1. //
  2. // 27e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Une folle lutte pour la troisième place

Énorme week-end de Serie A. La Juventus va chercher le nul sur la pelouse du Napoli, le Milan AC balaye la Lazio, l'Inter obtient une victoire dingue à Catane et la Fiorentina s'impose au finish face au Chievo. Quelle lutte dans le haut de tableau !

Modififié
0 26
Naples s'accroche, mais cela va être compliqué

La 27e journée de Serie A a débuté par le choc des chocs, la mère de toutes les rencontres. Un Napoli-Juventus qui vaut un bout de Scudetto. Six points séparaient les deux équipes au coup d'envoi. Six points séparent les deux équipes au coup de sifflet final. Un match nul qui fait évidemment davantage les affaires de la Juve que du Napoli, même si, paradoxalement, Naples s'en contentera. De fait, le nul permet aux Napolitains d'entretenir un mince espoir de titre, espoir qui se serait totalement dissipé en cas de défaite. Six points, c'est beaucoup, certes, mais avec la victoire à trois points, cela peut aller vite. Il reste encore onze matches à disputer, soit 33 points à disposition. Il faut prendre en compte le fait que la Juve va poursuivre son parcours en Ligue des Champions (à moins d'un cataclysme mercredi), tandis que Naples s'est fait sortir de la C3, et va donc pouvoir mettre toute son énergie dans le championnat. Ce qui, à un moment donné, peut jouer. Autre fait important, les calendriers. Avant la fin de la saison, la Juve doit encore affronter la Lazio et l'Inter à l'extérieur, et le Milan AC à domicile. Le Napoli, pour sa part, ira à San Siro pour y défier le Milan AC, à Rome pour affronter l'AS Roma et recevra l'Inter. 50-50, peut-on dire. Le Scudetto a donc de fortes chances de se colorer à nouveau de noir et blanc à la fin de la saison. Mais après le nul de ce week-end, Naples a réaffirmé qu'il n'avait pas dit son dernier mot.



Les miracles milanais

S'il y a bien une ville qui a fait la fête ce week-end, c'est Milan. Les deux clubs lombards ont obtenu des victoires dingues, dans deux registres différents. Le Milan AC, d'abord. Les Rossoneri, à l'automne, étaient au bord de la zone de relégation. Lorsqu'Allegri affirmait que son objectif restait la troisième, tout le monde lui avait ri au nez. Quelques mois plus tard, le coach champion d'Italie 2011 emmerde tout le monde, avec cette victoire 3-0 face à la Lazio qui lui permet de s'emparer pour la première fois de la troisième place. Une victoire qui a fait débat à cause de l'expulsion du laziale Candreva au quart d'heure du jeu. Une expulsion injustifiée, qui a forcément changé la physionomie de la rencontre. Milan s'est montré supérieur, c'est un fait, mais à 11 contre 11, aurait-ce vraiment été la même affaire ? La dynamique rossonera est en tout cas dingue (aucune défaite en 2013) et désormais, même la deuxième place n'est plus un mirage. L'Inter, pour sa part, est allée chercher trois points de folie sur le terrain de Catane. Surclassée et menée 2-0 en première période, la formation de Stramaccioni a changé de visage en seconde période, avec l'entrée de Palacio, auteur d'une passe décisive et d'un doublé. Un succès 3-2 qui permet à l'Inter de revenir à hauteur de la Lazio, à un point du rival rossonero. Avec un Palacio à ce niveau-là, l'Inter peut continuer de rêver à la troisième place. Attention, toutefois, au contrecoup physique dû aux prochaines échéances en Europa League.



La Roma et l'Udinese toujours dans le coup

Lorsque la Roma a encaissé un lourd revers 4-2 à domicile face à Cagliari, il y a un mois, on pensait que la saison du club giallorosso était terminée. Tu parles. L'arrivée d'Aurelio Andreazzoli et la victoire de prestige face à la Juve ont relancé la machine et les ambitions romaines. La Louve s'est imposée ce week-end face au Genoa (3-1) et revient ainsi à cinq points du Milan AC, et à quatre du duo Lazio-Inter. Andreazzoli a semble-t-il apporté un nouveau souffle à cette équipe romaine, et a surtout remis de l'ordre dans l'organisation tactique. La Roma vient d'enchaîner trois victoires consécutives, mais doit maintenant confirmer sur le long terme. De fait, sous Zeman, elle n'a jamais réussi à afficher de la continuité, enchainant des séries de victoires puis de défaites. Mais avec un Totti en état de grâce (225e but en Serie A, il rejoint Nordahl à la deuxième place du classement des buteurs du Calcio), rien n'est impossible. D'un numéro 10 à un autre. Si la Roma a Totti, l'Udinese, elle, a Di Natale. Le capitaine frioulan a inscrit hier son 150e but sous le maillot de l'Udinese. Un but synonyme de victoire sur le terrain de Pescara, mais aussi de lutte pour l'Europe qui se poursuit. De fait, l'équipe de Guidolin compte 40 points, soit trois longueurs de retard sur la Roma (confrontation directe à Udine la semaine prochaine), et huit sur le Milan AC. Or, les fins de saison en boulet de canon, Toto et ses potes connaissent. Ils ont gratté deux qualifications pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions comme ça.



La Samp peut avoirs des regrets

S'il y a bien une équipe qui continue de surprendre de semaine en semaine, c'est la Sampdoria. Emmenée par un Icardi en feu (8 buts en championnat en 2013, hormis Cristiano Ronaldo et Messi, personne n'a marqué plus de buts sur la même période dans les cinq grands championnats européens), la formation génoise enchaîne les succès et s'offre une sacrée remontée au classement. Le problème, c'est que le réveil génois, clairement provoqué par l'arrivée de Delio Rossi sur le banc, a été trop tardif. La Sampdoria était encore relégable juste avant la trêve, et malgré les magnifiques victoires obtenues depuis le début de l'année 2013 (le succès 2-1 au Juventus Stadium en tête), il semble impossible qu'elle puisse aller accrocher une place européenne. Dommage, car cette équipe a un potentiel, qui a malheureusement été très mal exploité au début de la saison par Ciro Ferrara. Bon, après, il faut voir le verre à moitié vide : l'an dernier, la Samp était en Serie B, et cette année, elle va probablement terminer dans la première moitié de tableau en Serie A. Tous les promus ne peuvent pas en dire autant.



Les trois relégables déjà relégués ?

Dans le bas de tableau, cela va mal pour trois équipes. Sienne, Pescara et Palerme. Les trois clubs comptent le même nombre de points, 21, soit cinq de moins que le premier non-relégable, le Genoa. La seule équipe qui semble pouvoir se sortir de ce bourbier, c'est Sienne, capable d'obtenir des victoires importantes, comme celles décrochées contre l'Inter (3-1) et la Lazio (3-0). Surtout, Sienne compte une pénalité de six points, ce qui veut dire que, si l'on ne prenait en compte que les résultats obtenus sur le terrain, la formation toscane ne serait pas relégable. Le maintien va toutefois être compliqué, car devant, tous les autres prétendants marquent des points, hormis le Genoa. Pour Pescara et Palerme, la situation semble en revanche désespérée. Les Siciliens n'ont pas gagné depuis 13 journées et restent sur quatre matches nuls consécutifs, qui ne leur servent à rien au classement. Quant à Pescara, le club a pris un point sur les sept derniers tours et vient de virer son coach, Bergodi. On voit mal comment le Delfino pourrait rester en Serie A la saison prochaine. A noter que la semaine prochaine, Palerme et Sienne s'affronteront au stadio Barbera. Le perdant, si perdant il y a, devra commencer à regarder le programme de la prochaine Serie B…



On a également aimé (ou pas)

- Le premier but en Serie A du Romain Alessio Romagnoli, 18 ans. La folie : lorsque Totti, son capitaine, a marqué son tout premier but en Serie A, en septembre 1994, Romagnoli n'était pas né. Coup de vieux.
- L'honnêteté de Vincenzo Montella. Le but qui offre la victoire à sa Fiorentina, inscrit par Larrondo, aurait dû être annulé pour une position de hors-jeu. Réaction du coach : « Oui, il y a hors-jeu, le but n'était pas valable » . Classe.
- Le but de Diamanti. Un bijou du pied gauche dans la lucarne et une victoire de plus pour Bologne, désormais loin de la zone de relégation.
- Les 0-0 du Torino. Face à Palerme, le Toro a obtenu son sixième 0-0 de la saison. Aucune équipe en Europe n'en a décroché autant. Catoronaccio.
- En Serie B, après quatre victoires de rang, l'irrésistible leader Sassuolo a été battu par Grossetto. Bon, les joueurs de Di Francesco conservent tout de même sept longueurs d'avance sur Livourne. A l'année prochaine.


Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'opération Milan en CL se déroule très bien depuis la reprise, avec l'effort et le dur travail des arbitres de Serie A.
*somagic* Niveau : CFA
Vraiment admiratif du travail d'Allegri.
J'ai toujours pensé qu'il était sous estimé (et qu'il le reste encore) malgré un travail tactique évident avec son Milan depuis quelques années. De plus, en dehors des terrains, il est hyper intéressant dans ses interviews. Il me fait fortement penser à Pelligrini dans sa vision du football en général.
Il est vraiment resté digne face aux critiques d'automne. Dommage qd même de ce début de saison raté mais entre le championnat et ce match retour de la ligue des champions, il peut vraiment faire une belle saison malgré un effectif détruit par le mercato d'été.
J'ai qd même l'impression que dans le coeur des supp milanais, il n'aura jamais la place qu'il mérite.
(Superbe, cette photo de Boateng ! Si jamais quelqu'un avait un lien pour une version plus grande...)
Effectivement somagic, si on avait donné à Allegri les effectifs qu'a eu Ancelotti pendant son passage à Milan, pas sûr qu'il aurait fait moins bien (surtout en championnat, où Carlo n'a gagné qu'un pauvre titre en 2004.)
Après, mais ce n'est qu'un question de goût, je trouve qu'il a une vision un peu rétrograde, le football italien "old school" en somme et j'ai souvent trouvé que les matches du Milan étaient une purge, même l'an dernier.
*somagic* Niveau : CFA
Message posté par Tato
Effectivement somagic, si on avait donné à Allegri les effectifs qu'a eu Ancelotti pendant son passage à Milan, pas sûr qu'il aurait fait moins bien (surtout en championnat, où Carlo n'a gagné qu'un pauvre titre en 2004.)
Après, mais ce n'est qu'un question de goût, je trouve qu'il a une vision un peu rétrograde, le football italien "old school" en somme et j'ai souvent trouvé que les matches du Milan étaient une purge, même l'an dernier.




@ tato,
J'avoue (pas un fan spécialement du milan) avoir vu plusieurs matchs de série A la saison dernière et à part le milan juve (1-1 de mémoire), la saison 2011-2012 m'a laissé sur ma faim par rapport à celle de 2010 sur l'évolution tactique du milan. Je suis cet entraineur depuis ses saisons à Cagliari où son équipe était ultra joueuse. l'année dernière,je le trouvais trop "cynique" dans son approche des matchs malgré un effectif de dingue. Mais là, ses derniers matchs sont trés bons dans le contenu et j'avoue que même si contre le barça ils bénéficient d'une belle réussite, bah le contenu de l'ensemble du match reste ultra maitrisé.
L7argouss Niveau : DHR
Un Championnat, un vrai! Alors que dans les autres championnats (suivez mon regard), les records (et la couverture médiatique) sont concentrés sur un ou deux joueurs, le Calcio foisonne d'histoires et d'Histoire.

La gestion douteuse de la part des présidents de clubs et les agents de joueurs, dans les deux dernières décennies ont essoufflé le pouvoir financier, mais la passion et le "Clubisme" sans limites des Italiens tient tête à tout!

Chapeau au Milan, pour avoir retourné la situation (et pas seulement grâce à la campagne du Cavaliere) et respect à ces équipes qui luttent (Samp, Udinese,..)

Avanti Cosi!
Lebowski-The BIG one- Niveau : DHR
Le calcio ne meurt jamais, il trouve toujours un moyen pour s'en sortir.
Totti a non seulement marqué mais a aussi délivré les deux passes décisives...
milanello44 Niveau : CFA
Le Boeing Boateng en plein décollage.
Il a enfin lancer sa saison.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
je regarde pas mal de matchs du Milan et franchement il y a clairement du mieux dans le jeu et ce n'est pas anodin si parallèlement l'équipe enchaîne les victoires. C'est d'ailleurs l'équipe italienne avec le meilleur pourcentage de possession de balle en championnat... Comme quoi le jeu d'Allegri n'est pas aussi rétrograde qu'il n'y parait.

L'an dernier l'équipe était privée d'un Regista au milieu de terrain ce qui a inévitablement influencé la tactique d'Allegri. Avec Montolivo, le jeu est plus fluide et beaucoup moins axé sur le combat et l'intensité des milieux. Même s'il continue d'aligner des joueurs clairement combatifs(Ambrosini, Muntari ou Flamini), on ne peut pas lui reprocher puisque ça fonctionne et que de toute façon, à part Montolivo je ne vois personne d'autre qui soit capable de prendre le jeu à son compte dans l'effectif.

Tout comme la Juve est Pirlo dépendante, j'ai de plus en plus l'impression que le Milan est Montolivo dépendant.
milanello44 Niveau : CFA
Message posté par *somagic*




@ tato,
J'avoue (pas un fan spécialement du milan) avoir vu plusieurs matchs de série A la saison dernière et à part le milan juve (1-1 de mémoire), la saison 2011-2012 m'a laissé sur ma faim par rapport à celle de 2010 sur l'évolution tactique du milan. Je suis cet entraineur depuis ses saisons à Cagliari où son équipe était ultra joueuse. l'année dernière,je le trouvais trop "cynique" dans son approche des matchs malgré un effectif de dingue. Mais là, ses derniers matchs sont trés bons dans le contenu et j'avoue que même si contre le barça ils bénéficient d'une belle réussite, bah le contenu de l'ensemble du match reste ultra maitrisé.


D'accord avec toi, il ne faut pas oublier qu Allegri est encore un jeune entraineur mais on peut voir que tactiquement il évolue et que sur certains matchs c'est du lourd.
Laissons lui du temps avec cette équipe jeune et sans stars qu'il est en trin de faire grandir et évoluer.
D’ailleurs, il mes semble plus à l'aise sans stars dans l'équipe et arrive mieux à gérer cette effectif qui pour la plupart ne sont là que depuis 2 ans ou arrivé cet été(ambrosini,abbiati,abate étant les plus anciens).
Sacré Milan.. pénalty, carton rouge, pénalty, carton rouge.. ils sont vraiment forts en effet
@max:
Je suis en grosse partie d'accord avec toi mais arrêtons de prendre la possession de balle comme thermomètre de la qualité de jeu d'un équipe car ça n'a aucun sens. C'est l'utilisation du ballon qui compte pas le temps qu'il passe entre les pieds de onze momies parfois à le faire circuler de manière inutile et stérile (cf Barça dernièrement). L'an dernier aussi le Milan avait une possession de balle importante et ça piquait les yeux et le nez. Cette année l'absence d'Ibrahimovic permet de développer un jeu offensif plus collectif, solidaire, moins basé sur l'exploit personnel (encore que c'est individuellement El Shaarawi qui décoince très souvent, mais l'esprit n'est pas le même).
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
Allegri a prouvé face au Barça et à la Juve qu'il savait s'adapter tactiquement à chaque adversaire tout en continuant à gagner... Bon je sais la victoire contre la Juve est en partie due à l'arbitrage, mais il n'empêche que la Juve sur ce match n'a pas réussi à être très dangereuse, ce qui est assez rare pour être souligné... Aussi rare qu'un Barça sans occasion de but et pourtant Milan a aussi réussi cet exploit.

Ce que fait Allegri cette année est selon moi un véritable chef d'oeuvre! L'équipe est très loin d'avoir les noms que l'on peut voir à Turin, à Barcelone ou à Madrid, pourtant les résultats sont là et je lui tire mon chapeau pour ça. D'autant plus que le jeu commence lui aussi à venir. Il a su équilibrer la défense, faire éclore des petits prodiges et donner enfin à Montolivo la place qu'il méritait dans le foot italien. Rien que pour ces 3 choses on peut le féliciter...
vinnyroma Niveau : CFA2
Totti De rossi Romagnoli cela est une belle lignée

dans ce calcio en déclin, il y a peut être trop d'étrangers moyens mais les jeunes italiens sont porteurs d'espoir. Ce week end on peut noter encore le beau doublé Bonaventura qui n'a que 23 ans.
Note : 1
pendant ce temps la juve est 1ere.
L'Inter galère en ce moment mais je sent bien une belle dernière ligne droite pour eux. Vraiment passionnant ce Calcio, c'est de loin mon championnat préféré en ce moment.
milanello44 Niveau : CFA
Message posté par maxlojuventino
Allegri a prouvé face au Barça et à la Juve qu'il savait s'adapter tactiquement à chaque adversaire tout en continuant à gagner... Bon je sais la victoire contre la Juve est en partie due à l'arbitrage, mais il n'empêche que la Juve sur ce match n'a pas réussi à être très dangereuse, ce qui est assez rare pour être souligné... Aussi rare qu'un Barça sans occasion de but et pourtant Milan a aussi réussi cet exploit.

Ce que fait Allegri cette année est selon moi un véritable chef d'oeuvre! L'équipe est très loin d'avoir les noms que l'on peut voir à Turin, à Barcelone ou à Madrid, pourtant les résultats sont là et je lui tire mon chapeau pour ça. D'autant plus que le jeu commence lui aussi à venir. Il a su équilibrer la défense, faire éclore des petits prodiges et donner enfin à Montolivo la place qu'il méritait dans le foot italien. Rien que pour ces 3 choses on peut le féliciter...


Supporte-tu vraiment la Juve ? Non je rigole, en tout cas je partage ton analyse sur le Mister qui est plus que parfaite.
Avec cette effectif, il a vraiment réussi un exploit en peu de temps.
milanello44 Niveau : CFA
Et dommage qu'on ait chier notre début de saison, on aurait pu peut être vous titiller un peu.
Le prochain Juve-Milan s'annonce alléchant, avec tout simplement la Squadra Azzura au complet sur le terrain.
milanello44 Niveau : CFA
Et sa, l'Italie peut être fière de voir ses meilleurs joueurs évoluer au pays.
D'ailleurs cette année la ressemblance est très forte avec l’Espagne ou l'équipe type évolue au Barça et au Réal tout comme en Italie avec la Juve et le Milan.
Mais le défaut c'est que cela pourrait fausser la Série A à long terme.
Mais bon, les défenses en Italie sont quand même les meilleurs d'Europe.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 26