Serie A - 19e journée - Lazio/Cagliari

Par Eric Maggiori

Une Lazio mal-aimée ?

Ce soir, la Lazio reçoit Cagliari au stadio Olimpico. En cas de succès, l’équipe romaine peut asseoir sa deuxième position au classement, derrière la Juve. Pourtant, en Italie et ailleurs, personne, ou presque, n’éprouve une grande considération pour cette équipe. Pourquoi donc ?

Note
11 votes
11 votes pour une note moyenne de 4.64/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Konko, Hernanes et Gonzalez, visiblement heureux
Konko, Hernanes et Gonzalez, visiblement heureux
C’est peut-être l’équipe la moins médiatique et la moins médiatisée du peloton de tête en Serie A. Et pourtant, la Lazio est là, bien là même. Depuis le début de la trêve, l’équipe romaine regarde toutes les autres de haut (hormis la Juventus, évidemment), bien assise sur sa deuxième place. Une deuxième place qui, finalement, n’est que la suite logique des deux dernières saisons, où les Biancocelesti avaient terminé cinquièmes, puis quatrièmes. Pourtant, les prestations de l’équipe guidée par Vladimir Petković semblent quasiment passer inaperçues. Les médias italiens lui préfèrent la fougue de Stramaccioni à l’Inter, les prouesses de Cavani au Napoli, l’explosif trio de la Roma Totti-Lamela-Osvaldo ou encore l’avènement définitif de Vincenzo Montella à la Fiorentina, sans parler des problèmes du Milan AC. La Lazio, elle, reste toujours au second plan. Pas assez sexy ? Peut-être. Pas assez spectaculaire ? Peut-être. N’empêche qu’il va falloir compter avec cette équipe jusqu’à la fin de la saison. D’autant que la première journée de l’année 2013, avec la confrontation directe entre le Napoli et la Roma, pourrait bien lui être à nouveau favorable.

Aussi bien que Maestrelli et Eriksson

Pendant la trêve, les joueurs de la Lazio, eux-mêmes, ont commencé à se demander pourquoi les médias ne leur consacraient que peu d’intérêt. C’est le capitaine, Stefano Mauri, qui a dégainé le premier, juste après la victoire sur la pelouse de la Sampdoria, synonyme de deuxième place. « Trois points sur un terrain difficile, on passe devant l’Inter et deuxième place… une grande Lazio. Peut-être que maintenant, ils vont commencer à parler un peu de nous… peut-être… » a-t-il écrit sur son site officiel. Quelques jours plus tard, Antonio Candreva lui a fait écho aux micros de Lazio Style Radio : « À part la Juve qui a une faim incroyable, il n’y a pas d’équipes vraiment plus fortes que nous, et pourtant, j’ai l’impression que nous recevons peu de considération de la part de la presse ». Christian Brocchi, lui, préfère ironiser. « À quelle position de classement sommes-nous ? Je ne sais pas, j’imagine que nous sommes au moins derrière trois ou quatre équipes, non ? ». Bref, du côté de Formello, on est bien conscient que cette Lazio fait peu parler. Pourtant, les chiffres sont là. En cas de succès, ce soir, contre Cagliari, les Romains atteindraient la barre des 39 points à la fin de la phase aller. Dans toute l’histoire, seuls deux entraîneurs ont fait mieux sur le banc laziale au bout de 19 journées : Tommaso Maestrelli, lors de la saison 1972-73 (année où la Lazio perd le Scudetto lors de la toute dernière journée, avant de le remporter la saison suivante), et Sven-Göran Eriksson en 1999-00, année du titre.

Oui, mais voilà. Cette Lazio se traîne derrière elle une image peu sympathique, sans vraiment savoir pourquoi. Pas forcément grand-chose à voir avec ses tifosi, qui ont été diabolisés en France suite à des comportements racistes à la fin des années 90 mais qui, en Italie, sont considérés comme des tifosi « normaux », avec leur lot d’ultràs, comme dans pratiquement tous les clubs italiens. Non, la non-médiatisation de la Lazio est ailleurs. Déjà, son président, Claudio Lotito, inspire peu la confiance. Depuis son arrivée au club, en 2004, il a été protagoniste de toutes sortes d’actions qui n’ont pas franchement fait grimper sa cote de popularité, ni celle de son équipe. En tête : cette folle histoire en 2009/10 où il avait ordonné que des joueurs du calibre de Ledesma et Pandev soient mis hors du groupe juste pour des histoires de contrat, avant de demander leur réintégration parce que l’équipe était au bord de la zone de relégation (Pandev avait préféré se barrer à l’Inter). Pourtant, à côté de cela, il est parvenu à faire venir à Rome des joueurs comme Hernanes ou Klose. Mais bon. Comme nous l'a assuré Ousmane Dabo, qui a porté pendant cinq saisons le maillot bleu ciel, « il fut un temps où la Lazio accueillait des Vieri, Veron, Nesta, Salas et autres Nedvěd, et on continuait à peu en parler, privilégiant toujours les bien plus médiatiques Juventus, Milan et Inter ».

Un 4-0, puis 11 matchs sans défaite

À croire, donc, que cette non-médiatisation est historique. Et que la Lazio ne peut pas y faire grand-chose, à part tracer sa route et continuer à prendre des points, semaine après semaine. Et si, finalement, le fait que la presse se soucie peu d'elle était un avantage pour avoir moins de pression ? Oui et non. Car on ne parle jamais autant de cette équipe que lorsqu’elle se ramasse. Le 4 novembre dernier, elle reçoit une fessée sur la pelouse de Catane (4-0). Les médias s’emballent et mettent l’accent sur ses carences défensives. Depuis cette déculottée, la Lazio a enchaîné 11 matchs sans la moindre défaite toutes compétitions confondues (série en cours) et n’a encaissé que 5 buts. « Quand la Juve aligne 11 matchs sans défaite en encaissant seulement 5 buts, on parle des records de la Juve, et on vante ses mérites. Quand c’est la Lazio qui réalise un tel exploit, c’est normal, et donc personne n’en parle » explique l’ancien feu follet de l’attaque de la Lazio, Vincenzo D’Amico. Ousmane Dabo le rejoint sur ce point. « Je ne sais pas pourquoi on parle si peu de la Lazio, cela a toujours été comme ça. Déjà, à Rome, les rédacteurs en chef des quotidiens sont tous de la Roma, donc c’est dur pour eux de parler en bien de la Lazio » dit-il en ironisant.

Mauvaise réputation ou pas, médiatisation ou non, la Lazio reçoit ce soir Cagliari, avec, donc, la possibilité de conforter sa deuxième place. L’Inter jouera demain un match compliqué à Udine, tandis que le Napoli et la Roma s’affrontent au San Paolo. Pas impossible, donc, que certains concurrents directs de l’équipe de Petković y laissent quelques plumes en chemin. Pour ce match, le coach bosniaque devrait pouvoir compter sur son effectif au complet, en attendant le renfort promis par Lotito. Le rêve des dirigeants, c’est actuellement Frank Lampard. Igli Tare, le directeur sportif laziale, lui a proposé un contrat de trois ans, à 2,5 millions d’euros par an. Steve Kutner, le manager de Lampard, a affirmé que « la Lazio pouvait être un endroit idéal pour Frank ». Lampard derrière Klose… Au moins, on ne pourra plus dire que la Lazio manque d’expérience pour aller accrocher une place en Ligue des champions. À défaut d'être adoubée.

Suivre Eric Maggiori sur Twitter Par Eric Maggiori

Parier sur les matchs de Juventus Turin

 





Votre compte sur SOFOOT.com

22 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Kymlicka le 05/01/2013 à 15:27
      Note : 1 

    On propose 2,5 mio d'Euros par an à Lampard, soit le salaire d'Amalfitano à l'OM...

  • Message posté par Captain_Zissou le 05/01/2013 à 15:34
      Note : 1 

    Et si tout simplement c'est parce que c'était un club rattaché politiquement au fascisme?

  • Message posté par Marek Hamsik le 05/01/2013 à 15:53
      Note : 2 

    C'est vrai que c'est pas le club qui fait le plus réver, malgré un palmarès plus qu'honorable et de grands joueurs qui y ont joué. Mais depuis quelques années, en dépit des bons résultats, le fond de jeu reste, je trouve, plus que moyen, ce qui en fait une équipe peu attractive. On préfère donc vibrer pour le Napoli par exemple, qui quoique irrégulier, propose du spectacle, ou la Juve qui est un rouleau compresseur...

    Puis c'est vrai que "S.S" (même si je sais bien que c'est pour societa sportiva) c'est moyen quand même...

  • Message posté par SEGA le 05/01/2013 à 16:00
      

    "Pourtant, en Italie et ailleurs, personne, ou presque, n’éprouve une grande considération pour cette équipe. Pourquoi donc ?", se demande l'auteur.

    La Lazio souffre du même syndrome que l'Inter en Lombardie. Pas assez fourbes et truqueurs. Pas assez italien, quoi.

    PS : Maintenant, vous aurez une bonne raison pour me noter négativement.

  • Message posté par Krevur le 05/01/2013 à 16:13
      

    @ SEGA pour l'inter je veux bien mais la crapulerie est une valeur phare (et revendiquée) à la lazio

  • Message posté par Kiko-Macheda le 05/01/2013 à 16:20
      Note : 2 

    Bien évidemment, et la Roma n'est absolument pas liée au fascisme par son histoire Captain_Zissou.
    L'Inter ne triche pas et la Lazio oui? Jolie blague.

  • Message posté par LeJusticier le 05/01/2013 à 16:23
      Note : 1 

    @Captain-Zissou

    Si tu vas par là beaucoup de clubs au début du XXème étaient rattachés au fascisme! Et les autres faisaient profil bas, notamment l'Inter qui a du changer de nom si je dis pas de bêtises... Les raccourcis sont faciles faut faire attention, même si je suis d'accord pour dire que la Lazio a connu son lot de dégénérés! Mais bon c'est pas les seuls, loin de là!

    Pour revenir au foot c'est vrai que c'est costaud la Lazio cette année, mais pas très sexy, il faut le reconnaitre!

  • Message posté par Abilbelnarqaw le 05/01/2013 à 16:24
      Note : 1 

    Le club en tant que ça a un long palmarès et une histoire marquée par de très grands joueurs (Nesta, Nedved, Véron récemment par exemple) mais ne suscite pas d'excitation car comme l'a dit Marek, il n'y a pas de ferveur particulière. La Roma fait vibrer par son côté bouillonnant et populaire, la Juve par sa supériorité, l'Inter par sa multinationalité (rare en Italie) et son histoire récente, le Milan par son histoire tout simplement et ses joueurs historiques. Je pense que le vrai pb est là, la Lazio n'a pas de joueur ou d'entraîneur historique. Qui pense à la juve pense à platoche, zizou, del piero ; au milan ac, nesta, inzaghi et bien d'autres ; à l'inter, zanett, cambiasso ; à la roma, totti et cie ...
    Après ce n'est qu'un point de vue mais je pense que c'est une partie de la réponse
    Ps : je valide ac rennes, en parlant de club sans passion ...

  • Message posté par ankourage le 05/01/2013 à 16:31
      Note : 2 

    Moi je t'aime Lazio, je t'aime depuis le jour ou Sylvain Armand t'as mis une chevauchée puis un enroulé du droit dans la lucarne, à moins que ça ne soit depuis le jour ou Pierre-Yves André t'as mis un lob de l'oreille-cou-épaule; enfin bon bref, pour te remercier de ta générosité je t'ai choisie comme maîtresse Italienne.

    Et n'écoute pas tous ces cons qui ne voient en toi que le choix politique (douteux certes) d'une minorité de tes supporters, les mêmes qui croient que les supporters de la Roma (et autres) sont de gentils bisounours mignons tout plein.

  • Message posté par Kymlicka le 05/01/2013 à 16:33
      

    La lazio, c'est quand même les saluts fascistes de nombreux ultras, Paolo Di Canio, la S.S. (società sportiva, ok mais bon, hein..), des posters et messages de soutienaux criminels de guerre serbes, et je dois sûrement en zapper quelques unes. Bref, ça fait beaucoup.

  • Message posté par Pampan le 05/01/2013 à 16:47
      Note : 2 

    La Lazio est un style de vie, rares sont ceux qui peuvent le comprendre

  • Message posté par schuey le 05/01/2013 à 16:48
      Note : 2 

    un sacré club, avec des joueurs de foot comme j'aime.
    Klose, le mec de 34 ans qui n'est pas aux USA ou aux Emirats...
    Un club de bosseurs.

  • Message posté par one_of_the_amoks le 05/01/2013 à 16:49
      

    à la roma aussi les fafs controlent, tous ceux qui l'ont vécu le savent.
    maintenant y'a pas non plus que des fafs à la roma, c'est peut etre bien la diff avec la lazio où j'ai jamais entendu parler de minoritaires non fafs ayant une certaine importance.
    hein, en gros, ça veut dire qu'ils n'ont pas leur "auteuil" pour traduire.
    reste que l'auteur a pas tort, pléthore de clubs italiens ont aussi ces problèmes (et quand bien meme ils ne seraient pas fafs, la violence est la plupart du temps inacceptable, un coup de couteau restant un coup de couteau) et c'est surtout la lazio qui douille.
    à croire que les ir étaient bons en marketing.
    plus généralement, pourquoi la lazio demeure un mal aimé?
    bah des résultats ridicules, une rivalité interne à rome qui tourne à tous les niveaux à l'avantage de la roma et au niveau de la botte y'a tjs un club, selon le domaine, qui leur met la dose.
    bref une équipe de mal aimés...ce qui la rend ma foi fort attachante et je me suis souvent dit que si j'avais été romain, j'aurais sans doute penché pour eux, encore que c'est bien un truc qu'on ne décide pas.
    sur ce...

  • Message posté par Kiko-Macheda le 05/01/2013 à 17:15
      Note : 1 

    @Abilbelnarqaw
    Pas de joueurs historiques? Chinaglia en est un, Piola (meilleur buteur de Serie A) également...
    Niveau entraîneurs j'ai envie de parler de Maestrelli que l'article cite, ou encore Zoff, ou même Eriksson que l'article cite également, on pourrait même ajouter Mancini (et la victoire contre la Juve en Serie A, qui est la dernière victoire de la Lazio contre la Juve)

  • Message posté par Requin le 05/01/2013 à 17:32
      Note : - 1  &


  • Message posté par Lothaire le 05/01/2013 à 18:38
      

    Des résultats parfois ridicule et irrégulier sur les 10 dernières années, une identité difficile à cerner (Quels joueurs emblématique ? Quelle ossature ?), à mettre en relation avec l'ascension de la Roma depuis son titre en 2001 et le fait que d'autres gros clubs monopolisent l'attention.

    Sinon, je continue de dire qu'ils n'ont pas l'effectif pour finir second et encore moins pour assurer derrière en C1 pour l'Italie, donc ça ne m'étonne pas qu'on ne les prenne pas au sérieux.

    Sinon, pour les fafs, historiquement, autant que la Roma...

  • Message posté par MagicNesta le 05/01/2013 à 18:40
      Note : 1 

    Moi j'aime bien cette équipe, sans restreindre son image aux irriducibili. Un emblème qui a de la gueule avec l'aigle de l'empire romain, un maillot toujours classe et sobre, Nesta, etc... Et puis c'est la plus vieille équipe de rome et la seule qui n'a pas accepté le regroupement des clubs romains sous mussolini au passage, ce qui donnera l'as roma...

  • Message posté par maxlojuventino2 le 05/01/2013 à 20:38
      Note : 1 

    Lotito est peut-être antipathique mais on ne peut pas nier qu'il a sauvé ce club de la faillite et l'a remis sur le devant de la scène assez rapidement. On est encore loin des fastes de l'ère Cragnoti mais la Lazio est sur la bonne voie. La gestion du club est saine et l'effectif commence à être sympathique.

    Entre Klose, Hernanes, Candreva, Ledesma, Gonzalez ou Marchetti, les joueurs talentueux ne manquent pas. Il me semble aussi que c'est la deuxième meilleure défense du Calcio derrière la Juve et ce n'est pas dû qu'aux prouesses de Marchetti...

    Dommage pour cette équipe que Zarate soit en régression complète, car il y a quelques années il était tout proche d'être un Top Player.

  • Message posté par Tesqua le 06/01/2013 à 02:11
      Note : 1 

    Moi je suis sup de la roma depuis que j'ai 10 piges, le seul et unique club que je supporte, je ne me l'explique pas et je ne cherche pas à comprendre.

    De fait je vomis littéralement la lazio, mais je pense qu'il faut rétablir la vérité sur les parcours politiques respectifs des 2 clubs et de leurs curvas, et sortir des clichés français.

    La lazio a été créée bien avant la Roma, qui elle est le résultat d'une fusion de 3 clubs de Rome voulue par le régime fasciste. A ce niveau là donc, on ne peut pas taxer la lazio d'être historiquement fasciste surtout quand on est romanista.

    Au niveau des sup (ce qui fait vraiment le club quoi) c'est différent. La lazio a toujours eu un virage fascisant et c'est incontestable. La Roma elle a d'abord été partagée entre des groupes d'extrême-gauche (avec les historiques Fedayn) et des groupes "bourgeois" bien à droite avec en tête de file les Boys. Ensuite à partir des 90's la Sud a été accaparée entièrement par les fafs et autres antisémites, avec en point d'orgue des croix celtiques un peu partout et des banderoles très douteuses (cf les tshirts portés par les joueurs de la roma "nous ne sommes pas racistes", banderole de réponse: "nous si").
    Aujourd'hui à ce que je pense ce phénomène a reculé, il y a une grande frange de la curva qui se réclame vigoureusement apolitique (ce qui ne veut pas forcément dire que ce sont de gentils bisounours), même si malheureusement les fafs sont bel et biens présents.

    Voilà.

  • Message posté par JujuLine79 le 06/01/2013 à 03:20
      

    La Lazio mal aimée... Je ne connais pas bien la problématique en Italie mais pour la France (me concernant) il ne faut pas s'en étonner quand l'image de di canio levant le bras au dessus de l'épaule au pied des irreducibili est le seul évènement médiatiquement diffusé ces quinze dernières années sur nos écrans TV ... en tout cas c'est ce que j'ai retenu ... Ah si, aussi un reportage sur Dabo du genre "mais comment ça se passe niveau conscience : t'es noir, et tu joue dans un club de facho, ça va ?" Et le joueur qui opine du chef "tout va bien, les supp sont cool avec moi, et patati et patata", classic ... VIVA LIVORNO

    Bises

  • Message posté par loputocrac le 06/01/2013 à 10:42
      

    en fait la lazio en italie c´est l´espanyol barcelone en espagne..

  • Message posté par Lascaris le 06/01/2013 à 11:05
      Note : 1 

    A Roma c'è solo la Lazio !


22 réactions :
Poster un commentaire