Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

Une Liga Sagres champagne

Pour la première fois depuis 2010, un autre club que Porto ou Benfica s'est sacré champion d'automne au Portugal. Le Sporting clube de Portugal succède ainsi au Sporting de Braga qui, trois ans auparavant, avait déjà tenté de bousculer la hiérarchie. La question est de savoir à présent si les Leões tiendront le coup jusqu'au bout.

Modififié
Le retour du roi lion

Brisées la routine et la monotonie du duel Porto-Benfica, retrouvé le troisième grand club portugais. On le savait revanchard, à l’image de son nouveau président, mais pas forcément capable de rivaliser avec ses deux rivaux; pourtant, le Sporting terminera l’année 2013 sur le trône à la faveur d’un début de saison réussi. Et c’est peu dire que les Leões reviennent de loin. On parle là d’une formation qui a été capable de se ridiculiser face aux Hongrois de Videoton, de changer d’entraîneur à trois reprises en six mois et de louper l’Europe la saison dernière. Conscient du mal qui rongeait son club, Bruno de Carvalho a décidé de faire table rase à l’intersaison. Dehors les gros salaires (Van Wolfswinkel) et les pleureuses (Ilori, Bruma), bonjour les jeunes affamés du centre de formation (et la pépite Montero). Grâce à cette politique, le Portugal a pu faire connaissance avec William Carvalho, révélation de cette première partie de championnat. Même Jesualdo Ferreira, auteur d’une bonne fin d’exercice en 2012-2013, n’a pas résisté à la refonte du club. Remercié en mai, il a laissé sa place à un autre ancien de Braga, Leonardo Jardim. Résultat, c’est un Sporting offensif, conquérant et intelligent qui sillonne les pelouses lusitaniennes depuis le début de la saison. Un Sporting possédant la meilleure attaque, la meilleure défense et le meilleur buteur avant avant de plonger en 2014 avec un objectif : continuer sur ce rythme.

Porto et Benfica en embuscade

Plus que le retour du deuxième club lisboète au sommet de la hiérarchie, c’est cet incroyable podium de mi-saison qui attire avant tout l’attention à l’ouest de la péninsule. Car le leader, Porto et Benfica ne se départagent qu’à la différence de buts (33 points chacun). Si les Leões se sont montrés plutôt réguliers du début du championnat à la fin de l’année, Benfiquistas et Portistas ont connu un parcours bien plus chaotique. Les premiers ont manqué leur début de saison (une défaite et deux nuls lors des six premières journées) alors que les hommes de Paulo Fonseca, qui avaient mieux démarré, ont connu un énorme passage à vide au mois de novembre. Tous deux éliminés précocement en Ligue des champions, les ennemis jurés ont néanmoins su hausser leur niveau de jeu en décembre pour rester au contact du Sporting. Jorge Jesus et Paulo Fonseca auront l’occasion de confirmer ou non cette tendance le 12 janvier prochain, date du bouillant classico portugais.

Encouragements

Estoril : Plein de bonne volonté en Europe mais très loin du niveau requis pour passer la phase de groupes, Estoril est bien parti pour rejouer la C3 en 2014. Les « Estorilenses » occupent la première place de « l’autre championnat » , comprendre la quatrième place de la Liga Sagres. Et ça, ils le doivent notamment à un homme. Marco Silva, leur entraîneur. Du haut de ses 36 ans, le discret sosie de Manuel Valls est en train de se faire une belle réputation. Dire qu’il y a deux ans, le bougre prenait sa retraite de joueur pour prendre les commandes d’Estoril...

Arouca : Les bookmakers avait prédit une année compliquée faite de nuls et de branlées, mais Arouca s’en sort mieux que prévu. Menés par un Pedro Emmanuel revanchard, les promus ont mis du temps à trouver le rythme avant de passer la seconde ces dernières semaines. Résultat, Arouca est allé décrocher un nul à la Luz et a tapé Gil Vicente 3-0 à Barcelos. Seul hic, le classement n’est pas des meilleurs. Premiers non relégables, les Arouquenses ne possèdent que 3 points d’avance sur le duo Paços de Ferreira-Olhanense. Mais vu le niveau de ces deux derniers, trois unités, c’est beaucoup.

Avertissement travail


Braga : Pour la deuxième année de suite, Braga ne devrait a priori pas figurer dans le trio de tête au printemps. Si les hommes de Jesualdo Ferreira se sont ressaisis depuis leur défaite à Benfica (deux victoires, un nul et une défaite à Porto), ils payent très cher un début d’exercice carrément moisi. Le départ d’Hugo Viana, l’irrégularité d’Eder, le manque de réalisme offensif et l’hécatombe en défense centrale sont autant de facteurs qui obligent aujourd’hui les Minhotos à réaliser une série de victoires du même calibre que celle de 2011-2012 (11 succès d’affilée) pour espérer lutter avec le gratin portugais en fin de saison.

Paços de Ferreira : Catastrophique. Nul. Désespérant. À l’inverse d’Estoril, les Castores n’assument pas du tout ce qui aurait pu être leur nouveau statut. L’après Fonseca et Josué a été très mal géré par le président de Paços, qui enchaîne depuis les erreurs de casting tant sur le banc que sur le terrain. Un échec qui se traduit par le gain de 9 petits points en 14 journées. On a du mal a croire que cette équipe a terminé sur la troisième marche du podium la saison dernière.

Avertissement conduite

Jorge Jesus a fini par craquer. Instable psychologiquement depuis les trois finales perdues en mai dernier, l’entraîneur de Benfica n’a pas supporté de voir un de ses supporters se faire maîtriser brutalement par la police, à la fin d’un Guimarães-Benfica marqué par un envahissement de terrain. Jesus a fait du Jésus en distribuant des pains afin de sauver la brebis égarée. Au final, l’entraîneur portugais évite la crucifixion mais a dû purger une suspension d’un mois. Un changement de comportement est à prévoir pour 2014.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE