1. //
  2. // 5ème journée

Un Real triste à mourir

Le Barça régale dans la tempête de San Mames, le Real se ridiculise contre Levante, Valence devient leader. Résumé d'une cinquième journée de Liga riche en enseignements.

Modififié
0 1
Sporting Gijon 0 – FC Valence 2


Valence a parfaitement préparé son match de Ligue des Champions contre les Red
Devils en venant gifler le Sporting au Molinon. Les Che, qui alignaient pourtant
une équipe bis (pas de Joaquin, Albelda, Banega, Costa, Mathieu, Miguel...), se
sont débarrassés des Asturiens dans les dix premières minutes du match, avant de
gérer tranquillement leur effort face à des Rojiblancos qui ne se sont jamais
remis de leur première mi-temps catastrophique. A noter que Feghouli, l'ancien
Grenoblois, a effectué ses grands débuts en Liga. Valence, qui n'a pas perdu un match depuis le début de saison, est une équipe compacte, mortelle en
contre-attaque et redoutable d'efficacité. Bref, c'est la bonne surprise du
début de saison espagnol.


Buts: 0-1, m.6: Topal. 0-2, m.9: Soldado.

Levante 0 – Real Madrid 0


Piètre performance merengue au Ciutat de Valencia. Levante, du haut de sa
médiocrité, a passé toutes les carences madrilènes au scanner. Les Merengues
pratiquent un football prévisible depuis le début de saison. Même les
individualités ont du mal à se mettre en évidence : Ronaldo est en méforme,
Higuain la joue trop souvent perso, Marcelo est définitivement nul et Benzema
manque cruellement de confiance. Seul Xabi Alonso a tenté de donner un peu de
cohérence aux Merengues. Le problème, c'est que le Basque est toujours branché sur courant alternatif et se montre malheureusement incapable d'élever le rythme de jeu du collectif madrilène. Bref, il aura donc suffi à Levante d'un peu de courage et d'une bonne capacité pulmonaire pour détruire les velléités offensives
stéréotypées de la Mou Team. La première grosse défaillance du Real pourrait bien
profiter à Auxerre. Le problème, c'est qu'entre-temps Mourinho aura tapé une
gueulante. Au final, ce sont peut-être les Bourguignons qui pourraient faire les
frais de cette petite débâcle à Levante.

Athletic Bilbao 1 – FC Barcelone 3


Le match a été intense jusqu'à ce que l'arbitre décide de devenir l'homme du
match en sortant un carton rouge direct au défenseur basque Amorrebieta. Sa
faute de crapule sur Iniesta méritait sans doute quelque chose mais certainement
pas le rouge direct. De toute façon, le Barça n'avait pas non plus besoin de ça
pour s'imposer dans un San Mames surchauffé malgré la pluie battante. Après que
Keita (énorme tout au long du match) a ouvert la marque sur
une action tout simplement magnifique, les culés ont doublé la mise sur une
frappe de Xavi. C'est là que le Tony Chapron est revenu sur le devant de la
scène en montrant un rouge à David Villa, venu se faire justice lui-même en
envoyant un coup de coude sur le tarin de Gurpegui. A 10 contre 10, les Basques,
à bout de souffle, ont tout de même eu le courage de pousser et d'être
récompensés de leurs efforts en fin de match. Les quatre dernières minutes de jeu
auraient pu devenir une véritable souffrance si Busquets n'avait pas mis une
splendide frappe dans la lucarne de Gorka. Grâce à ce succès probant, les
Catalans passent devant les Madrilènes au classement. Et franchement on voit mal
comment l'équipe de Mourinho pourra bien leur repasser devant si les
Blaugranas continuent à régaler comme ça.


Buts:0-1, min.54: Keita. 0-2, min.73: Xavi. 1-2, min.89: Gabilondo. 1-3, min.92:
Busquets


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est ridicule cet acharnement sur Tony Chapron.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'OM enquille OK...
0 1