Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Barcelone-PSG

Une remontada ? Allons, soyons sérieux

Barcelone est-il capable de rattraper quatre buts et de renverser la partie ? Paris peut-il sombrer psychologiquement ? En Catalogne, la réponse est oui. Mais cette idée de remontée fantastique doit être relativisée.

Modififié

C’est la nouvelle tendance dans le football moderne. La mode répondant parfaitement à l’adage qui veut que « tout soit possible dans le football  » . Suffit donc qu’une grosse équipe prenne une raclée aussi mémorable que surprenante, et voilà que tout le monde se met à parler de remontée fantastique une fois l’étonnement passé. De remontada quand il s’agit d’un club espagnol. Médias, entraîneurs, joueurs, dirigeants, supporters... Chacun y va de son petit mot pour assurer que «  oui, c’est faisable » , « oui, ils peuvent le faire » . En résulte ainsi le fantasme ultime : celui du retournement de situation improbable. Mais par définition, le fantasme reste justement dans le camp de l’illusoire, de l’imaginaire. Et bien au-delà des désirs sexuels, le fantasme est fatalement destiné à ne pas changer de catégorie.

La situation actuelle, n’importe qui l’a en mémoire : le Paris Saint-Germain a totalement roulé sur Barcelone durant un huitième de finale aller de Ligue des champions (4-0) au Parc des princes, et le Barça doit donc marquer quatre buts sans en prendre au Camp Nou pour espérer arracher la prolongation et pourquoi pas poursuivre l’aventure. Ou assurer une victoire avec au moins cinq pions d’écart. Bah voyons.

Un discours rodé à tous les niveaux


Dans un monde raisonnable, ou simplement conscient, il n’y aurait même pas débat. Hormis pour quelques cerveaux trop subjectifs ou un peu fous, le constat suivant ferait l’unanimité : Paris est qualifié, Barcelone éliminé. Les deux coachs pourraient même en profiter pour faire tourner leur effectif et aligner un onze bis. Sauf que le football est définitivement un univers à part – c’est pour ça qu’il est si charismatique –, et il possède une puissance capable de convaincre du contraire un être humain doué de raison. C’est ainsi que depuis trois semaines, les messages d’espoir se multiplient chez les Catalans. Dès la fin de la partie, Neymar avait lancé la campagne en lâchant un très inspiré «  S’il y a 1% de chance de le faire, on y croit à 99 % » sur Instagram. Luis Suárez a ensuite pris le relais, en évoquant «  un grand défi » : « C’est dur de perdre comme ça, (...) mais je pense que cette équipe est capable de renverser la situation. (...) Cette équipe a écrit l’histoire en gagnant le triplé, en gagnant plein de choses ces dernières années et si nous voulons créer l’histoire comme équipe, nous devons alors nous concentrer pour inverser la situation. »

Les grandes voix du foot actuel, comme celle de Pep Guardiola, ont suivi, estimant que « si une équipe peut le faire, c’est le Barça. Elle a dominé le monde du football pendant dix ans. Je conseillerais de ne pas trop les critiquer parce qu’ils finiront par vous donner tort. » Jusqu’à ces derniers jours, durant lesquels Luis Enrique a déclaré qu’il y aurait « match pour la qualification, j'en suis sûr » pendant que Suárez persistait sur Onda Cero : « C'est très difficile, mais pas impossible. Si cette équipe veut rester dans l'histoire de Barcelone et du football, on doit être ambitieux. Si on en a mis quatre face à Madrid au Bernabéu, pourquoi ne pas le faire face au PSG au Camp Nou ? » La presse espagnole, elle, a quelque peu craqué. Mundo Deportivo a par exemple titré « Allô PSG ? » ou « 10 raisons d’y croire » , Sport a claqué un « Nous croyons à la remontada » et assure qu’ «  avec Messi, tout est possible » . Le tout en fondant leurs espérances sur les deux derniers succès (6-1 contre le Sporting Gijón le 1er mars et 5-0 contre le Celta Vigo ce week-end).

Enquanto houver 1% de chance, teremos 99% fé 🙏🏽🙌🏽

Une publication partagée par Nj 🇧🇷 👻 neymarjr (@neymarjr) le


Oui, mais voilà : le PSG n’est pas Gijón, et le contexte n’a rien à voir avec une journée de Liga. On ne défend pas de la même manière lorsqu'on perd 3-0 sur la pelouse du Barça lors d’un match de championnat perdu d’avance que lorsqu'on perd 3-0 sur la pelouse du Barça lors d’un match de C1 où l’on est toujours qualifié. Au vrai, les hommes d’Unai Emery peuvent même se permettre de foirer leur prestation en Espagne. Ils pourraient prendre un but dès le premier quart d’heure ? Et alors ? Messi et consorts devront encore en marquer au moins trois. Ils pourraient en prendre deux dans le premier quart d’heure ? Et alors ? Messi et consorts devront encore en marquer au moins le double. Les gars de la capitale seraient sonnés, choqués, stressés, touchés psychologiquement ? C’est là que le bât blesse. Et que l’idée même de la remontada constitue presque un manque de respect à l’égard du PSG. Edinson Cavani ou Thiago Silva ont peut-être connu des moments de doute, mais eux et leurs potes gardent un mental de professionnel, et des qualités footballistiques hors normes. Préparés, motivés, ils n’attendent que cette deuxième manche pour prouver que parler de remontada était un brin prétentieux. Avoir publiquement envisagé une remontada n’apportera finalement aucune aide aux camarades d’Andrés Iniesta. Au contraire.


Tout ça, le Barça le sait pertinemment. En laissant l’idée de la remontada s’installer, les Blaugrana ont seulement souhaité gagner du temps, en resserrant les liens avec les supporters et en masquant les problèmes internes comme l’horrible prestation offerte au Parc. Comme le Real Madrid l’avait fait en 2013 après avoir chuté au Borussia Dortmund en demi-finales de C1 (4-1). Si la Maison-Blanche avait donné l’impression d’avoir été tout près de l’exploit au retour (2-0), elle n’avait en fait marqué ces deux buts que dans les dix dernières minutes. Finalement, les seules réelles remontadas qui parviennent à exister sont celles que personne n’attend. Liverpool qui remonte trois buts à Milan en une mi-temps. Ou le Deportivo La Corogne qui rattrape trois pions aux mêmes Milanais (en 2004). L’espoir n’est alors qu’intime, personnel, limité à quelques personnes, et le fantasme peut se transformer en réalité. Mais, promis, pas comme ce soir.


  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Barça-PSG

    Par Florian Cadu Tout propos sortis de conférence de presse, sauf mentions
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    C1 - Huitièmes retour
    Barcelone - Paris SG




    Dans cet article


    Hier à 21:30 Le bonbon de Bruno Alves sur coup franc 2 Hier à 14:00 Le joli but de Frenkie de Jong avec l'Ajax 13
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Le psy de Luis Enrique