En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Une ligne d'appel pour les arbitres agressés

Modififié
Souvent conspués, insultés, voire physiquement agressés, les hommes en noir en voient souvent de toutes les couleurs dans les rencontres de football amateur.

Pour les accompagner dans ces épreuves parfois difficile, une hotline gérée par l'association Ref Support UK a été lancée ce samedi matin. Chaque arbitre qui se sent agressé pendant une rencontre peut appeler ce numéro – la ligne est disponible jusque minuit en semaine et 22h le week-end – et parler à un arbitre expérimenté qui les écoutera et les aidera à se calmer. La personne au bout du fil demandera également s'ils ont besoin d'une intervention médicale ou s'ils veulent que la police soit mise au courant de l'incident.


L'idée de cette hotline a germé à la suite de la grève des arbitres amateurs en mars dernier, initiée par Ryan Hampson, qui avait rassemblé près de 2000 hommes au sifflet. « Les arbitres, et en particulier ceux qui ont commencé récemment à siffler, ont parfois besoin d'une épaule sur laquelle pleurer. Nous serons là » , a promis Martin Cassidy, président de Ref Support UK.

Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour le monde des arbitres. AL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 il y a 7 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
il y a 3 heures Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 10
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8 Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2
À lire ensuite
Nantes a aussi tenté Nenê