Un triste mois au Maracanã

Après des longs mois d'inutilisation, Jeux olympiques obligent, le Maracanã a rouvert ses portes aux quatre grands clubs de Rio pour la dernière ligne droite des championnats de première et deuxième divisions brésiliennes. L'espoir d'un coup de pouce pour des équipes lassées de leur vie de nomades. Espoir déchu : entre prix trop élevés, crise économique, sièges vides et mauvais résultats, l'ambiance n'était pas vraiment au rendez-vous.

Modififié

Fluminense 2-2 Vitória

33e journée, 20 005 spectateurs

N'y avait-il pas mieux qu'un vendredi soir pour programmer ce match ? C'est la question que se posent les fans du Tricolor qui s'entassent devant la billetterie du secteur sud du Maracanã, cinq minutes avant le coup d'envoi. La plupart sortent juste du boulot, comme Felipe, venu directement en costard. « Regarde ça, c'est magnifique » , dit-il en filmant depuis le pont du métro son arrivée au stade, dont le toit est illuminé en vert et rouge pour l'occasion. Confisqué pour les Jeux olympiques, le Maracanã a rouvert ses portes aux clubs de Rio une semaine plus tôt, lors du match nul entre Flamengo et Corinthians (2-2). Comme ceux de leur rival rubro-negro, les supporters de Fluminense n'avaient plus foulé ces gradins depuis la fin du championnat précédent, il y a onze mois. Une éternité, même si ces coupures sont devenues une habitude depuis le début de la rénovation du stade en vue du Mondial, en 2010. Cette saison, Fluminense a été trimbalé à Volta Redonda (à 130km de Rio), à Cariacica (500km), à Brasilia (1200km), avant de trouver un accord avec l'America Football Club pour louer son petit Giulite Coutinho (13 000 places), situé à Mesquita, à « seulement » quarante kilomètres du centre de Rio. Pourtant, en entrant dans le stade, surprise : seul le secteur sud, c'est-à-dire un quart du stade, est ouvert et rempli. Le reste, entièrement vide, expose ses sièges bleu et jaune de mauvais goût. « Avant, il y avait 200 000 personnes dans ce stade ! » insiste Felipe, entre deux selfies, qui raconte la finale de la Copa Libertadores 2008, perdue aux tirs au but contre Liga de Quito ( « devant 86 000 supporters, une défaite terrible » ), ou encore le « match historique » qui a vu Resende, le club de sa ville d'origine, battre Flamengo en demi-finale du championnat carioca de 2009.


Ce soir, le jeune employé d'une boîte d'informatique s'est placé au premier étage du virage. Ici, on apprécie les nouveaux sièges à bascule et la proximité avec le terrain, on vient avec les enfants, on part s'acheter des bières en plein match et on lâche rarement le smartphone. Entre tout ça, on prend quand même le temps de fêter les deux buts des siens qui, emmenés par sa jeune promesse Gustavo Scarpa, numéro 10 dans le dos et fusil sniper à la place du pied gauche, renversent le score juste avant la pause contre un candidat au maintien. Après quatre matchs sans victoire, Fluminense comptait sur ce retour au Maracanã pour relancer la machine et remplir son objectif : la qualification pour la prochaine Copa Libertadores. C'est raté. Après des mois de vie de nomade, le Maracanã devait être l'atout du sprint final. Mais c'est le contraire : acculé devant son but, à l'opposé du quart de stade occupé, le Tricolor concède l'égalisation dans les dernières minutes. Le deuxième étage du secteur sud, celui qui est debout, qui chante, qui tape sur les tambours, gronde, impuissant. L'histoire se répétera lors de la rencontre suivante à domicile, un match décisif contre l'Atlético Paranaense (1-1) : un match nul, un pic à 40 000 supporters, un péno raté dans les arrêts de jeu, et un basculement dans la deuxième partie de tableau pour conclure l'année. « Je crois qu'il aurait mieux valu qu'on finisse la saison au Giulite Coutinho, constate Felipe, amer. C'est petit et moins prestigieux, mais on avait de meilleurs résultats. Là, c'était un peu triste. » En déprogrammant du Maracanã le dernier match de la saison, contre l'Internacional, pour le faire jouer au Giulite Coutinho, le club lui donnera raison. Le motif ? Trop peu de monde + loyer trop cher = manque à gagner.



Flamengo 0-0 Botafogo

34e journée, 49 382 spectateurs

Les déménagements successifs, Flamengo connaît aussi. Privé de son Maracanã, le club le plus populaire du Brésil a « reçu » cette année à Brasilia, Natal, São Paulo, Juiz de Fora et Volta Redonda. Alors, pour le retour à la maison contre Corinthians (2-2, le 23 octobre), la foule s'était mobilisée, avec près de 65 000 supporters présents et de longues files d'attente aux billetteries dans la semaine. Ce dimanche pluvieux de début novembre, c'est un autre retour : celui du derby, contre Botafogo, le quatrième club de la ville. Dans le métro, Thiago arbore son maillot tout neuf, floqué Diego – rentré en juillet après douze ans en Europe. « Enfin, on joue à Rio, souffle cet employé de L'Oréal à Rio, originaire du centre-ville. Si on gagne tout, on peut encore être champions. » À la descente à l'arrêt Maracanã, les supporters des deux clubs rejoignent ensemble le stade, sans heurt ni provocation. Pas une surprise. À l'image du Mondial, le public présent est majoritairement du profil de Thiago : blanc et aisé. En virage, les places sont à plus de vingt euros. Résultat : moins de monde (49 000 spectateurs) et un public local qui donne de la voix seulement lorsque « o time do povo » s'approche du but adverse. Si les autorités du club critiqueront la partie fermée du secteur sud (pour séparer les torcedores des deux équipes), ils n'expliqueront pas les centaines de sièges vides dans le reste du stade, ni les demandes en mariage et les bisous dans des cœurs sur les quatre écrans géants.


Déçu par le peu de spectateurs du match entre Fluminense et Vitória, Cian, un Irlandais fan de Shamrock Rovers de passage à Rio, est revenu malgré la pluie pour le derby. « C'était mieux, dit-il. Surtout quand Flamengo poussait. Le foot brésilien est étonnant : les deux équipes attaquent sans arrêt, il y a plein d'espaces et d'occasions. Niveau ambiance, j'ai quand même préféré le match de Serie B entre Bahia et Bragantino, au Fonte Nova, à Salvador. » Pour trouver plus de bruit, il faut en fait rejoindre le kop de Botafogo, toujours dans le secteur sud, où environ 5000 fans se sont entassés sous une immense banderole à l'effigie du Loco Abreu (63 buts en 106 matchs avec Botafogo). Plus petit des quatre gros clubs cariocas avec ses deux titres de champion (1968, 1995), l'Alvinegro compense avec des fans fidèles et particulièrement anti flamenguistas. « Favela, favela, silence dans la favela » , hurlent-ils en cœur, avant de pousser sans relâche pendant 90 minutes pour un but qui ne viendra pas (0-0). Tant pis, le nul laisse Palmeiras s'échapper dans la course au titre, ce qui suffit à leur bonheur. Botafogo, qui a depuis 2007 officiellement laissé le Maracanã pour louer le stade olympique – lui aussi réquisitionné -, finira sa saison au Luso-Brasileiro, à côté de l'aéroport international, sur l'île Governador. Un stade que louera la saison prochaine... Flamengo, à qui la victoire échappera à nouveau au Maracanã lors du match suivant, contre Coritiba (2-2), malgré sa paire Diego-Guerrero en attaque. Devant moins de 40 000 supporters-consommateurs.



Vasco 2-1 Ceará

38e journée Serie B, 56 426 spectateurs

Le Vasco, lui, n'a pas les mêmes problèmes de logement. Propriétaire de son Sao Januario vieux de presque 90 ans, dans le quartier voisin Sao Cristovao, il dispute néanmoins sa « finale » au Maracanã. Relégué la saison dernière malgré Nenê élu meilleur joueur du championnat, le Giganta da Colina doit s'imposer face à Ceará pour s'assurer le retour dans l'élite. Cette fois-ci, le stade est plus garni (billets à six euros) et le public plus coloré. Et quand Ceará ouvre le score de loin, la tension, déjà palpable depuis l'avant-match, monte d'un cran. Depuis sa loge, le président du club, Eurico Miranda, est insulté par tout le stade, les joueurs essuyant eux des « time sem vergonha » . Les deux buts encaissés par Náutico, à la lutte avec Vasco pour la montée, redonneront un peu de moral aux troupes dans les tribunes. « On est ridicules, et vous fêtez les buts d'une autre équipe ? » , s'indigne un fan aux bras démesurés, tandis qu'un autre, hors de lui, va voir les quelques supporters assis pour les lever et les forcer à chanter.


À la pause, Geovanne, un peu plus calme que les autres, se confie. « La situation financière du Brésil plombe nos clubs. Il n'y a plus d'argent pour acheter et payer les joueurs. Louer le Maracanã à l'État de Rio coûte cher. Ce match-là, on le joue ici pour faire rentrer du monde, mais aussi et surtout parce que c'est plus sûr que le Sao Cristovao. » Numéro 23 dans le dos, Geovanne montre du doigt les quatre immenses écrans du stade, le toit, puis ces sièges à bascule. « Avant, il n'y avait pas tout ça. C'était moins confortable, mais plus chaleureux et populaire. Alors oui, maintenant on a les écrans, les toilettes impeccables, les sandwichs, etc. Mais on a perdu en ferveur. » Le deal du football moderne, qui après l'Angleterre, la Belgique ou le Parc des Princes, gagne le Brésil et ses stades flambants neufs depuis la Coupe du monde. La fin d'après-midi sera plus heureuse pour les fans du Vasco : deux buts de Thalles en quelques minutes mettront le stade en transe. Pleurs, sprints dans les travées, prières, chants assourdissants : une quinzaine de minutes durant, le Maracanã semble retrouver sa passion. Le Vasco de Gama retrouvera Fluminense, Flamengo et Botafogo en Serie A la saison prochaine. Une année que les fans cariocas espèrent moins mouvementée.

Par Léo Ruiz, à Rio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
il y a 1 heure Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 48 il y a 1 heure Le rap des ultras de Genk 3 il y a 1 heure Il rentre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 1
il y a 3 heures Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 13 il y a 4 heures Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 16 Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12 Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 38
Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 12 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7