Une Liga Sagres champagne

Pour la première fois depuis 2010, un autre club que Porto ou Benfica s'est sacré champion d'automne au Portugal. Le Sporting clube de Portugal succède ainsi au Sporting de Braga qui, trois ans auparavant, avait déjà tenté de bousculer la hiérarchie. La question est de savoir à présent si les Leões tiendront le coup jusqu'au bout.

Modififié
9 8
Le retour du roi lion

Brisées la routine et la monotonie du duel Porto-Benfica, retrouvé le troisième grand club portugais. On le savait revanchard, à l’image de son nouveau président, mais pas forcément capable de rivaliser avec ses deux rivaux; pourtant, le Sporting terminera l’année 2013 sur le trône à la faveur d’un début de saison réussi. Et c’est peu dire que les Leões reviennent de loin. On parle là d’une formation qui a été capable de se ridiculiser face aux Hongrois de Videoton, de changer d’entraîneur à trois reprises en six mois et de louper l’Europe la saison dernière. Conscient du mal qui rongeait son club, Bruno de Carvalho a décidé de faire table rase à l’intersaison. Dehors les gros salaires (Van Wolfswinkel) et les pleureuses (Ilori, Bruma), bonjour les jeunes affamés du centre de formation (et la pépite Montero). Grâce à cette politique, le Portugal a pu faire connaissance avec William Carvalho, révélation de cette première partie de championnat. Même Jesualdo Ferreira, auteur d’une bonne fin d’exercice en 2012-2013, n’a pas résisté à la refonte du club. Remercié en mai, il a laissé sa place à un autre ancien de Braga, Leonardo Jardim. Résultat, c’est un Sporting offensif, conquérant et intelligent qui sillonne les pelouses lusitaniennes depuis le début de la saison. Un Sporting possédant la meilleure attaque, la meilleure défense et le meilleur buteur avant avant de plonger en 2014 avec un objectif : continuer sur ce rythme.

Porto et Benfica en embuscade

Plus que le retour du deuxième club lisboète au sommet de la hiérarchie, c’est cet incroyable podium de mi-saison qui attire avant tout l’attention à l’ouest de la péninsule. Car le leader, Porto et Benfica ne se départagent qu’à la différence de buts (33 points chacun). Si les Leões se sont montrés plutôt réguliers du début du championnat à la fin de l’année, Benfiquistas et Portistas ont connu un parcours bien plus chaotique. Les premiers ont manqué leur début de saison (une défaite et deux nuls lors des six premières journées) alors que les hommes de Paulo Fonseca, qui avaient mieux démarré, ont connu un énorme passage à vide au mois de novembre. Tous deux éliminés précocement en Ligue des champions, les ennemis jurés ont néanmoins su hausser leur niveau de jeu en décembre pour rester au contact du Sporting. Jorge Jesus et Paulo Fonseca auront l’occasion de confirmer ou non cette tendance le 12 janvier prochain, date du bouillant classico portugais.

Encouragements

Estoril : Plein de bonne volonté en Europe mais très loin du niveau requis pour passer la phase de groupes, Estoril est bien parti pour rejouer la C3 en 2014. Les « Estorilenses » occupent la première place de « l’autre championnat » , comprendre la quatrième place de la Liga Sagres. Et ça, ils le doivent notamment à un homme. Marco Silva, leur entraîneur. Du haut de ses 36 ans, le discret sosie de Manuel Valls est en train de se faire une belle réputation. Dire qu’il y a deux ans, le bougre prenait sa retraite de joueur pour prendre les commandes d’Estoril...

Arouca : Les bookmakers avait prédit une année compliquée faite de nuls et de branlées, mais Arouca s’en sort mieux que prévu. Menés par un Pedro Emmanuel revanchard, les promus ont mis du temps à trouver le rythme avant de passer la seconde ces dernières semaines. Résultat, Arouca est allé décrocher un nul à la Luz et a tapé Gil Vicente 3-0 à Barcelos. Seul hic, le classement n’est pas des meilleurs. Premiers non relégables, les Arouquenses ne possèdent que 3 points d’avance sur le duo Paços de Ferreira-Olhanense. Mais vu le niveau de ces deux derniers, trois unités, c’est beaucoup.

Avertissement travail

Braga : Pour la deuxième année de suite, Braga ne devrait a priori pas figurer dans le trio de tête au printemps. Si les hommes de Jesualdo Ferreira se sont ressaisis depuis leur défaite à Benfica (deux victoires, un nul et une défaite à Porto), ils payent très cher un début d’exercice carrément moisi. Le départ d’Hugo Viana, l’irrégularité d’Eder, le manque de réalisme offensif et l’hécatombe en défense centrale sont autant de facteurs qui obligent aujourd’hui les Minhotos à réaliser une série de victoires du même calibre que celle de 2011-2012 (11 succès d’affilée) pour espérer lutter avec le gratin portugais en fin de saison.

Paços de Ferreira : Catastrophique. Nul. Désespérant. À l’inverse d’Estoril, les Castores n’assument pas du tout ce qui aurait pu être leur nouveau statut. L’après Fonseca et Josué a été très mal géré par le président de Paços, qui enchaîne depuis les erreurs de casting tant sur le banc que sur le terrain. Un échec qui se traduit par le gain de 9 petits points en 14 journées. On a du mal a croire que cette équipe a terminé sur la troisième marche du podium la saison dernière.

Avertissement conduite

Jorge Jesus a fini par craquer. Instable psychologiquement depuis les trois finales perdues en mai dernier, l’entraîneur de Benfica n’a pas supporté de voir un de ses supporters se faire maîtriser brutalement par la police, à la fin d’un Guimarães-Benfica marqué par un envahissement de terrain. Jesus a fait du Jésus en distribuant des pains afin de sauver la brebis égarée. Au final, l’entraîneur portugais évite la crucifixion mais a dû purger une suspension d’un mois. Un changement de comportement est à prévoir pour 2014.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

steven.mugiwara Niveau : DHR
Intéressant, enfin un article sur le championnat portugais, super intéressant et avec de véritables pépites. Mais je pense qu'il faudrait vraiment développer un peu plus, car il y a tellement de choses à dire là-dessus ...

Le Sporting semble un peu tendre pour le titre, mais la différence de niveau avec "l'équipe de l'an dernier" reste exceptionnelle. L'an passé, entre des défaites à quasiment tous les matchs, (on a même parlé d'une montée du Sporting B avec la descente de ce Sporting-là), un président détesté, des entraîneurs incompétents (Vercauteren) et des problèmes dans la relation équipe-public ont été un véritable traumatisme pour Os Leões. Dans l'ensemble, on peut dire que c'est compréhensible cette première place. D'une part, l'entraîneur a fait ses preuves (Beira-Mar dans la première partie du tableau, Braga candidat au titre et leader jusqu'à la 26ème journée en 2011/2012 et qualifié pour le playoff de la C1 l'an d'après, résultats probants avec l'Olympiakos) et a un véritable fond de jeu, des idées bien en place. D'autre part, le président est un véritable spectacle à lui tout seul, il tire à vue, et a une stratégie de communication impressionante, il n'y a qu'à voir la cote de popularité qu'il a auprès des supporters.

Ensuite, Benfica qui n'a perdu aucun joueur majeur (Garay, Matic, Cardozo, Gaitan) est trop faible au niveau de l'état d'esprit. Certes il y a une victoire contre Braga (peu méritée je l'avoue) et un nul contre Sporting en championnat, mais c'est bien trop peu pour une équipe qui avait un tel niveau de jeu lors des saisons précédentes. Le triple échec de mai ne s'est pas du tout guéri. Il y a eu une gestion désastreuse de la part des dirigeants benfiquistas : soit licencier Jesus directement après ça et repartir sur de nouvelles bases saines et engager un entraîneur avec un fort potentiel, pas forcément portugais, mais capable de gérer les égos, soit vendre certains cadres pour équilibrer les comptes. Les cadres cités précédemment sont trop affectés par les multiples pertes de mai 2013, Matic est à des années-lumière de son niveau réel, Garay est en deçà de son vrai niveau et le cas Cardozo a été encore une fois mal géré.

Porto est à mon sens à sa véritable place: perte de l'entraîneur (détesté par les supporters) qui a été double vainqueur du championnat, perte de Moutinho, James Rodriguez non remplacés par des joueurs du même calibre. Etant donné le niveau général du championnat, cela aurait pu suffir pour jouer le titre, mais les recrues n'ont pas toutes les niveau requis du côté du Stade du Dragão (Josué, Licá). Lucho et Fernando sont un cran en-dessous de leur vrai niveau et surtout l'entraîneur a insisté pour changer le style de jeu légendaire de Porto (4-3-3, avec un récupérateur) pour un 4-3-3 avec deux milieux def et un 10 qui est proche de l'attaquant. Jusqu'à la mi-temps du match contre Braga, Porto se faisait bouffer à chaque fois au milieu de terrain. Maintenant, il faudra se ressaisir sous peine de voir l'entraîneur faire un petit tour et puis s'en va.

La grosse déception: mon club Braga, qui a perdu Hugo Viana mais également Mossoró, Leandro Salino et Quim, des leaders dans le vestiaire et qui ont toujours mouillé le maillot. Pour Eder, je ne suis pas d'accord, il a été blessé de février à Octobre (ligaments croisés) et s'est re-blessé en Décembre pour 3 mois (fracture du 5e métatarse). Les recrues, hormis Rafa qui est un diamant brut (regardez ses buts contre Olhanense en coupe du Portugal ou contre Estoril hier en coupe de la Ligue) Eduardo et Pardo n'ont pas le niveau requis pour une équipe qui vise la qualification pour les playoffs de la C1. En admettant que ce soit une année de reconstruction, une 4ème place ainsi qu'un trophée national (coupe du portugal et/ou coupe de la ligue) ne serait pas une année catastrophique.

Estoril est à mon sens, comme très bien mentionné et développé dans l'article, en train de confirmer son statut de poil à gratter du championnat portugais. Un très bon mélange d'anciens espoirs (Carlitos, Balboa, Sebá) et de jeunes prometteurs ainsi qu'un entraîneur modeste mais aux dents longues, ce qui donne un cocktail explosif. En ayant perdu des joueurs du niveau de Jefferson (latéral avec un excellent niveau à Sporting), Licá et Carlos Eduardo (qui réalise un sans-faute à Porto, on parle de lui comme du nouveau Deco), on peut se rendre compte de l'importance du travail de Marco Silva. Quand on parle de Paços Ferreira qui a perdu ses meilleurs éléments, ils devraient en prendre de la graine en regardant du côté d'Estoril. De plus, le niveau de jeu intéressant affiché lors de la double confrontation contre Séville en EL ne m'a pas étonné du tout, bien que Séville soit en perte de vitesse depuis quelques saisons.

En comptant le fait qu'il n'y ait que 6 points entre Gil Vicente 8ème et Estoril 4ème, tout peut arriver. Et on n'est jamais sûrs de rien concernant le titre. Bref, à mon sens c'est le seul championnat aussi indécis devant que la Premier League avec le trio Arsenal-City-Chelsea.
En effet, le SCP est en train de réaliser une saison, jusqu'à présent idyllique, tant on avait perdu l'habitude de les voir réussir.. ça fait plus de 10 ans qu'ils sont "à la peine" mais Leonardo Jardim est un fantastique entraîneur qu'il aurait été agréable de voir à la tête de Porto.

Benfica, s'est endormi sur ses lauriers et la recrudescence de Serbes dans cette équipe a fait perdre son "Toque" qui était instauré par JJ pour une équipe plus froide et plus directe. Malheureusement, elle perd en confiance quand ça ne marche pas mais le club réussit tout de même à sortir des résultats en mode killer pour gagner à l'arrache.

Pour ton analyse sur Porto, j'ai du mal à saisir pourquoi tu dis qu'ils sont à leur place (1ers ex æquo) sachant que tu dis qu'ils ont perdu des joueurs et que les remplaçants ne sont pas au niveau..
Sans les problèmes de concentration en défense (des joueurs déjà présents) le FCP avait 6 points d'avance, entre Otamendi qui fait une erreur, Mangala qui anticipe n'importe comment, Alex Sandro qui rate son marquage, Danilo avec une relance dans l'axe et Fernando qui marque contre son camp après un marquage indélicat, on peut décemment rien reprocher à Licà ou Josué qui font le boulot.
En effet, Fonseca a voulu imposer son style de jeu et passant Lucho en 10 afin d'intégrer Quintero au fur et à mesure, pénalisant ainsi le triangle du milieu de terrain et le jeu n'est pas assez élargi par manque d'ailiers (Je ne comprendrai jamais le cas Iturbe) et Jackson Martinez a été moins décisif mais Porto, historiquement n'a jamais eu plusieurs scoreurs dans l'équipe, permettant justement à la pointe du 4-3-3 d'être meilleur buteur à plusieurs reprises.
Jardel, Pena, McCarthy, Lisandro, Falcao ou Jackson ont été les meilleurs buteurs en étant esseulés dans la surface. Comme bien sûr, il y a toujours des exceptions, on peut parler de Derlei, Drulovic ou Hulk qui avaient des profils bien plus tueurs que l'équipe actuelle. Quaresma fera du bien lors de son retour, sans pour autant être le planteur recherché mais Varela ou Licà serviront de deuxième pointe.

Pour le reste, je suis d'accord avec toi. Braga peut vraiment mieux faire et Estoril a un très joli fond de jeu pour un "petit"
Merci les gars!
Willy,willy...
Le zborting va retrouver sa vrai place d'ici la fin de la saison... C'est à dire derrière Porto et Benfica. .
steven.mugiwara Niveau : DHR
Deco10, tu fais bien de le dire, je voulais justement dire Porto n'est pas à sa place, je me suis pas bien relu (en même temps t'as vu le pavé ^^)

mais le reste c'est bien ce que j'ai voulu dire. Je trouve dommage que Porto n'ait pas gardé Iturbe en effet, pour moi c'est incompréhensible, mais bon s'il perce en Italie et qu'il revient en force, pourquoi pas. Mais pour Lica, il faut admettre que beaucoup se posent la question du pourquoi est-il là. Il a certes bien commencé sa saison, mais il est très brouillon, et dans un club avec des joueurs techniquement à l'aise, à mon sens il est un peu à la peine. Après Josué, je trouve qu'il n'a pas encore le niveau requis pour être un "grand" au FC Porto. J'ai beaucoup regardé Porto cette saison, et je t'avoue que Carlos Eduardo est à mon sens un joueur fantastique. De sa mi-temps contre Braga où il a totalement gagné la bataille du milieu de terrain à maintenant (en exceptant le match de hier contre Sporting) il est clairement dommage de ne pas lui avoir donné sa chance plus tôt. Maintenant, Porto avait 5 points d'avance si je ne me trompe pas, donc à mon sens, pour le titre ça devrait être jouable, après pour la C1 c'était assez limite (et pourtant le groupe était à la hauteur, ce que je trouve dommage).
Salutations
Je comprends mieux ta phrase du coup

Licà n'est pas le joueur le plus technique il est vrai mais il fait partie de ces travailleurs de l'ombre qui usent une défense. Son début de saison était énorme et il en paye peut être le prix aujourd'hui. Comme Quintero, ils se sont peut être vus trop beaux.

Josué avait pour lui l'avantage de connaître la philosophie de jeu du coach et de pouvoir la transmettre. Il était quand même le liant idéal. Même poste que Moutinho, il a connu la maison en jeunes, a beaucoup progressé et connaît l'entraîneur. Son jeu lui a même permis de gratter de l'espace en séléction, je ne l'ai pas trouvé si mal.

Carlos Eduardo est une bonne surprise. Ils l'ont modelé comme ils le souhaitaient. Fonseca l'a précisé, ils l'ont formé à jouer en 8 alors qu'il est plutôt un 10 voir deuxième attaquant mais il est vrai que la fraîcheur amenée par son irrévérence a fait du bien à l'équipe. Je pense surtout qu'avoir replacé Lucho à son poste et laissé Fernando seul sont les vraies bonnes réponses amenées.
Je trouve que le faire sortir en décembre n'est pas si mal. Deco a bien fait une saison à Salgueiros avant de revenir et d'exploser avec Mourinho.
La C1 restera la déception de la saison mais si au bout, il y a une Europa League, on sera satisfaits quand même.
Prenez soin de Ruben Micael ;)
magico_gonzales Niveau : District
y a pas que le sporting qui s'est ridiculisé face à videoton ,
remember le PSG dans les 80's
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 8