Un Real Madrid sans Ultras Sur ?

En grève depuis déjà quelques rencontres, les Ultras Sur du Real Madrid devraient sous peu disparaître. Une fin annoncée qui doit autant à la volonté de Florentino Pérez de les éradiquer du Santiago Bernabéu qu’à une guerre interne. Décryptage.

Modififié
22 18
Samedi, pour la réception du Real Valladolid, le Santiago Bernabéu avait tout d’une cathédrale. Sans vie, sans voix, l’antre du Real a tout juste daigné fêter le premier hat-trick de Gareth Bale. Un silence redondant depuis quelques semaines. En cause, la grève des Ultras Sur, seul kop de l’ex-estadio de Chamartín. Persécutés par la direction du club, diront-ils, les membres du seul groupe ultra du Real Madrid se sont mis en sourdine. Dans leur carré, ils ne sont désormais plus qu’une petite centaine à se rendre au stade. Autour d’eux, des strapontins vides et quelques agents de sécurité. Une image désolante qui annonce la fin prochaine de ce groupe fondé dans les années 80. Un épilogue précipité par Florentino Pérez, président de l’institution merengue, qui souhaite vider le Santiago Bernabéu de ses supporters les plus virulents. Une virulence qui a fait leur renommée à base de saluts nazis, de relents franquistes et autres délicatesses de la même trempe. Bonjour tristesse.

La fin de l’entente cordiale

Pour comprendre cette soudaine mise à l’écart, il faut revenir dans les années 2000. Alors tout frais président du Real Madrid, Florentino Pérez décide de poursuivre le pacte de « non-agression » entre la direction du club et les Ultras Sur. Autrement dit, après l’ère Lorenzo Sanz, le nouveau big boss continue de tolérer la frange la plus radicale du Bernabéu. Depuis le 9 novembre dernier, cette entente cordiale vieille de quelques années est désormais à conjuguer au passé. Avant la réception de la Real Sociedad, Florentino Pérez décide de désactiver 250 passes, tous propriétés d’Ultras Sur. Ces passes étaient donnés gratuitement à ces supporters depuis la présidence de Lorenzo Sanz. En contrepartie, les Ultras Sur devaient financer par leur propre moyen leurs déplacements espagnols et européens. Cette décision présidentielle a été motivée par l’image de mauvais garçons des Ultras Sur. Et une réputation qui sent mauvais le franquisme et le fascisme.

Radicaux, les Ultras Sur l’ont toujours été. Nés dans les années 80, ils se décrivent comme « un groupe de jeunes caractérisé par une fougue qui les amène à ne pas être effrayés face aux supporters adverses qui, habituellement, traitent très mal les supporters madridistas » (définition disponible sur leur site internet). Une définition des plus claires qui colle au profil des membres fondateurs, pour la grande majorité extrémistes de droite. Autant dire que ce ne sont pas les polémiques qui manquent à leur CV. La plus connue a eu lieu le 1er avril 1998. Pour la réception du Borussia Dortmund en demi-finale de C1, les Ultras Sur, chauds comme la braise, défoncent le grillage. Problème, les cages font partie du tout et cèdent à leur tour. Le match commencera avec 76 minutes de retard. Le club se fera taper sur les doigts par l’UEFA. Plus que ce fait d’armes sans gravité, les Ultras Sur sont connus pour leur couleur politique. Entre l’exposition de drapeaux nazis (comme lors du derby face à l’Atlético de Madrid de 1997) ou photos bras droits en l’air, ces ultras ont tout du franquiste de bas étage.

Relève vs vieille garde

Dans les années 2000, la police et les instances footballistiques et judiciaires mettent en place une lutte contre ce fléau. En Espagne, le nombre de ces faux supporters aurait été réduit d’un tiers (d’un millier à 350 environ) depuis les années 90. Aujourd’hui, chez les Ultras Sur, une frange souhaite revenir aux heures les plus violentes du groupe. Ainsi, le bord le plus jeune veut récupérer le pouvoir face à la vieille garde pour radicaliser un peu plus les Ultras Sur. Avant le match face à la Real Sociedad du 9 novembre, une rixe éclate au siège du groupe. Les « jeunes » , emmenés par Antonio El Niño (supporter de l’Atlético selon El Mundo), se frottent aux anciens, emmenés par Álvaro Cadenas (avocat de l’ultra-droite, membre fondateur des Ultras Sur et interlocuteur avec la direction). Cette altercation va prouver à Florentino Pérez le bien-fondé de son « plan Leproux » . Un président merengue qui souhaite faire de la tribune des Ultras Sur « une tribune d’animation normale » , selon un membre du club en charge de la sécurité par El País. La fin est proche pour les Ultras Sur. Et personne, ou presque, ne s’en plaindra.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Matos_de_blackos Niveau : DHR
Franchement j'en ai rien à carrer.
Bien le bonjour.
Et ben lis pas et clique pas si t'en as rien à carrer...
Perso, j'en ai rien à carrer que t'en es rien à carrer, tu vois ça peut durer...

Bref pas de sympathie pour les ultras sur, quelques belles anims et tifo mais trop souvent eclipsés par leur mentalité à gerber, selon moi...

Après intéressant de préciser aussi que la police est contre la dissolution du groupe, ça ne ferait que radicaliser des petits groupes, plus faciles à controler sous l'entité globale "ultras sur"...

Le contraire de ce que l'état a fait à Paris, mais c'est bien connu la France a toujours raison seule contre tout le monde...
qui a gagné entre el nino et l'avocat ?
Et après ...plus rien.Comme Perez floflo essaie de faire les choses bien parce que ton article va pas au bout,y se termine avec une "passe"..
J'ai lu qu'ils voulaient installer un "Mur Blanc" comme à Dortmund, m'enfin tant que les prix ne baisseront pas ce sera toujours assez calme au Bernabeu, avec les "comepipas" comme ils les appellent, que des ptits vieux avec leur pipes qui viennent regarder leur spectacle comme au théâtre... S'il veut de vrais supporters et il y en a, qu'ils fasse des tarifs pour les plus jeunes, c'est triste pour l'ambiance mais les Ultra Sur c'est rempli d’extrémistes fascistes voire nazi qui laissent leur frustration éclater dans le stade en cantonnant des chants parfois douteux, bon débarras comme pour les Boixos Nois du Barça, on aura peut être l'avènement ENFIN d'un vrai groupe ultra à Madrid, voire un "Mur Blanc" qui sait même si j'en doute...
MindTheGap Niveau : CFA
Robin ou comment faire un résumé à sa façon de 3-4 papiers qu'il a lu.
C'est moche à lire.
Pour les avoir vu à l'oeuvre 3,4 fois dans le passé, ils ne mettent pas une ambiance folle. J'ai le souvenir d'une centaine de type au plus et contre des équipes pas degeu (Valence, Real socieded, Seville)..
Aprés bon c'est vrai que parmi le 80 000 spéctateurs c'est difficile de se faire entendre, mais c'est l'avenir du football il faut croire
Milan_forza18 Niveau : CFA
Déjà qu'il n'y a pas beaucoup d'ambiance a bernabeu alirs la......Angleterre Espagne France a qui le prochain tour.....théâtre vous avez dit théâtre !! Heureusement y'a encore la série a bordel!!
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Message posté par ElSiete
J'ai lu qu'ils voulaient installer un "Mur Blanc" comme à Dortmund, m'enfin tant que les prix ne baisseront pas ce sera toujours assez calme au Bernabeu, avec les "comepipas" comme ils les appellent, que des ptits vieux avec leur pipes qui viennent regarder leur spectacle comme au théâtre... S'il veut de vrais supporters et il y en a, qu'ils fasse des tarifs pour les plus jeunes, c'est triste pour l'ambiance mais les Ultra Sur c'est rempli d’extrémistes fascistes voire nazi qui laissent leur frustration éclater dans le stade en cantonnant des chants parfois douteux, bon débarras comme pour les Boixos Nois du Barça, on aura peut être l'avènement ENFIN d'un vrai groupe ultra à Madrid, voire un "Mur Blanc" qui sait même si j'en doute...


Pourquoi toujours parler de frustration ?
"En Espagne, le nombre de ces faux supporters aurait été réduit d’un tiers (d’un millier à 350 environ) depuis les années 90" ca fait plutot deux tiers

j'étais curieux d'en savoir plus sur les ultras sur mais au final on apprend pas grand chose. vous répetez la meme chose de façon différente à la fin des 3 premiers paragraphes. j'aime beaucoup les articles de so foot mais la ça ressemblait plus aux reportages de tf1 ou m6 ou on balance les scenes d'actions ou raccoleuses avant la pub auxquelles on aura droit en fin d'émission
Booyaka95 Niveau : CFA2
El Niño sup de l'Atletico??? C'est comme si à l'époque des ultras parisiens un des leaders était sup de l'OM. El niño ça signifie le jeune, c'est pas forcément une référence à Torres. Si Peréz souhaite les jarter, c'est qu'ils n'ont plus le soutien des joueurs comment avant. Les Guti, Raul, Figo ou Casillas (Zizou jamais), ont tous posé avec des drapeaux, écharpes des U.S. avec la hache à double fil. Bref pas mal de symboles franquistes, neonazi.
En voilà une bonne nouvelle. Au delà des Ultras Sur, se sont la majorité des groupes ultras en Espagne qui sont pourris par les extrêmes, que ce soit de droite comme de gauche. Une politisation dangereuse contre laquelle doivent lutter les clubs et l'Etat. Reste à savoir, une fois ses groupes là mis dehors, que fera t-on avec des publics de bisounours dans les stades?
Message posté par Sochaux Stern des Ostens


Pourquoi toujours parler de frustration ?


Attention je ne justifie en rien leur actes par une frustration, je dit juste que dans les sociétés actuelles, avoir des pensées extrémistes, fascistes voir nazi c'est assez mal vu (ce que je trouve normal ma foi), donc pour simplifier les mecs quand ils vont au stades ya pas de Réel limites, tu te "lâche" quoi, car c'est pas en plein milieu de sa réunion d'entreprise que le ptit Ultra Sur va crier "viva franco, tu p*ta madre negro" hein, c'est plus simple dans un stade de 80000 personnes avec plus de 1000-2000 gars qui pensent comme toi, donc oui il y a une part de frustration... chui pas sociologue mais bon, ayant déjà croisé des ultra Sur dans leur vie de tout les jours tu te douterais même pas une seconde que ces gars ont des pensées extrêmes, par contre au stade...
machete cortez Niveau : District
Message posté par strover
En voilà une bonne nouvelle. Au delà des Ultras Sur, se sont la majorité des groupes ultras en Espagne qui sont pourris par les extrêmes, que ce soit de droite comme de gauche. Une politisation dangereuse contre laquelle doivent lutter les clubs et l'Etat. Reste à savoir, une fois ses groupes là mis dehors, que fera t-on avec des publics de bisounours dans les stades?


Pourquoi tu pense que c'est différent en France ? c'est partout pareil dans le monde ultras la grande majorité sont politisés. Après ils le montrent plus ou moins au stade. mais c'est dans l'essence même du mouvement. Sachant qu’être ultras c'est pas juste soulever deux drapeaux le samedi il faut bien quelque chose qui unisse un groupe, des convictions communes. Apres il faut choisir son camp.

La,la différence c'est que le club controlé l'ancienne génération des ultras qui avait plus de 40 ans, une famille, des boulots (plutot bons d'ailleurs puisque ochaita est avocat). ils ne pouvaient plus se permettre de se bagarrer tous les samedis soirs, ou de reprendre de la taule. Ils s’étaient de fait éloigné du mouvement ultras. Et c'est pour ca que la police est mal a l'aise avec le fait de virer ces gens du stade. ca permettait de les contrôler.
Les jeunes eux, n'ont pas grand chose a perdre. Ils veulent que le groupe redevienne un groupe craint comme il était avant sans se soucier de savoir si l'action du groupe aller nuire a l'ancienne generation et au boulot d'avocat de certains. et c'est eux qui ont mené les derniers grands déplacements ou ils se sont fait leur réputation. Si on ajoute a ca les problèmes d'argent. le fait que la marque ultras sur soit la propriété légale de quelques personnes... tot ou tard un renouvellement générationnel devait se faire. Et les jeunes dont on parle on pour beaucoup la trentaine... c'est dire...
Ce qui dénote vraiment c'est le coté militant de ces ultras.Ils sont pour beaucoup militant d'un parti politique (néonazi bien entendu AN,ANR,democracia nacional,MSR) et c'est d'ailleurs la que la collusion avec des membres du frente atlético peut se faire. les mecs militent ensemble le reste de la semaine... Outlaw madriz la tendance de el nino au sein des ultars est d'ailleurs le regroupement des anciens hammerskins de madrid.
Quant au fait qu'il soit de "l'atletico". ca ne m’étonne pas spécialement. dans ces groupes la beaucoup n'en on pas grande chose a faire du coté purement football. il a dit s'en foutre et avoir de la sympathie tant pour l'atletico que pour madrid. ce qui unie vraiment tous ces gens c'est le groupe ultras plus que le club en soit.
J'ai pas parlé de la France dont je ne connais pas précisemment la mouvance Ultras mais des mouvements Ultras en Espagne (et non espagnols) qui depuis la fin des années 80 sont bien plus politiques qu'autres chose.

Mais après tout autorisons des types débarquer dans un stade en exibant leurs taouages franquiste et en tendant le bras, et autorisons également d'autres types à faire l'apologie du terrorisme.

Si ces fachos ou ces pro-terrorisme sont minoritaire, c'est aux groupes Ultras de faire le ménage dans leurs rangs. Or,ils n'ont jamais bougé le petit doigt.
vivement qu'ils se cassent des terrains. Ces gens n'en ont rien a cirer du foot, ils faisaient juste du business.
maintenant, el Niño et ses copains, voulaient reprendre le business (juteux) a leur compte.
Ces gens ne représentent pas le Real, ce sont juste des 'business' men, qui, en mettant en avant des idées d'un autre age, gagnent le respect d'une bande d'inculte, et font de l'argent
cela n'a rien a voir avec le foot.
Les Ultra Sur finiront dans de grands cimetières, sous la lune.
Triste constat que de dire que ce sont ces nazillons de bas étages qui te mettent l'ambiance dans un stade...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
22 18