Une L1 en trompe-l'oeil ?

Un quart, quasiment, du championnat est déjà joué, et pourtant, il semble difficile de classer ce millésime français. Certes, l'attente est énorme depuis l'arrivée du Qatari Saint-Germain, mais aucune tendance ne semble encore définitive.

0 10
Paris leader de Ligue 1. Quoi de plus normal quand on a investi 85 millions d'Euros sur le marché des transferts, qui plus est en France, hein ? Pour autant, le championnat n'est pas (encore) passé sous contrôle qatari. “L'homogénéité”, c'est la saloperie d'objectif qui revient le plus souvent dans les bouches des amateurs du championnat national pour aborder l'édition 2011-2012. On est bien loin du mano a mano Barça-Real, du threesome anglais United-City-Chelsea ou de la soirée échangiste Milano-turinoise. La France est complexe, unie, rassemblée et groupée. Surtout, le moindre écart se paie cash.

« Tu ne peux pas te permettre de faire tourner toute ton équipe en alignant tes remplaçants à Evian par exemple, avance Romain Danzé, capitaine du Stade Rennais. En Espagne ou en Angleterre, tu sais que tu peux aller gagner 4-0 à Wigan ou à Almeria avec des remplaçants. Ici, tu peux te faire taper par tout le monde. Tu dois être constamment sur le qui-vive chaque semaine. Ca te demande une profondeur de banc et une vigilance quasi-permanente » . Une manière de dire que les locomotives ne sont pas à l'abri. Il n'y a décidément plus de respect. La preuve, Paris a été chahuté à Evian (2-2), Marseille a galéré contre Brest à la maison (1-1) et Rennes n'a pas battu Nancy en Bretagne (1-1). Et la liste est longue...

Alors quoi, serait-on en présence d'un championnat fermé et athlétique ? « C'est difficile de dire si l'homogénéité est plutôt vers le bas ou vers le haut, pour Frédéric Gouaillard, spécialiste du PSG pour Le Parisien. Ce qui est certain, c'est qu'il y a plus de buts que les années précédentes. On a quand même vu des scores assez fous comme le Sochaux-Rennes (2-6). Est-ce que les attaquants sont meilleurs ou les défenseurs moins forts ? Peu importe, les rencontres sont moins fermées » . Quoi qu'il en soit, le suspense est au rendez-vous. Et (presque) tout le monde est à l'heure.

Paris, une bonne locomotive

Paname maillot jaune, on s'y attendait un peu. Ce qu'on attendait moins, c'est le génie de Pastore aussi vite étalé sur la place publique. « Son adaptation est impressionnante, balance Gouaillard. Après, c'est peut-être l'arbre qui cache la forêt car il est vraiment au-dessus des autres mais la marge de progression du collectif francilien est importante. Mais la vraie bonne opération du mercato, c'est Sirigu. On était un peu dubitatifs quand il est arrivé. Aujourd'hui, il n'y a plus aucune doute... » . Les doutes, à vrai dire, ils sont plutôt du côté de Marseille, déjà recalé à douze lacets de la première place. Pour le titre, ça semble déjà perdu - même si Didier Deschamps a déjà remonté un tel retard l'année du titre -. Mais en plus, l'OM va devoir courir plusieurs lièvres à la fois (Paris, Lyon, Lille et la C1). Pour Danzé, qui est reparti du Vélodrome avec le scalp des sudistes (1-0), le début de saison olympien est d'ailleurs « incompréhensible car on les sent psychologiquement touchés. Et plus le temps avance, plus la pression sera importante » . On pointera du doigt un recrutement moyen (Morel est bof-bof, Diarra à la rue et N'Koulou encore tendre) et une gestion humaine pas très franche du collier avec Lucho et Gignac. Ou comment déstabiliser un club en peu de temps.

C'est dommage, car les autres gros sont au rendez-vous. « Lyon, malgré ce que l'on a pu dire sur leur compte, ça reste du costaud. L'arrivée de Garde a tout changé moralement. Lille a bien compensé les départs de Cabaye, Gervinho et Rami. Et puis quand t'as Hazard dans ton équipe, t'es plutôt tranquille. Montpellier, c'est hyper solide et Toulouse étonne, analyse Danzé. Reste nous, on est pas trop mal même si ça pourrait être mieux. Il faut que l'on profite de l'absence momentanée de Marseille devant pour taper l'incruste » . Ceux qui veulent s'inviter sans payer, ce sont les promus aussi. Une bonne promotion d'ailleurs. Pas de retardataires, uniquement des casse-couilles - « Dijon va en emmerder plus d'un à la maison » , La Danze dans le texte - et de l'expérience. Adieu le départ plombé façon Arles-Avignon ou Grenoble. Pour Gouaillard, « même Nancy va vite se relancer. Il y a un projet de jeu, un coach expérimenté, il faut leur laisser le temps » . Au final, cavalier seul du PSG ou pas, la concurrence est au rendez-vous à de nombreux niveaux. Et c'est tant mieux. Les places sont chères. Paraitrait même que les pays voisins commencent à zieuter cette bonne vieillie Ligue 1, Javier Pastore oblige. Et ça, c'est une vraie nouveauté. Après tout, le trompe-l'œil est un genre pictural destiné à jouer sur la confusion de la perception du spectateur...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le nivellement par le bas est dans l'ADN français ou l'Egalité mal comprise. Il semble logique que le PSG fera la course en tête si Pastore reste opérationnel, que Lyon est la seule équipe à pouvoir suivre le rythme et que Lille pourra s'accrocher tant que Hazard sera là. Même si cela déséquilibre le championnat, la Ligue 1 gagne en qualité et elle en a bien besoin, le niveau footballistique était navrant. Tant pis pour les amoureux du médiocre, les ennemis de la tête qui dépasse.
J'aimerais savoir ce que vaut vraiment cette Ligue 1 que l'on critique si souvent. Est-ce qu'un Dijon - Brest vaut un Sunderland - West Bromwich Albion, un Novare - Catane ou un Racing Santander - Rayo Vallecano ?
C'est clair que le PSG, Lyon ou Lille ne mettront pas des 4-0, des 6-2 ou des 5-3 tous les weeks-ends comparés au Barça, à Chelsea, MU, City ou le Real. Finalement, ce n'est pas plus mal. Avoir des surprise pimente le championnat et le rend bien plus intéressant, pour les supporters et les joueurs eux-mêmes (sinon, ils n'ont qu'à jouer en DH, ils plateront 8 buts à chaque match).
Il y a moins de buts en ligue 1 que dans les autres championnats, c'est indéniable. Est-ce du aux projets de jeux moins portés vers l'avant, aux pieds carrés de nos attaquants ou à la solidité des défenses (sachant que la France est le pays des gardiens de buts) ?
Je pense un peu les 3 à la fois.
Ce que j'appréciais dans la Ligue 1, c'était que nous avions un championnat, certes médiocre, mais qui avait le mérite d'avoir des équipes construites sur des bases quasi saines (en termes de management financier a contrario de l'Angleterre ou de l'Espagne ou encore de l'Italie) et que la seule raison pour laquelle nous ne progressions pas, c'était parce que l'on se faisait dépouillé par les autres plus riches. L'arrivée des Qataris prouve malheureusement que l'argent fait souvent le bonheur dans le foot.
La bundesliga, certes avec 2 clubs qui sortent du lot niveau budget (Bayern et Schalke) ressemble un peu à la L1, mais avec plus de buts et de spectacle. Serait-ce lui le championnat le plus intéressant d'Europe?
Faut arrêter de se plaindre, bien sûr que le niveau de la L1 remonte cette année, et ce n'est pas une histoire de trompe l'oeil. L'an passé Sochaux a fini 5e avec 58 points et seul Lille a tout juste tenu le fameux rythme de 2 points par match (76 points en 38 journées), cette année les équipes de têtes semblent parties pour tenir un meilleur rythme, ce qui est bon signe.

Après, il faut choisir, on ne peut pas avoir à la fois un championnat homogène et un big four qui se tire la bourre.
J'aime bien quand ça parle de la ligue 1
La France n'est pas LE pays des gardiens de but, faut arrêter avec ça! On peut citer un tas de bons gardiens espagnols, italiens, voire allemands, et les meilleurs gardiens du monde sont actuellement issus de ces pays (Casillas, Buffon, Neuer...). On a vu des recrues sympas arriver cet été, outre Pastore il y a eu Menez (que je ne trouve pas si fort que ça pourtant), Pitroipa, Joe Cole qui sont capables de faire mal à beaucoup de défenses, et puis je vois très peu de défenses sereines cette année...
"Tu ne peux pas te permettre de faire tourner toute ton équipe en alignant tes remplaçants à Evian par exemple, avance Romain Danzé, capitaine du Stade Rennais. En Espagne ou en Angleterre, tu sais que tu peux aller gagner 4-0 à Wigan ou à Almeria avec des remplaçants."

Cet argument, Mr Danzé, ne vaut pas grand chose. Si le Barça ou Manchester United arrive à gagner autant avec les remplaçants, c'est peut-être parce qu'ils ont un niveau proche de l'équipe première, contrairement aux clubs de Ligue 1 qui ont 14 joueurs équivalents (peut-être plus pour Paris cette année, mais Lille est le plus affolent), et puis les autres c'est des bouches trous qui font des allers-retours entre la réserve et la Une. Parce que si Danzé veut tester, il peut aller se frotter contre Sunderland ou la Sociedad, il verra que son équipe rivalisera sans trop rigoler.

En gros, si tu découpes chaque championnat en deux, avec les ténors d'un côté et les autres qui suivent (à la Karl Marx) et que tu confrontes chaque classe des championnats entre elles, beh tu remarques que la Ligue 1 est en retard partout (Paris prend la grêle face à City entre Qatari, et Valenciennes développerait un complexe face à l'Espanyol de Barcelone). Ceci dit, il semblerait qu'elle progresse depuis 3 ans...
Avoir deux équipes qui claquent 5 buts chaque week end aux équipes de seconde zone aide aussi à gonfler les stats. C'est pas juste une histoire de qualité défensive. L'écart de niveau entre les plus forts et les plus faibles dans les championnats Anglais, Espagnols et Italiens, y est pour beaucoup à mon avis.
@ nicom47

Si tu prends Valencienne en France ça correspond plus à Santantder en Espagne qu'à l'Espanyol, non ? Même si sur le fond ça reste vrai.

Le réal et le Barça sont au dessus. Et après, les équipes qui suivent valent à peu près les équipes de tête de ligue 1. Sauf que ces dix dernières années les équipes du second chapeau espagnol ont gagné à 4 reprises la petite coupe d'europe (At. Madrid, Séville 2 fois, Valence), contre zéro pour les équipes de ligue 1. On peut quand même noter la finale de Marseille, celle de Monaco en Champion's, et les quelques bonnes perfs de lyon. On peut continuer à descendre les échelons, la France ne tient pas la comparaison avec l'Espagne. Et je suis heureux d'avoir pu voir rennes dominer l'at. madrid à domicile malgré le résultat final...

Après, le championnat Espagnol est peut être meilleur, plus joli, etc. Moi je préfère le championnat français comme il était depuis 2008, un championnat où il y a de la concurrence et où on ne sait pas qui va gagner à la fin. Et le psg avec son pognon qui ramène des grands joueurs dans le fond ça me fait suer. Je n'ai aucune envie de revivre une nouvelle période comme celle de lyon.

J'espère qu'une régulation européenne viendra ramener un semblant d'équilibre entre les clubs par une règlementation plus stricte sur les transferts, les salaires et le nombre de joueurs formés au club.
On peut comparer le niveau des championnats étrangers sur le terrain mais aussi en dehors et ds les tribunes.


Sur le terrain je pense que le L1 est pas trop mal placé entre une Premier league/ Liga et Le Calcio dans les tribunes a mon avis il y a du boulot pour amener les supporters au niveau des anglais ou espagnols ne serait ce que responsabiliser un peu plus le public en ôtant ces grilles hideuses qui gâchent la vue.


Je pense aussi que la L1 est pas trop cher en général niveau place quand je dis en général je dis moyenne hein ! Même si dans l'absolu c'est trop cher quelque soit le championnat
La différence entre la L1 et les autres grands championnats tient surtout dans l'absence de club capable de gagner la C1. Au milieu de tableau, c'est nettement moins marqué même si l'Espagne et l'Angleterre semblent au-dessus.

Ce qui frappe en France, c'est la densité à un niveau de jeu moyen. Fait que l'on retrouve encore plus en L2, où les différences sont encore plus ténues. Cette densité s'explique peut-être par un niveau de formation élevée en qualité et en quantité... mais sans génie... génies que même les plus grands clubs français peinent à recruter. (attendons de voir pour le PSG, ils sont loin d'être déjà champions et rien ne dit que les qataris s'inscriront dans la durée.).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'énigme Mandanda
0 10