1. //
  2. // Amical
  3. // Autriche-Pays-Bas

Une histoire de Fuchs

Pilier fédérateur cette saison avec le Leicester de Claudio Ranieri, Christian Fuchs débarquera en France dans une semaine avec le brassard de capitaine de la sélection autrichienne. Comme le point final d'une carrière entre déconne et rêves personnels avec, pour ambition finale, la NFL.

Modififié
615 2
« Gary, je ne peux plus attendre, je veux te voir en sous-vêtements. » Face caméra, les sourcils se plissent, le sourire se dessine. Au fond de lui, il sait qu’il est intouchable, car il vient d’écrire l’histoire. Une heure et demie plus tôt, il est entré sur la pelouse du King Power Stadium de Leicester au cœur d’une haie d’honneur. L’Autriche attendait ça depuis dix-huit ans, depuis le gardien international Alex Manninger (33 sélections), champion d’Angleterre avec Arsenal en 1998. Depuis, aucun enfant de la belle rouge n’avait soulevé une couronne au Royaume. Barbe fine, capillarité en perdition, Christian Fuchs, 30 ans, est le nouveau couronné.


L’histoire est désormais connue de tous : l’histoire du latéral gauche autrichien est une addition magnifique au roman écrit cette saison par les Foxes de Claudio Ranieri, champions d’Angleterre à l’ère des tout-puissants et emmenés par un professeur italien chevronné. Le Gary dont parle Christian Fuchs à la télévision est bien sûr Gary Lineker, légende de Leicester, triple champion d’Angleterre (1985, 1986, 1990) et aujourd’hui présentateur de Match of the Day. Un homme qui avait parié en décembre dernier qu’il présenterait MOTD en sous-vêtements en cas de titre des Foxes. Chose faite, et le pari sera tenu à la rentrée. Ce sera dans deux mois à peine, après le championnat d’Europe en France et une fois la plus longue cuite de l’histoire digérée. Fuchs aura alors dévalé sur les lignes blanches françaises avec l’Autriche.

Youtube

L’art du rebond


Il faut remonter les semaines, les mois, pour comprendre le personnage. Dans le paysage du foot mondial, il faut se l’avouer d’entrée : Christian Fuchs est un mec à part.
« J’étais sur la plage quand mon agent m’a appelé pour me dire que Nigel venait d’être viré. Au départ, j’ai pensé à une blague. » Christian Fuchs
En fin de contrat du côté de Schalke 04 en juin dernier, le défenseur autrichien, en Allemagne depuis 2008, s’engage alors avec Leicester, fraîchement rescapé d’une lutte intense pour le maintien en Premier League. Fuchs a choisi l’Angleterre après de longues discussions avec le coach des Foxes, Nigel Pearson, et s’engage finalement pour trois ans avant de filer en vacances à Antigua-et-Barbuda. Il raconte : « J’étais sur la plage quand mon agent m’a appelé pour me dire que Nigel venait d’être viré. Au départ, j’ai pensé à une blague parce qu’il savait que j’étais venu en Angleterre pour lui. Finalement, il m’a convaincu, mais je n’ai jamais fait un entraînement avec lui. Le sentiment est assez bizarre. » Car avec ce changement, tout a été bousculé, et Fuchs a commencé la saison sur le banc, au chaud. Leicester était alors déjà une sensation, mais venait de s’incliner contre Arsenal à domicile (2-5) avec Jeff Schlupp sur l’aile gauche. Alors, Ranieri a fait parler son pragmatisme et a osé lancer Fuchs à Norwich la semaine suivante (2-1). Pour ne plus le lâcher.

Youtube

Pourquoi ? Parce que Fuchs a d’abord un CV qui parle pour lui avec quelques matchs de C1 au compteur. Et il a surtout la gueule de l’aventure. C’est là que commence l’émancipation de l’un des footballeurs les plus barrés de la saison autour du #NoFuchsGiven lancé par l’Autrichien lui-même. Leicester a réussi cette saison grâce à l’ambiance incroyable en interne, comme l’a souvent expliqué Claudio Ranieri, et Christian Fuchs y est pour beaucoup, lui dont la famille est installée à New York.


Le latéral a commencé à organiser des tournois de bowling, à alimenter sa propre page YouTube où il balance ses vannes et à se déguiser en père Noël.
« J’aime partager des choses avec mes coéquipiers, car la vie ne vaut pas d’être sérieuse en permanence » Christian Fuchs
« J’aime déconner, c’est comme ça. J’aime partager des choses avec mes coéquipiers car, pour moi, la vie ne vaut pas d’être sérieuse en permanence. Je pense que s'il y a de la bonne humeur, les résultats suivent. Le meilleur exemple de ça, c’est certainement le coup franc tenté par Robert Huth contre Stoke… » , précise Fuchs. Le secret de la réussite de Leicester est aussi dans cet état d’esprit. On touche peut-être au seul club majeur où l’entraîneur peut débarquer en tant qu’invité surprise à l’anniversaire de l’un de ses joueurs, Christian Fuchs en l’occurrence. Comme une dernière pièce à conviction à l’épais dossier des Foxes.

Youtube

« Peut-être que je suis le nouveau Toni Fritsch ? »


Si bien qu’aujourd’hui, le King Power Stadium voue un véritable culte à son défenseur autrichien. Lui a assuré en parallèle sur le terrain, lâchant probablement la meilleure saison de sa carrière et décrochant logiquement une place pour le championnat d’Europe en France où l’Autriche débarque dans le costume de la possible équipe surprise du tournoi.
« Notre victoire en Suède 4-1 restera comme un souvenir immense. » Christian Fuchs
« On a écrit l’histoire et je suis fier d’être capitaine de cette équipe. Notre victoire en Suède 4-1 restera comme un souvenir immense. Quelque chose a changé depuis que Marcel Koller est arrivé, on a gagné en cohérence » , explique le défenseur de Leicester. C’est simple : l’Autriche a survolé son groupe de qualifications, terminant invaincue, meilleure attaque, devant la Russie et la Suède. Au final, le pays a décroché sa première qualification depuis 2008 (seule de son histoire, en tant que pays organisateur) où la sélection autrichienne était sortie au premier tour avec aucune victoire. Cette fois, les coéquipiers de Fuchs ont des armes solides et confirmées (Alaba, Arnautović, Dragović) et peuvent légitimement penser sortir de ce groupe F ouvert avec le Portugal, l’Islande et la Hongrie.

Youtube

Là aussi, on touche à l’histoire de Christian Fuchs que Gary Lineker décrit comme un joueur « trop méconnu » et trop peu estimé dans le sacre de Leicester cette saison.
« J’ai l’ambition de jouer en NFL en tant que kicker. Je sais que je peux taper à 60 ou 65 yards sans problème. » Christian Fuchs
Fuchs, lui, préfère parler de son club comme du « pays des merveilles » où tout peut arriver et se fiche pas mal de sa médiatisation personnelle. Car l’ambition de Fuchs est ailleurs. Interrogé il y a quelques mois, le latéral autrichien avait détaillé ses projets pour son après-carrière : « J’ai l’ambition de jouer en NFL en tant que kicker. Sérieusement. Après, tout va dépendre de l’ouverture d’esprit du milieu, mais si un entraîneur souhaite intégrer un ancien footballeur à son équipe, ça serait super. Je sais que je peux taper à 60 ou 65 yards sans problème. Il faut avoir des rêves dans la vie et ça, c’est le mien. »


C’est aussi autour de cet objectif que sa famille s’est installée à New York, où Fuchs devrait prochainement aller finir sa carrière de footeux. Dans les années 70, l’attaquant autrichien Toni Fritsch, triple champion d’Autriche avec le Rapid de Vienne, avait décidé de se lancer en NFL où il remporta le Super Bowl en 72. Fuchs : « Peut-être que je suis le nouveau Toni Fritsch ? » Le rêve peut continuer.

Par Maxime Brigand Propos de Christian Fuchs tirés du Guardian et de FourFourTwo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Petite question a propos de la NFL, il veut être kicker, pas de confusion avec le punter ?
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par getFreeman
Petite question a propos de la NFL, il veut être kicker, pas de confusion avec le punter ?


J'imagine qu'il préfère être celui qui marque les points.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
615 2