1. // Publi-rédactionnel

Unbottle Yourself & So Foot présentent "SO UNBOTTLE"

Avant l’Euro, SO FOOT donne la parole à ses lecteurs. Qui racontent ce que le foot leur a fait faire de plus fou et ce qu’ils feraient pour aller à l’EURO.

Modififié
2 0
SIMON
étudiant en journalisme

« J'étais jeune, en vacances avec mes parents en Martinique. Malheureusement, on rentrait trop tard pour le clasico PSG-OM. Je me suis engueulé avec mes parents et, en total désaccord avec eux, je suis rentré deux jours avant, tout seul, pour voir le match. Résultat: le PSG a pris 3-0 au Parc des Princes. La lose. »

ADRIEN
agent de développement des énergies renouvelables

« Avec mon métier, je suis souvent amené à me déplacer à l’étranger pour des réunions, qui durent parfois plusieurs jours. Pour assister à un match de l’Euro, je serais prêt à convaincre mon patron de m’envoyer pendant deux semaines en meeting en Ukraine ou en Pologne, histoire d’aller ‘informer la population sur les énergies renouvelables’. Pas mal comme métaphore, non? »

ANTOINE
étudiant en histoire-géographie

« Saison 2006-2007, le PSG traverse une période difficile. Malgré tout, je me rends dans la Sarthe pour un match face au Mans. Sur le but parisien, l'explosion de joie a été si puissante que j’ai descendu les gradins sur la tête. Résultat? Une dent cassée et une maman pas très contente le lendemain. Tout ça pour un match nul bien naze… »

SAM
Conseiller en environnement

« Si la France fait une finale de l’Euro, je crois que je suis prêt à revendre ma bague de mariage pour me payer une place. Par contre, si ma femme lit ça, c’est une bague de divorce que je vais devoir revendre » .

PIERRE
économiste

« Alors que j’étais lycéen, je participais à une œuvre caritative au Parc des Princes, un après-midi de jour de match. A l’issue de l’événement, ni vu ni connu, je suis parti me cacher aux toilettes. L’attente fut longue, l’épreuve monacale, mais au bout de sept heures peu confortables d’angoisse (et d’ennui), j’ai pu vibrer sur la victoire du PSG! Pour assister à un match de l’Euro 2012, je suis prêt, aujourd’hui, à assister à toutes les émissions de Téléfoot jusqu’au mois de juin. Et même à applaudir avec les poussins de Brive-la-Gaillarde, comme à la grande époque! »

JOHN
Styliste

« Je suis supporter de Tottenham depuis toujours. Si aujourd’hui, tu me dis que je pourrais assister à la victoire de l’Angleterre en finale de l’Euro, avec un but de Jermain Defoe, je suis prêt à me faire tatouer dès maintenant le visage d’Arsène Wenger dans le dos. Ou Thierry Henry, comme tu veux » .


PAUL
étudiant

« Un jour, je devais assister à un match de Coupe Gambardella. J’avais les billets, j’étais chaud. Et puis, je me suis souvenu que c’était le mariage de mon cousin. J’ai pesé le pour et le contre. Et j’ai raté son mariage! »

JEREMY
chef de projet événementiel

« Pour suivre un match de l’Euro cette année, je suis prêt à aller jusqu’à la Donbass Arena de Donetsk avec mon Vespa rouge. D’ailleurs, je l’ai déjà fait! Photos à l’appui s’il le faut. »

JEAN-FRANCOIS
chef de publicité

« Mon meilleur pote avait réussi à récupérer deux places pour la finale de la Ligue des champions 2006 au Stade de France entre Arsenal et le Barça. Malheureusement, j’avais un oral le jour même à 19 heures pour présenter mon projet de création d'entreprise. J’ai évidemment choisi de l’accompagner au match, pris mon 0 au partiel et j’ai dû me coltiner la session de septembre…  »

DIMITRI
étudiant en sociologie

« Pour assister à un match de l’Euro, je serais prêt à échanger le voyage que m’a offert ma petite amie en République Dominicaine contre un voyage en Pologne. Sans lui dire. Ou du moins, sans lui dire jusqu’au mois de juin… »

RAMON
chercheur d’emploi

« Quand j'étais plus jeune, j'allais en Espagne tous les étés dans ma famille. Un été, je suis sorti avec une fille qui s'appelait Agata. Je connaissais son père: c'est un supporter du Real Madrid. Un vrai. Un soir j’ai passé la nuit chez Agata. Je pense que les parents ont tout entendu. Le lendemain, je me lève, et évidemment, j'enfile mon maillot du Barça que j'avais prévu pour l'occasion. Je me pointe dans la cuisine et je tombe sur le père. Il me dit que je ne peux pas porter ça dans sa maison. Je refuse de l’enlever, du coup il appelle sa fille et lui demande de me dégager. Elle refuse aussi. Je suis finalement sorti en lâchant un ‘Visca Barça’... J'ai cru qu'il allait me tuer. »

FABRICE
analyste financier

« En mars 2010, avec un pote, nous avons perdu un pari à la contrée dans un bar de l’Estaque, et notre gage était d’aller au Vélodrome, pour le match OM/Lorient, à pied! Ça fait une dizaine de kilomètres, peut-être plus. Je me rappelle être arrivé à la dixième minute, un peu crevé. Mon coéquipier avait, lui, soi-disant abandonné en route, parce qu’il préférait ne pas aller au match plutôt que marcher. Le menteur, il est arrivé avant moi… en voiture.  »

ARNAUD
étudiant en école de commerce

« Lorsque je vivais en Argentine, j’ai voulu assister au Super Clasico entre Boca Juniors et River Plate. Avec un maillot de River sur les épaules, je me suis retrouvé avant le match dans le fameux quartier de la Boca. Premiers réflexes, j’ai remonté mon zip… J’ai quand même reçu quelques cailloux, notamment dans les ruelles coupe-gorge de Boca. Avec le recul, je me dis que j’ai été complètement fou. »

MARINE<br>
élève-avocate

« Pour voir des matchs de l’Euro, je suis prête à apprendre l'alphabet cyrillique ukrainien et me teindre en blonde pour me faire embaucher en tant qu’hôtesse au stade de Kiev, et ainsi pouvoir assister à tous les matchs. »

GABRIEL
pigiste

« J’étais avec une meuf plutôt mignonne, assez sympa, bref, le bon parti. Seul hic, elle était assez possessive. Et ça, une année d'épopée européenne olympienne, en 2004, avec un Drogba en feu, ça peut vite dégénérer. Le jour d'OM-Liverpool, match retour des huitièmes, elle pète son câble et m'annonce qu'elle en a marre de m'entendre parler que de ça, et que je dois choisir entre elle et le foot. Au final, la tête d'Abdoulaye Meïte était bien plus sympa à vivre depuis les tribunes... »

Si ça vous dit d’aller à l’EURO 2012, vous n’avez peut-être pas besoin de faire tout ça… Rejoignez Unbottle Yourself et tentez de gagner vos places pour France – Angleterre et Ukraine – France.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 0