Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Patrimoine
  2. // Un homme, un stade

Une chapelle, un stade : Lescure

À Bordeaux, seuls les enfants à l'éducation quelque peu laxiste parlent de Chaban-Delmas, lorsqu'il s'agit d'évoquer l'enceinte qui trône sur les boulevards. Pour tous les autres, il s'agit du mythique Parc Lescure, qui doit son nom à une ancienne chapelle.

Modififié
C'est une manifestation joyeuse qui envahit les rues de Bordeaux ce 9 mai 2015. D'abord rassemblés place de la République, ils ont formé un cortège, immense, qui les mènera pour la dernière fois dans ce stade qui les a vus pleurer de joie ou de tristesse, selon les saisons. Eux, ce sont les supporters des Girondins de Bordeaux. Et si, administrativement, c'est au stade Chaban-Delmas qu'ils se rendent, la journée a été baptisée « Adieu Lescure » par les Ultramarines, qui organisent les festivités. Car ici, personne n'utilise le nom de l'ancien maire pour désigner l'enceinte mythique, rebaptisée en 2001. Mais parmi cette foule marine et blanc, rares sont ceux qui savent d'où vient l'ancien nom du stade qui verra Nantes s'incliner quelques heures plus tard.

Piste de courses cyclistes, piste d'athlé et terrain de foot


Il est bien, à Bordeaux, Nathaniel Johnston. Débarqué sur les bords de la Garonne au cœur du XIXe siècle pour y faire un peu de commerce, l'Irlandais prospère tellement qu'il finit par posséder un domaine qui s'étend sur 23 hectares, à l'ouest de la ville. Et qu'il lèguera tout naturellement à Nathaniel junior, son fils, né en 1836 dans la capitale girondine. Diplômé de Polytechnique, propriétaire entre autres des châteaux Ducru-Beaucaillou et Dauzac, député de la première circonscription de la Gironde sous le Second Empire (1869-1870), puis la Troisième République (1871-1876), l'homme est occupé. Et n'a que faire de l'immense terrain dont il a hérité. Décision est donc prise de s'en séparer petit à petit, parcelle par parcelle, jusqu'en 1912. Deux ans avant sa mort, Johnston vend ses dix derniers hectares, qui abritent la chapelle de Saint-Laurent-d'Escures, plus simplement appelée « chapelle de Lescure » , à la Société anonyme immobilière du parc des sports. C'est ainsi qu'en 1924, un complexe sportif baptisé du nom de l'ancien lieu de culte voit le jour. À l'époque, l'endroit se compose simplement d'une piste de courses cyclistes, une piste d'athlétisme et un petit terrain de foot.


La crise économique de 1929 ayant fait son œuvre, la société du Parc Lescure est vendue à prix cassé à la ville de Bordeaux en 1932. Adrien Marquet, le maire, qui sera condamné après guerre à dix années d'indignité nationale, en plus d'avoir exprimé son « souhait d'une France nationale-socialiste » lors de sa participation au gouvernement Pétain, décide d'y bâtir un vrai grand stade moderne, capable d'accueillir la Coupe du monde 1938. La machine se met en branle dès 1933, sous l'impulsion de l'architecte Raoul Jourde. Et le 12 juin 1938, Tchécoslovaques et Brésiliens inaugurent l'enceinte, à l'occasion d'un quart de finale du Mondial, devant 22 021 spectateurs. Le stade sera rénové une première fois en 1986 (suppression de la piste cyclable et capacité du stade élevée à 40 000 places), puis en 1998 (mise aux normes pour la Coupe du monde), mais déjà, Lescure ressemble à celui que les supporters actuels ont connu. Celui où pour se procurer des billets, il faut se présenter aux guichets de la place Johnston.

Comment aurait pu s'appeler le Parc Lescure


  • Stade Benito Mussolini : Adrien Marquet, le maire qui a décidé de sa construction, prônant « une forme de socialisme autoritaire et corporatiste proche du modèle mussolinien  » .

  • Stade Alain Giresse : 593 matchs et 181 buts pour les Girondins, ça se respecte.

  • Stade Jean-Claude Darcheville : Parce que les frappes du Guyanais étaient un hommage avant l'heure aux drops qui y sont actuellement pratiqués.

  • Stade Leônidas. Le Brésilien est le premier à y avoir inscrit un but, lors du Mondial 1938.

  • Stade de la Ventrèche. Parce qu'à Bordeaux, on ne va pas au stade sans s'être mis un 'dwich de poitrine de cochon gras.



    Par Mathias Edwards Le DVD Adieu Lescure, édité par les Ultramarines, est disponible sur leur site, et à leur table avant les matchs à la Matmut Arena.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom