1. //
  2. // Naples/Inter

Une histoire de chemise blanche

Une série de quinze matchs sans défaite qui vient de s'achever et un parcours de champion, le Napoli de l'immense Walter Mazzarri reçoit l'Inter, dimanche soir, à la maison. L'occasion de se rendre compte de ce que valent vraiment les Parthénopéens.

0 0
Ce soir, il pleuvra sur Naples, et la température ne dépassera probablement pas les huit degrés. Tant pis : Walter Mazzarri sera quand même en chemise blanche, toujours la même, qu'il recouvrira d'une simple veste. En Campanie, c'est désormais une vérité générale qui confine à la superstition : lorsque le Mister du Napoli reste en chemise, son équipe part à l'abordage, couteau entre les dents ; et, lorsque Walter s'emmitoufle dans son parka, son équipe n'est pas très hardie. Et le froid ? « Macché, le froid, c'est l'adrénaline qui s'en occupe » . Oui, Walter Mazzarri est un entraîneur couillu comme on n'en fait plus beaucoup. Cheveux brossés, Aviator de vue aux montures dorées, clope au bec dès que l'occasion se présente. Une classe d'un autre temps.



Voilà cent jours et des brouettes que Walter est au pouvoir. Avec déjà un record à son actif. C'est bien simple, le club vient d'enchaîner quinze matchs sans défaite avant de perdre bêtement dimanche dernier, contre l'Udinese. En 1987, le grande Napoli d'Ottavio Bianchi avait été invaincu pendant treize journées de championnat. Avant de remporter le premier scudetto de l'histoire du club. Les seize matchs sans revers restent le record absolu, à l'époque où Marchesi et Bigon étaient sur le banc. On l'aura compris : le Napoli version 2009-2010 renoue avec son glorieux passé et tutoie les sommets.


[page]
Le rendez-vous de dimanche soir tombe à pic. Après une défaite contre l'Udinese, modeste 17ème, le Napoli, actuellement 4ème, n'a jamais été aussi proche de la Champions et n'a pas envie de se laisser distancer par le Milan AC, 3ème à quatre points. Pour l'occasion, Walter a concocté un petit entraînement bien à lui : une séance technico-tactique, pour ne pas oublier les fondamentaux. Un peu de travail physique, histoire de mettre les points sur les i. Et des confrontations directes, évidemment. Et samedi, veille de match, l'entraînement était à huis-clos. Lavezzi, absent depuis la victoire contre la Sampdoria le 10 janvier dernier, sera dans le groupe, sans toutefois être titulaire.

Le truc, c'est que cela fait un bon bout de temps que le Napoli n'a pas affronté une équipe digne de ce nom en championnat. Dimanche soir, face à la meilleure équipe du pays, on saura enfin ce que les Napolitains ont vraiment dans le ventre. Face à un Inter inaccessible et quasiment champion d'Italie, une victoire permettrait également de ne pas se laisser rattraper par le Palermo.



Bon, et pendant ce temps-là à Milan ? Ben pendant ce temps-là, José Mourinho a indiqué avec dédain qu'il allait falloir gérer les neufs points d'avance sur la Roma, a pris une amende pour ses déclarations après le derby de Milan, a enfin dit qu'il aimait l'Inter, « un club qui a ma personnalité » , Materazzi sera absent pour trois semaines, et Pandev s'amuse enfin sur les terrains. Mais étrangement, c'est Mazzarri qui intriguait les journalistes cette semaine. Après un entraînement à Castel Volturno, l'un deux lui a même demandé en apparté s'il avait plusieurs fois la même chemise ou s'il la lavait toutes les semaines. Mazzarri n'a pas voulu répondre.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0