1. // Amical
  2. // Angleterre/France

« Une question de suprématie »

Christophe Lamaison détient le record du nombre de point marqués sous le maillot du XV de France (380 unités). L'ancien demi d'ouverture des Bleus a joué un paquet de rencontres face aux Anglais. "Titou" est bien placé pour nous parler de cette rivalité si particulière.

Modififié
0 1
Un Angleterre-France sous le maillot bleu est-il si différent des autres matches ?


Les oppositions entre la France et l'Angleterre sont vraiment des rencontres à part. Au rugby, ce sont les deux meilleures nations de l'hémisphère Nord qui jouent l'une contre l'autre. C'est un rendez-vous annuel. Pour nous, c'était à Twickenham, une enceinte mythique dans le monde de l'ovalie.

Pourquoi est-ce si difficile d'affronter les Anglais ?


Les Anglais sont fiers et patriotes. Quand tu joues à Twickenham, dans un tel stade, tu t'attends à un combat de gladiateurs. L'environnement est différent des autres matches. Il y a un petit jeu qui s'installe dès le début de semaine en conférence de presse. Certains Anglais nous allumaient et vice-versa. Après, quand tu arrives sur le terrain, tu es en transe. Parfois même à la limite de l'agression.

Justement, Laurent Blanc a déclaré en conférence de presse que les joueurs de Fabio Capello n'appréciaient pas spécialement les Français...


C'est de bonne guerre. Ces matches-là, même amicaux, traduisent aussi une question de suprématie et d'orgueil. Les Anglais fonctionnent toujours de la même façon. Quand ils gagnent, ils organisent une haie d'honneur et vous serrent la main avec un "Good Game" murmuré à l'oreille. Le respect et les petites railleries : voilà ce qui caractérise ces duels.

Vous avez signé un full-house en 1997 à Twickenham (essai-pénalité-drop-transformation réussis dans un même match), Nicolas Anelka a lui marqué un doublé historique à Wembley en 1999. Les France-Angleterre poussent-ils aux exploits individuels ?


Il y a tellement d'intensité, tellement de pression qu'un joueur peut se sublimer. Mais cet exploit arrive souvent grâce au collectif. Ces matches à forte rivalité font naître des groupes. En 1997, je réalise une sacrée performance mais c'est toute une équipe de jeunes qui s'impose à Twickenham. Cela faisait dix ans que l'on perdait chez nos ennemis. En 1999, Anelka marque par deux fois mais c'est surtout l'ensemble du match de l'équipe de France de foot qui est remarquable. Un an après, les Bleus gagnent l'Euro, cela ne doit rien au hasard. Le collectif se sublime et les individus ressortent.

Est-ce que des jeunes joueurs peuvent émerger dans ce genre de rencontre ?


Je ne sais pas trop... Dans le football, on fait beaucoup attention aux statistiques individuelles, ça me gène un peu. Au rugby, ce n'est pas pareil. C'est difficile de donner des stats sur un joueur en particulier car au final, le résultat sera l'inverse de ce que vous voudrez commenter. On dépend tous des autres et mon record de points en Bleu (380 points, ndlr) est le fruit de mes coéquipiers.

Les rugbymen tricolores ont-ils été touchés par la catastrophe du Mondial sud-africain ?


Je ne suis pas le plus grand supporter de foot qu'il soit mais on a tous subi les images de Knysna. On a été choqués par ces choses extra-sportives. C'est bien de tourner la page et surtout de prendre Laurent Blanc. Le XV de France a choisi Marc Lièvremont et Emile Ntamack comme sélectionneurs. Ce sont d'anciens mecs avec un passif Bleu, avec des Grands Chelems, une histoire. On a su retourner vers les valeurs du rugby. Au foot, on prend le même chemin. Laurent Blanc a gagné des titres, c'était un joueur respecté. Il requiert le profil idéal pour entraîner l'équipe de France.

Un dernier mot sur Wembley, un stade particulier ?


J'ai déjà évolué à Wembley mais contre le Pays de Galles. C'était juste avant la démolition puis la reconstruction du nouveau stade. C'est un mythe, tout comme Twickenham. Il appartient au patrimoine anglais et c'est une chance de jouer dans une telle enceinte. Il faut que les joueurs français en aient conscience.

Propos recueillis par Romain Poujaud

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La seule difference , c ´est qu´au Rugby les français aussi sont patriotes, et fiers de défendre la France.....
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Pas de quoi se pavaner
0 1