En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Centrale/ Major League Soccer

Une Ligue des champions américaine, vraiment ?

64 équipes, du Canada jusqu'à l'Argentine. Un pactole de 30 millions de dollars pour le vainqueur, et 5 millions pour chaque participant. Entre sept et neuf mois de compétition, et la promesse de faire éclore le football du continent américain. Dites bonjour à l'America's Champions League, le projet improbable imaginé par un entrepreneur italien, et soutenu par certains dirigeants du continent. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Modififié
Imaginez donc River Plate affronter Los Angeles Galaxy. Ou Peñarol se frotter à l'Impact de Montréal. Si ces rencontres sentent bon les tournées de pré-saison négociées à coups de millions de dollars, elles pourraient bien avoir lieu dans un futur proche. Et ce, lors d'une compétition officielle. C'est l'idée de Ricardo Silva, président de MP & Silva, leader mondial de la distribution des droits télévisés. Celui qui a fondé le Miami FC en collaboration avec Paolo Maldini, présente son projet : « Cela permettrait de développer le football aux États-Unis. Il n'y a rien de mieux qu'affronter les meilleurs clubs du monde. Ce serait comme la Ligue des champions, mais pour les équipes d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Ce tournoi regrouperait 64 clubs et durerait entre sept et neuf mois. » Et l'idée semble plaire aux dirigeants du continent. Eduardo Ache, président du Nacional de Montevideo, confirme sur la chaîne argentine TYC Sports : « J'espère que cela va se faire. Quand l'idée nous a était présentée, nous avons donné notre aval en vingt minutes. Il y aura forcément des complications, mais avec de la bonne volonté, nous pouvons les régler. » La répartition des équipes de cette Ligue des champions américaine a même été dévoilée : la MLS présentera seize équipes, tout comme le Brésil. Huit clubs mexicains, dix argentins, trois colombiens, deux chiliens et uruguayens, et un paraguayen compléteront le tableau. Une phase préliminaire est même à l'étude, avec des clubs équatoriens, péruviens, boliviens, costariciens et même caribéens.

Money, money, money


Un beau bordel qui semble convaincre Roberto de Andrade, le président de Corinthians : « C'est une très bonne initiative pour les clubs et les supporters. Cela peut permettre le développement économique du football continental. » Mais les premiers doutes émergent. Luis Segura, président de la Fédération argentine, sur les ondes d'ESPN FC Radio : « Nous voulons créer ce tournoi. Mais il faut le prendre avec précaution. Il ne faut pas privilégier les grands clubs. C'est un projet intéressant, mais pour l'instant, il ne fonctionnerait pas. Il n'y a rien de concret. » Le boss de l'AFA poursuit : « J'ai compris que Tinelli est au centre de ce projet, et cela ne me gêne pas. Mais il faut maintenir l'équilibre entre les grands clubs et le reste » , en référence à la lutte qu'il mène au vice-président de San Lorenzo pour les futures élections à la Fédération. Du côté de la CONMEBOL, on confirme l'opacité de ce projet : « Il n'y a rien d'officiel. Nous n'avons même pas reçu de proposition. De plus, la Libertadores est historique. Rien ne peut la remplacer » , calme Juan Angel Napout, président paraguayen de l'institution.

Alors que les arguments économiques prédominent (les participants se répartiront 440 millions de dollars, contre 69 millions pour la Libertadores, le vainqueur empochera 30 millions de dollars contre 5,3 pour la compétition sud-américaine), d'autres questions se posent. Que deviendra la mythique Copa Libertadores ? Et la moins réputée mais tout aussi compétitive Copa Sudamericana ? La répartition des équipes est-elle juste ?

Un calendrier impossible


Les défenseurs de ce tournoi – qui pourrait voir le jour en 2019 – affirment que les compétitions continentales ne seront pas négligées. Comprendre, les dirigeants souhaitent faire coïncider un nombre improbable de compétitions. En effet, devront se disputer en une même saison en Amérique du Sud : les championnats locaux et les coupes nationales, la Copa Libertadores, la Copa Sudamericana, et donc l'America's Champions League. La Concachampions survivrait aussi. Outre un calendrier surchargé, un autre problème se pose. Au vue du butin promis par Ricardo Silva, les clubs privilégieront logiquement le nouveau tournoi. Ainsi, la Libertadores, vieille de 55 ans et encore considérée comme la vitrine du football latin, serait reléguée au rang de compétition mineure. La répartition des équipes est une autre inconnue. Les seize places accordées à la Major League Soccer semblent totalement injustifiées, puisqu'on peut considérer l'Uruguay, la Colombie, ou encore le Chili comme des nations où le football est bien plus implanté. Ici, l'influence de Ricardo Silva, désormais propriétaire du Miami FC, et sa volonté de développer le football aux États-Unis sont prépondérantes.


Autre argument présenté par l'entrepreneur italien : le continent américain pourrait gagner en compétitivité, et ainsi perdre petit à petit son rôle de vivier pour le football européen. Aussi, le difficile moment que traverse la sphère footballistique pourrait profiter aux partisans de cette Ligue des champions américaine. La FIFA et la CONMEBOL sont en pleine tourmente. Les pays au pouvoir conséquent en Amérique du Sud aussi : le président de la Fédération uruguayenne a été extradé par les États-Unis, la Fédération argentine est en crise permanente. Idem pour le Brésil où les clubs dissidents ont décidé de créer une ligue parallèle. Bref, un boulevard pour Silva et ses millions de dollars. Reste à convaincre un continent entier.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 5 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 6 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27