Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid/Tottenham (4-0)

Un Real intraitable

Madrid avait décidé de pas attendre pour tester l'innocence de ces Anglais à ce stade de la compétition. Un but d'entrée et une expulsion précoce plus tard, celle de Crouch, le Real a déroulé pour prendre une avance confortable avant le retour à White Hart Lane.

Modififié
Real Madrid - Tottenham : 4-0


Buts : Adebayor (4eme et 57eme), Di Maria (72eme) Cristiano Ronaldo (87eme) pour le Real

Si contre Lyon, à Bernabeu, le Real avait surtout marbré sa rencontre grâce à l'efficacité de ses contres, avant d'asseoir définitivement son jeu, ce soir contre Tottenham, il a pris les devants d'entrée de jeu. Di Maria et Ronaldo mettent déjà le feu dans les trente mètres anglais et Adebayor ouvre rapidement le score, d'une tête sur corner (4'). Quatre minutes seulement, qui nous feraient presque oublier que Lennon est, à la surprise générale, ni sur le terrain, ni sur le banc, victime d'un malaise lors de l'avant-match. Du coup, le côté droit londonien (Corluka, Jenas) a un peu de mal face à Marcelo, toujours dangereux en débordements ou en repiquant dans l'axe. Le jeu s'arrête enfin. Peter Crouch met un premier tacle en retard et est averti (8è). Quelques instants plus tard, Crouch lance une nouvelle fois ses échasses, encore sur Marcelo. Copie conforme du tacle précédent. Sanction identique et expulsion précoce. Non, ce match-ci, le Real ne jouera définitivement pas en contre. Tottenham va jouer les soixante-quinze prochaines minutes en infériorité numérique, à Bernabeu, sans attaquant de pointe, mené 1-0. Dur. Les Anglais vont passer le reste de la rencontre assis sur leur but. Ronaldo arrive à s'immiscer dans les 18 mètres mais bute sur Gomes. Assou-Ekotto est impeccable au duel sur une pénétration de Di Maria.

Le Real maîtrise mais peine à alterner. Özil opère pourtant efficacement entre les lignes, Adebayor est un bon point d'appui, Marcelo donne des solutions mais les dernières passes n'arrivent pas à destination. Bale met une petite suée en contre, mais dévisse sa frappe. Van der Vaart cadre de loin un coup-franc. Voilà, c'est tout pour les Spurs. Rien d'autre. Pepe et Carvalho sont désormais les seuls à rester protéger la cage de Casillas. Le menace Crouch au vestiaire, Bale plus reculé, Ramos et Marcelo peuvent enfiler le costume d'ailiers. C'est d'ailleurs sur une remise improbablement réussie de la tête par l'international espagnol qu'Adebayor ratera de la tête la course du cuir, qui ne demandait qu'à aller dans le but vide (31'). L'arbitre augmentera encore un peu plus la pression en fin de première période, laissant filer une main en pleine surface de Dawson, légitimement en train de protéger son faciès qui allait connaître une rencontre imminente avec un ballon rond. Tottenham souffre mais ne plie pas. Pas encore.



Après l'expulsion de Crouch, coach Harry avait décidé de descendre de quelques étages en pointe, confiant le rôle à Van der Vaart. Au retour des vestiaires, on fait encore plus bas, avec le pavillon Defoe, suppléant le Hollandais dans le costume de l'attaquant qui va passer quarante-cinq dernières minutes rasoir. Tottenham arrive même à reculer encore un peu plus et prend apparemment une option défensive : délaisser les côtés et afficher une ligne compacte de cinq (Bale, Assou-Ekotto, Dawson, Gallas, Corluka) dans l'axe. Pour l'instant, les centres madrilènes, la tête d'Adebayor en début de match mise à part, n'ont toujours pas trouvé preneur. Alors pourquoi pas ? Et puis Bale a tout de même le temps d'aller piquer une pointe en contre, histoire d'aller tester Casillas. Pas franchement plus, soyons honnêtes. A force de courir dans le vide, les Spurs se fatiguent, les espaces se libèrent un peu plus, malgré la ligne de cinq et les contres favorables de la première période deviennent pour la seconde des corners. Adebayor y brillera une nouvelle fois et fera véritablement basculer Tottenham dans le rang des résignés. Le corner joué à deux arrive idéalement sur la tête du Togolais, qui marque donc ses buts numéros 1 et 2 en C1 cette année. Au meilleur des moments, quand le Real n'a franchement plus que cette compétition à jouer cette saison. Et il est intéressant de constater que les Merengues ne se sont pas frustrés à tourner autour d'un bloc anglais de dix très regroupé. Ils ont réussi à s'adapter, par la force des choses, à l'absence de Benzema. C'est donc bien sur deux corners que les Espagnols ont fait la différence, dans les airs, par le grand Adebayor.

L'écart a ensuite été creusé car les Spurs ont d'une part quelque peu abandonné leur rigueur de début de match, et les Madrilènes ont d'autre part entamé une confiscation bien maîtrisée du ballon. Les occasions s'enchaînent, Gomes sort de sa lucarne une nouvelle tête de l'avant-centre togolais mais est contraint de poinçonner son ticket de spectateur sur un enroulé pied gauche à 20 mètres de Di Maria, que la lucarne attendait (71è). 3-0. Tottenham n'arrivera même pas à sauver ce qu'il peut des meubles. Cristiano Ronaldo veut mettre une frappe avant la fin et quitte son côté, visite un peu plus fréquemment l'axe du terrain. Gomes a d'ailleurs la mauvaise idée de savonner une demi-volée bien exécutée de CR7. 4-0 à cinq minutes de la fin. Sauf miracle, et face à une défense madrilène plutôt sereine cette saison à l'extérieur en Champions League, Tottenham jouera donc un match de gala à White Hart Lane. Il a surtout terriblement déçu et fait avec les moyens du bord : jouer à dix face à un Real polyvalent, patient et efficace.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Top 5 : Entre Anglais