fois à une conférence de presse en 14 ans de service, Thierry Marszalek, l’analyste vidéo des Bleus, avait lâché naturellement ce dimanche que cela lui faisait du bien de sortir de Kirsha. Et les joueurs eux-mêmes avaient jugé utile de s’offrir une bouffée d’air hors de leur cage verte et isolée avec une petite virée en ville quelques jours après leur arrivée.

«  Se reconcentrer »

C’est qu’il ne suffit pas de se trouver un petit nid douillet et de dormir dans des draps de soie pour faire un bon Euro. «  Nous sommes tristes de partir d’Ukraine où on s’est régalés, souriait par exemple Erik Hamren, le sélectionneur suédois. On aurait pu rester très longtemps dans l’hôtel où on est. » Pas de chance, il va falloir faire le check-out dès ce mercredi après un Euro-fiasco. Même le fait de rester au même endroit et d’éviter les longs déplacements, comme la France a choisi de le faire (la plupart des sélections jouant en Ukraine sont basées en Pologne), n’est pas toujours bénéfique. «  Ce premier déplacement change un peu nos habitudes, mais ce n’est pas plus mal, considère en effet Laurent Blanc. La veille et le jour du match, les journées sont longues. Le fait de voyager permet de meubler. »

L’argument peut paraître bancal, puisqu’il existe d’autres moyens moins crevants d’occuper une journée ( « des films, des bouquins et un maximum de repos  » , résume Hugo Lloris), mais il met en avant l’écueil que doit à tout prix éviter l’équipe de France à cet instant T : trop de confort. « Il y a eu de la joie après la victoire contre l’Ukraine, mais on a dit aux joueurs de tout de suite se reconcentrer  » , valide Laurent Blanc. Le Président le répète depuis une semaine, «  quand on fait match nul au premier match, le troisième est forcément décisif » , et, malgré la situation plus que favorable dans laquelle les Bleus abordent ce dernier match de poule contre une Suède déjà éliminée, il ne sera pas question de faire tourner l’effectif, ni de mettre sur le banc un joueur parce qu’il est menacé de suspension (Ménez, Debuchy et Mexès), et même Cabaye, légèrement touché à la cuisse, pourrait débuter la rencontre. Pour autant, cela ne signifie pas que le onze de départ ne bougera pas. «  Demain, il y aura peut-être une équipe différente de celle contre l’Ukraine, c’est tout ce que je peux vous dire » , a sous-entendu Blanc avec ses gros sabots. Histoire, encore, de garder ses joueurs sous pression.


Thomas Pitrel, à Kiev
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ça va il tient plutôt bien la ligne le Philou finalement
MerveilleuxJuanito Niveau : District
Oui je crois aussi que Marius Trésor a parlé un peu vite
Tu m'enlèves les mots du clavier Bud! Son problème serait plus cet horrible caleçon.
La comparaison avec Ribéry en même temps...
Tant qu'il stoppe les attaquant adverses il peut se balader en string que je m'en carerais l'houillère !!!
J'aurais aimé comparer Mexes avec Gignac. André-Pierre comment?
on me souffle que Gignac n'a pas désiré aller à l'Euro. Il a préféré bosser comme étudiant au fast food
Que fais Fred Bousquet en EDF? 0_o
C'est moi ou voici encore un papier digne d'une conversation de comptoir ? Ils ont pris l'avion, et après le bus, Kiev c'est mort, heureusement on peut faire du shopping et l'hôtel et sympa, les Suédois ils sont éliminés et LLoris, le gars, je sais pas si tu t'en rends compte, il lit des livres...
Cet article aborde de nombreux sujets très importants, mais il en reste d'autres !

Par exemple, quelle est l'heure du petit déjeuner ? Est-ce que les joueurs ont un ascenseur pour monter dans leur chambre, ou bien Laurent Blanc préfère garder le groupe sous tension en imposant l'usage des escaliers ?
Est-ce que le fait que Ribéry ne comprenne pas les règles de la belote peut créer des tensions dans le groupe ?

Bref, j'espère que l'on aura droit à un nouvel article complet avant le prochain match des bleus !
Note : 1
Et un gros plan sur le nombril de Mexes...sans déconner* c'est quoi ce tatoo immonde ?
Entre les étoiles dans le cou et le nombril...on dirait une jeune punkette idéaliste de 13 ans...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
65 11