Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. //
  2. // PSG-Lorient (3-1)

Un PSG record balaye Lorient

Bousculés en première période, les Parisiens ont finalement dominé des Merlus qui n'ont pas à rougir de leur prestation (3-1). Voilà 33 rencontres que le Paris Saint-Germain n'a plus perdu en Ligue 1.

Modififié

Paris Saint-Germain 3-1 FC Lorient

Buts : Cavani (6e), Ibrahimović (55e), Kurzawa (69e) pour le PSG // Guerreiro (19e) pour Lorient

C'est historique : le Paris Saint-Germain a fait tomber le record du FC Nantes 1995. Grâce à sa victoire trois buts à un face à Lorient, ce soir, au Parc des Princes, le PSG reste désormais sur 33 rencontres sans la moindre défaite en championnat. Il y a vingt ans, les Canaris s'étaient arrêtés à 32. Alors certes, ces derniers avaient établi le record sur une seule et même saison, alors que le record du PSG court sur deux saisons. Mais qu'importe. Avec son rythme de croisière actuelle, ce n'est qu'une question de temps avant que le club de la capitale ne s'occupe de ce « problème » . Il se pourrait même que les hommes de Laurent Blanc finissent la saison en champions invaincus. Si même quand ils sont bousculés, les Parisiens savent gagner, et assez largement, rien n'est vraiment impossible pour eux.

Cavani, puis Guerreiro


Avec l'ambition de faire tomber le record du FC Nantes 1995, les Parisiens se pointent sur la pelouse du Parc des Princes avec une équipe remaniée. Face à un 4-3-3 ultra offensif (Ongenda milieu de terrain), les Lorientais vont devoir tenir bon avec leur 4-1-4-1. Seulement, il ne faut que quelques instants aux hommes de la capitale pour s'emparer du cuir et ne pas le partager. Après seulement cinq minutes de jeu, le Z lance Cavani dans le dos de la défense des Merlus (5e). En un crochet, l'attaquant uruguayen élimine le portier et ouvre le score. Le banni du Parc marque enfin et peut jubiler en entendant un public qui le sifflait il y a peu l'aduler à nouveau. Tout en sous-entendus, Cavani célèbre avec le banc sans décrocher le moindre regard à Laurent Blanc. Loin d'être abattus, les Merlus essayent de construire quelques actions. Mais prendre à défaut un Paris devant au score n'est pas chose aisée.

Et pourtant, après une superbe action collective, les Lorientais recollent au score. Guerreiro profite d'une superbe remise de Waris pour tromper Trapp d'une frappe puissante (19e). Loin de se contenter de cette belle égalisation, les coéquipiers de Guerreiro poussent et manquent de peu de passer devant au score. Mais la frappe de Waris passe à côté des bois de Trapp (20e). Le match s'emballe, et les deux équipes ne se laissent aucun répit. Défensivement, les hommes de Laurent Blanc ne sont pas au top et laissent aux Lorientais beaucoup d'espaces pour déborder. Passée la demi-heure de jeu, le rythme retombe, et les Parisiens ne sont plus dangereux que par intermittence. Il faut un bon Benjamin Lecomte pour écarter un coup franc de Thiago Motta (33e). Le match est équilibré, et aucune des deux équipes ne parvient à prendre le dessus dans le dernier quart d'heure de cette première période.

L'inévitable Z


Après un court repos, les Parisiens reviennent sur la pelouse avec les meilleures intentions. Les consignes de Laurent Blanc ont dû être assez claires : il faut gagner ce soir. Mais Benjamin Lecomte ne l'entend pas de cette oreille et fait encore des siennes devant Jean-Kevin Augustin (50e) et son double prénom complètement fou. Et quand ce n'est pas le portier lorientais qui dégoûte les attaquants parisiens, ce sont ses cages. Lancé plein axe, Cavani a tout le temps d'ajuster son lob. Mais le poteau de Lecomte le prive d'un doublé (53e). À force d'abnégation, les hommes de la capitale parviennent tout de même à marquer. Sur un bon centre de Kurzawa, le Z fusille Lecomte à bout portant (55e). Cette fois-ci, les Merlus sont un peu assommés et ont du mal à construire leurs actions. À l'heure de jeu, Blaise Matuidi remplace Thiago Motta, tandis que Cabot entre pour honorer pour la première fois ses nouvelles couleurs.


Dès son entrée en jeu, le petit joueur de la Maurienne, où l'on skie d'ordinaire plus que l'on ne joue au football, se met en évidence. Cabot pense même égaliser, mais il est signalé hors jeu par l'arbitre assistant (66e). Kurzawa, lui, n'est absolument pas hors jeu au moment de placer une belle volée au ras du poteau gauche de Benjamin Lecomte pour alourdir le score (69e). Cette fois-ci, les carottes sont cuites. Les Lorientais tentent encore d'avancer tant bien que mal, tandis que les coéquipiers de Matuidi gèrent tranquillement leur belle avance. Les Merlus ne lâchent rien et se montrent très volontaires. Après une nouvelle belle action, Cabot est contré in extremis par Thiago Silva (83e), pas vraiment satisfait de l'implication de ses copains ce soir. Entré en jeu, Ángel Di María tente une talonnade audacieuse sur Benjamin Lecomte (86e). Le score n'évoluera plus, le match est plié : ce PSG semble définitivement inarrêtable.

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 6 il y a 2 heures Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 3 heures Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 7
    Partenaires
    Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    il y a 5 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 il y a 5 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 48 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3