En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Une Juve impitoyable

Dimanche, ici-même, Ernesto Carnaval annonçait qu'une fois passée au révélateur Udinese, équipe dure à manœuvrer et prompte à exploiter les faiblesses adverses, une Italienne en somme, on saurait ce qui manque à la Vieille Dame. Rien, merci.

Modififié
(Photo : http://www.tripalbum.net)

La Vieille Dame ne changera plus. Elle n'en a plus rien à foutre.
Menée dès la sixième minute (frappe de Quagliarella repoussée par Buffon dans les pieds de Dossena), elle est d'abord remontée (tête de mule alias Camoranesi sur corner, 60è) puis s'est imposée (première touche de balle de Iaquinta, bingo, 76è).

Un jeu indigent mais une efficacité à toute épreuve, 6 tirs, 3 cadrés, 2 au fond ; le monde ne change pas, la Juventus encore moins. Voilà, voilà. La routine habituelle. Ce qu'il manque à la Juve ? Une autre identité. La Juve joue mal, non parce qu'elle ne peut pas faire autrement, mais parce qu'elle le veut. On vient, on gagne et on se casse. Ni plus, ni moins.

Comme si ce n'était pas suffisamment ancré dans l'ADN de madame, sa cure en seconde division n'a fait que renforcer sa spécificité première : le refus de la défaite. En arpentant les chemins de traverse de Serie B, la Piémontaise a ramené davantage qu'un titre incongru : une capacité unique à déjouer les traquenards. Dieu sait qu'on lui en avait tendus, mais cette saison purgatoire avait vraiment tout d'un vol à l'italienne. Toute l'Italie d'en bas l'aurait bien souillée, las, la Vieille Dame en avait vu d'autres.

Equipe-type de cette année-là : Buffon ; Birindelli, Boumsong, Chiellini, Balzaretti ; Camoranesi, Zanetti, Giannichedda, Nedved ; Del Piero, Trézéguet.

Equipe alignée dimanche soir : Buffon ; Zebina, Leggrottaglie, Chiellini, Molinaro ; Camoranesi, Nocerino, Zanetti, Nedved ; Del Piero, Trézéguet.
De premier de Serie B à troisième de Serie A, il n'y a qu'un pas. On prend les mêmes et on recommence, à un coach près...

Equipe-type de la saison prochaine : plus ou moins pareil, bonus Sissoko déjà là, le retour d'Andrade, Olof Mellberg et, en récompense à ses efforts, la Vieille s'offrira bien un petit bijou : un milieu en diamant orné d'un Van der Vaart ou d'un Diego plus la disposition idoine pour le faire briller, une monture à trois milieux.

D'une pierre deux coups, ce changement de système (un 10 donc trois milieux travailleurs, soit un de plus qu'en 442 Capello) combiné à la présence tentaculaire de Sissoko pourrait permettre à Ranieri d'oser un assemblage aussi technique que solide, à Zanetti de se reposer, à Nocerino d'exploser et surtout, surtout, à Tiago de nous rappeler toute sa classe.

Bien coiffée, deux boucles d'oreille en pointe bien assorties, la vieille s'offrira alors une seconde Juventus, mais cette fois sans les excès de boisson. Quand bien même, elle dansera la belle ritournelle : on vient, on gagne et on s'en va.


Comme ce dimanche. Lors de sa petite promenade hebdomadaire, la vioque s'est rappelée à notre bon souvenir, pile poil dans son registre, du Juve Style dans le texte : départ chaotique, rhumatismes, pion encaissé d'entrée, à la recherche de la canne perdue, joga-malito, dentier de traviole, premier tir sous la contrainte à la demi-heure de jeu, et pénaltys non-sifflés (certes des deux côtés).

Une première mi-temps des plus infâmes avant de faire pire en seconde : un corner, une chiquenaude dans l'axe, deux buts claqués en loucedé, les remplacements ad hoc et, pour finir, baballe volontiers à la disposition adverse, ou comment se payer un dernier frisson pour pas cher.

L'ancienne affectionne tout particulièrement laisser espérer en vain son prétendant du jour, histoire de pas être venue pour rien. Le jeune premier d'en face peut bien avoir des regrets, ni le premier, comme l'impression de s'être fait blouser, ni le dernier, elle n'en a cure. Impitoyable. La bougresse se fout de la gueule du monde ; ça la fait marrer et elle n'hésitera pas à recommencer.

Method

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
Sous l'égide de l'Egypte