1. //
  2. // PSG/Séville

Une corrida jouée d'avance ?

Le Paris-SG a l'occasion de se qualifier pour le prochain tour de la Ligue Europa en battant au Parc des Princes le FC Séville. Une formalité ?

0 0
Il y a trois ans, la venue du FC Séville au Parc des Princes aurait soulevé un vent de folie sans précédent aux alentours du stade francilien. En résumé, Guillaume Hoarau et ses potes auraient fait dans leur pantalon. En 2010, cette opposition peine à faire sauter les braguettes. Et pour cause, le club andalou a perdu de sa superbe et ne brille que par intermittence. A l'inverse de Parisiens toujours invaincus en Ligue Europa.

Les mecs de Paname peuvent directement valider leur billet pour les seizièmes de finale en s'imposant à la maison. Tout sauf une montagne en somme. Déjà victorieux en Andalousie au match aller (1-0), les hommes d'Antoine Kombouaré ont de sacrés atouts à faire valoir. Invaincu à la maison en Coupe d'Europe depuis douze matches (Remember un PSG-Tel-Aviv de 2006 de triste mémoire), le PSG veut continuer sa bonne série. D'autant que Casque d'Or récupère deux éléments importants de son dispositif avec Clément Chantôme et Mamadou Sakho (suspendus à Lyon). Dans l'entrejeu, Claude Makelele devrait laisser sa vieille ossature au repos et laisser sa place à Jérémy Clément, devenu un choix par défaut dans l'organigramme. Enfin, Mevlut Erding est jugé encore trop juste et devrait soigner son élongation au chaud avant la réception de Brest ce week-end. Le onze francilien s'orienterait comme suit : Edel – Jallet – Camara – Sakho – Ceara – Chantôme – Clément – Sessegnon – Nenê – Hoarau – Luyindula. Grosso modo l'équipe type en Europe. Mais c'est surtout la faiblesse de l'adversaire qui rend les joueurs de la capitale sereins.

Séville, la fin d'un cycle

L'Espagne, c'est à la fois les meilleurs (Real Madrid 1993, Barcelone 1995) et le pire souvenir (La Corogne 2000) du PSG sur le Vieux Continent. Mais la victoire récoltée aux forceps à l'aller (1-0 but de Nenê) a donné un ascendant psychologique aux locaux. Il faut dire que les Sévillans trainent leur spleen depuis le début de saison. Où est passée la formidable équipe de 2006 qui terrorisait l'Europe au point de faire trembler le Barça et le Real en Liga ?
Les départs de certains cadres (Adriano, Alves, Dragutinovic) et la méforme de ceux qui sont restés (Capel, Romaric et Fabiano) expliquent les pérégrinations actuelles des Andalous. Histoire de se foutre une pression supplémentaire, le FC Séville sera privé de Fabiano et de Navas, blessés. En somme son meilleur buteur et sa caution technique. Pas idéal.

Pourtant Séville est leader de ce groupe J avec neuf points et se trouve dans la même problématique que Paris. Une victoire au Parc des Princes assurerait définitivement la première place aux Andalous. Mais les Ibères ont surtout la tête au championnat puisqu'ils se déplacent à Villarreal ce week-end. Une Liga dans laquelle les hommes de Gregorio Manzano ne sont pas au mieux. En effet, ils viennent d'enchainer deux défaites à la maison (Majorque et Getafe) et ne décollent pas au classement. Le contingent d'anciens du championnat de France (Romaric, Dabo, Zokora, Kanouté, Escudé) peine à porter Séville vers le haut et les deux victoires en Coupe de l'UEFA (2006 et 2007) semblent très loin. Clairement, le FC Séville est en fin de cycle et n'arrive même plus à sortir des top players de la trempe de Sergio Ramos ou Daniel Alves. L'ancien club de Juande Ramos a raté le virage du succès. Depuis, l'équipe stagne. Reste la scène européenne pour briller, en attendant mieux.

Dans ce marasme sportivo-psychologique, les Parisiens partent favoris. Une position qu'ils ont souvent du mal à assumer. Mais l'esprit “coupe” du groupe d'Antoine Kombouaré est souvent un plus dans ce genre de rencontre. Surtout, le venue des Espagnols sera l'occasion d'observer la force mentale d'Edel Apoula. Quatre jours après son match catastrophique à Lyon, le portier sera de nouveau aligné d'entrée. Une manière de confirmer la thèse de l'accident. Ou pas.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rennes est "Fanni" ?
0 0