Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lyon-Everton

Un régal Aouar

Attendu avec impatience par les plus fervents supporters des Gones, Houssem Aouar est en train de confirmer les espoirs placés en lui. Titulaire depuis quelques semaines, le joueur de dix-neuf ans a su saisir sa chance et multiplie les prestations encourageantes.

Modififié
Un contrôle orienté parfaitement maîtrisé, un plat du pied qui ne laisse aucune chance à Tim Krul, qui doit aller chercher le ballon au fond de ses filets pour la sixième fois de la soirée. Après un triplé de Fekir et des buts signés Darder et Cornet, c’est au tour d’un jeune Lyonnais de marquer dans ce seizième de finale retour de Ligue Europa contre l’AZ Alkmaar (7-1). Houssem Aouar, dix-huit ans, qui dispute son deuxième match seulement chez les professionnels, se présente de fort belle manière au public du Parc OL. Aux côtés d’Alexandre Lacazette tout sourire, le Gone se tourne vers la tribune et forme un cœur avec ses doigts. « Je vais aussi me souvenir très longtemps de ce premier but en pro, avouera-t-il quelques mois plus tard sur OLTV. La célébration était destinée à ma maman. J’ai l’habitude de lui faire ce geste quand je marque. C’est important. Elle était très heureuse. »

Régulièrement surclassé chez les jeunes


Houssem Aouar entretient une relation toute particulière avec sa mère, une aide-soignante à la retraite, d’origine algérienne, arrivée en France au début des années 1990. Si celle-ci l’imaginait plus devenir médecin, elle s’est toujours portée volontaire pour emmener le jeune Houssem aux entraînements et le suivre ainsi de près dans l’accomplissement de sa passion. D’abord sur les terrains de l’AS Tonkin, petit club de quartier villeurbannais dans la banlieue de Lyon, où Aouar réside encore aujourd’hui dans l’appartement familial avec sa mère et son grand frère. Ses performances attirent l’œil de l’OL, qui le convoque en 2009, pour des séances de détection. Impressionné, le jeune môme de onze ans passe à côté avant de séduire les recruteurs lors d’une deuxième séance quelques mois plus tard.

Houssem Aouar à ses débuts à l'OL

Houssem répète ses gammes dans les équipes de jeunes et impressionne déjà ses entraîneurs par son excellente vision du jeu, son aisance technique, ses facilités dans le dribble et sa capacité à conserver le ballon. Très vite, les responsables du centre de formation décident de le surclasser, à l’instar de Benzema ou Lacazette avant lui, pour polir son talent et le confronter à d’autres exigences sur le plan physique notamment. Ainsi, à l’âge de seize ans, alors qu’il devrait normalement jouer dans la catégorie U16, Aouar est déjà capitaine chez les U17. Auteur de 27 buts et d’une quinzaine de passes décisives sous les ordres du bien connu Armand Garrido, le jeune milieu de terrain explose et se voit convoqué pour la seule et unique fois en équipe de France U17.

Chouchou de Karim Benzema


Champion de France U17, avec ses compères Dzabana, Cognat et Martins-Pereira, en battant en finale le PSG de Nkunku, Augustin, Edouard et Ikoné (3-1), Aouar fait parler son talent chez les U19 en disputant la Gambardella et la Youth League. Repéré par les assidus du centre de formation de l’OL sur la toile, il devient rapidement la nouvelle coqueluche des supporters lyonnais sur les réseaux sociaux, à l’instar de Farès Bahlouli quelque temps auparavant, qui lui prêtent un avenir des plus radieux entre Rhône et Saône. Après une poignée de matchs disputés avec l’équipe réserve des Gones en CFA, Houssem signe à l’été 2016, à dix-huit ans seulement, son premier contrat professionnel avec l’OL.


Mais la récompense d’un premier match officiel avec les professionnels tarde à venir. Aouar, toujours boudé par les sélections en équipe de France de jeunes, s’entraîne régulièrement avec le groupe pro, mais se voit contraint d’évoluer les week-ends avec la CFA. Bruno Génésio peine à lui faire confiance et ne le convoque qu’à quelques reprises dans le groupe pour le match de championnat, provoquant la colère d’une partie des supporters des Gones à l’encontre de la gestion de l’effectif du tacticien rhodanien. Il faudra attendre le mois de février et la double confrontation contre l’AZ Alkmaar pour le voir faire ses premiers pas au plus haut niveau. Des prestations remarquées, complimentées sur RMC par un autre grand talent formé à l’OL, Karim Benzema : « À Lyon, j’aime bien le petit Aouar. Il a une bonne qualité technique, il voit bien le jeu. S’il travaille, il peut aller loin. » Réponse de l’intéressé en conférence de presse : « Bien sûr que ça fait plaisir étant donné que c’est un grand joueur, l’un des meilleurs d’Europe. Il a eu une grande carrière et fait encore une grande carrière, donc il me conseille là-dessus. »

Lyonnais... #cestlescenario

Une publication partagée par Karim Benzema (@karimbenzema) le

Il pensait à un départ cet été


Après Alkmaar, le nouveau bourgeon du centre de formation de l’OL est lancé dans le grand bain en Ligue 1 quelques jours plus tard à Bastia. La rencontre se déroule dans un contexte tendu et ne durera qu’une mi-temps en raison de multiples incidents entre supporters corses et joueurs lyonnais. Drôle de première. D’autant plus que le jeune joueur, peut-être un peu trop couvé par Génésio selon certains, devra prendre son mal en patience pour attendre une deuxième apparition en L1. « Houssem s’entraîne régulièrement avec nous. Ce n’est même pas une histoire de le couver, car il a 18 ans et à son âge, on peut jouer en professionnel. Mais c’est aussi parce qu’il y a plusieurs joueurs à son poste. Ça n’empêche pas que je crois en lui, il le sait, je lui ai déjà dit plusieurs fois. C’est l’avenir du club, car il a du talent et de la qualité. Et c’est la politique du club. Houssem et d’autres seront dès la saison prochaine des concurrents directs pour s’imposer en équipe professionnelle » , explique ainsi l’entraîneur lyonnais en conférence de presse en avril dernier.


Le jeune joueur ronge son frein, mais perd patience en août dernier lorsqu'il n’est pas retenu dans le groupe pour les premiers matchs de la saison et songe à un départ. Mapou Yanga-Mbiwa, dont il est très proche dans le vestiaire, et Cláudio Caçapa lui ordonnent de s’accrocher et de continuer de travailler, lui promettant que son heure arriverait tôt ou tard. Bruno Génésio intervient pour bloquer son départ et rassure le joueur, lui expliquant ce qu’il attend de lui. « J'ai compris que pour espérer prendre la place d'un titulaire, il fallait que je sois vraiment au-dessus. J'ai donc bossé encore plus, je restais après les séances et j'ai mis de l'impact dans celles-ci » expliquait Aouar, dont l’exposition publique et médiatique est soigneusement contrôlée par l’OL, dans les colonnes de L’Équipe en octobre dernier.

Nabil Fekir, le mentor


Le travail a fini par payer. Profitant des sorties en demi-teinte de Memphis Depay, Houssem Aouar grignote du temps de jeu depuis quelques semaines sur l’aile gauche comme face à Dijon, l'Atalanta ou Monaco. Il est également utilisé dans le cœur de jeu comme contre Everton, Troyes ou Metz aux côtés de Tousart ou Ndombele où son sens du jeu, sa qualité de passes et sa conduite de balle, souvent comparée à la douceur du miel ou de la soie sur les réseaux sociaux, compensent un physique encore frêle. Une polyvalence qui séduit Bruno Génésio, qui s’exprimait à son sujet en zone mixte après la victoire à Everton (1-2) : « Je pense qu’il a les qualités techniques et aussi l’intelligence de jeu pour s’adapter à ces différents postes. Il a été encore une fois très surprenant dans la récupération du ballon. Il a non seulement été très bon dans l’utilisation du ballon, mais il en a aussi gagné beaucoup, ça montre qu’on n’a pas besoin de faire 1,95m et 90kg pour pouvoir récupérer des ballons. Quand on est intelligent, on peut le faire. »


Pris sous son aile par Nabil Fekir, le capitaine du vestiaire lyonnais, Houssem Aouar bluffe ses coéquipiers, impressionnés par l’impression de facilité qu’il dégage après seulement quelques matchs au plus haut niveau. « Il est épatant. Je le savais, car je l’ai côtoyé en CFA et avec les équipes de jeunes. On savait qu’il était capable de faire de belles choses à l’entraînement. Il a su saisir sa chance pour le montrer en matchs. C’est bluffant ce qu’il montre. Il a une qualité technique, une qualité de passes au-dessus de la moyenne » , témoignait Lucas Tousart après la victoire contre Metz (2-0) dimanche dernier, en zone mixte. « Il apporte de la sérénité, notamment dans sa gestion du ballon, on sent qu’il ne s’affole jamais, qu’il joue juste, poursuit Génésio. S’il est là aujourd'hui c’est parce qu’il l’a mérité, il a montré des choses à l’entraînement qui m'ont permis d’avoir confiance en lui pour l’aligner. Mais, je vais arrêter de lui faire trop de compliments parce que c’est un jeune joueur. Il faut qu’il reste bien les pieds sur terre, comme il est jusqu’à maintenant et qu’il continue à travailler. » Numéro 8 dans le dos, comme Juninho, Pjanić ou Tolisso avant lui, Aouar espère bien marcher dans les pas de ses illustres prédécesseurs.

Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article