Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Un problème Pogba, vraiment ?

Pour tout le monde, il est le problème : Paul Pogba, son étiquette de meilleur joueur de l'équipe de France actuelle, et son incapacité à trouver une place idoine dans le milieu à trois des Bleus. Reste que le casse-tête est plus profond et que les soucis du joueur de la Juventus viennent avant tout d'une relance française incapable de s'organiser.

Modififié
« Il y a deux options, lorsqu’on est entraîneur. Soit on a un système et on fait rentrer les joueurs dedans, ou alors on a un effectif et on essaye d’utiliser le meilleur système par rapport aux joueurs qui sont à disposition. Je suis plutôt de ceux qui adaptent le système par rapport aux joueurs. » Il n’a jamais changé et il ne changera jamais. Quinze ans maintenant que la musique se joue de la même manière. Gérard Gili, son ancien entraîneur à l’OM et à Bordeaux au début des années 90, parle de lui comme d’un « papier buvard, il absorbe, il compose et ensuite il décide. » Didier Deschamps s’adapte, toujours, et réfléchit beaucoup. Il écoute aussi ce qu’il se raconte, mais a des idées dessinées et finalement assez arrêtées. Alors il s’amuse à balayer les problèmes et parle de « petites corrections » à apporter. Pourtant, à deux jours du match d’ouverture du championnat d’Europe contre la Roumanie, c’est l’un des derniers casse-tête qui se bat dans sa tête de sélectionneur : comment offrir une liberté optimale à Paul Pogba, son proclamé meilleur joueur ? Lors du premier match de préparation contre le Cameroun (3-2), Didier Deschamps a longtemps parlé avec le milieu de terrain de la Juventus au bord de son banc de touche. L’objectif ? Que Pogba trouve son terrain d’expression dans un milieu à trois où il porte fièrement son costume d’indiscutable. La question du rôle de la Pioche a alors été posée. Sauf que le problème est plus profond et que Paul Pogba n’est pas totalement responsable de ce qui lui arrive.

Le redressement productif


Après le match contre le Cameroun, Stéphane Moulin, l’entraîneur d’Angers, expliquait bien le rôle du joueur de la Juventus : « Il doit se situer entre Matuidi et les attaquants, mais ce n’est pas facile, parce qu’il faut que les ballons sortent vite. » Bingo. L’équation Pogba ne pourra se résoudre que d’une seule manière : avec une relance soignée. Plusieurs fois, Deschamps a estimé que Paul Pogba évoluait trop bas, beaucoup trop bas, alors qu’il devrait flirter en permanence avec le rectangle blanc adverse. C’est là le souci majeur de cette équipe de France, à quelques heures d’entrer dans son Euro, et ce, même si la prise de pouvoir de N’Golo Kanté a rassuré. Kanté évolue un cran au-dessus de Lassana Diarra et accepte de casser des lignes. Oui, mais dans le même temps, Dimitri Payet doit toujours redescendre trop bas pour venir s’alimenter en ballons. Pourquoi ? Car, en manque de confiance, notre défense centrale ne prend pas de risques et s’efface trop rapidement dans la construction du jeu, au contraire de ce qu’il se passe dans les autres sélections majeures. Si bien que rapidement, le bloc se retrouve cassé en deux et peine à se projeter vers l’avant en entier. N’Golo Kanté compense ce manque par son activité, mais ne peut jouer pour trois. C’est simplement humain.


Du côté de Turin, Pogba est libéré par le travail à la relance d’un Marchisio ou de la doublette Bonucci-Chiellini, ce qu’il ne retrouve pas en équipe de France, et laisse souvent la sensation d’inachevé dans ses copies. Or, comme Patrice Évra l’a expliqué dimanche dernier dans les colonnes du JDD, « si les choses se passent mal, c’est eux (Pogba et Griezmann, ndlr) qui prendront. Il faut faire attention. Ils ont un talent inouï, mais le foot, c’est 10% de talent, 90% de mental. » Pogba a le mental et sait le poids qu’il a sur les épaules. Il est aussi capable de coups de génie, encore, à l’image de sa superbe passe décisive contre le Cameroun pour Olivier Giroud. Avec Kanté, Paul Pogba a cependant retrouvé un complément malgré la fébrilité de l’adversaire du soir, l’Écosse, balayée facilement (3-0). En position de numéro six, le poumon de Leicester a accepté par moments de s’effacer pour laisser s’exprimer Pogba et Payet dans leurs nombreux décrochages. Il faut regarder l’activité du milieu turinois pour s’en rendre compte : il est tout simplement partout, sort souvent de son côté droit pour venir participer au jeu, gratter quand il le faut et dézone souvent, là où Matuidi est essentiellement dans la verticalité et dans la définition même du box-to-box.

La course avec le temps et le problème collectif


Il ne faut alors pas parler de problème Pogba, mais plutôt d’un pli à prendre dans une équipe beaucoup moins solide défensivement que la Juventus Turin. Qu’on se le dise tout de suite : il sera très difficile de voir le Paul Pogba brillant dans l’état actuel de cette équipe de France, car les garanties sécuritaires ne sont pas présentes. Aujourd’hui, il ne peut plus s’accorder autant de libertés individuelles et va devoir apprendre à revenir pour participer au travail défensif s'il veut exploser au cœur du jeu des Bleus. Son problème n’est donc pas personnel, mais plutôt collectif dans une équipe de France qui ne sait pas relancer proprement avec des défenseurs qui, en manque de repères, refusent de participer pleinement à l’organisation globale du jeu. Le vrai Pogba est à ce prix, et Didier Deschamps le sait. S’il n’est pas inquiet aujourd’hui, c’est parce qu’il est persuadé que les problèmes défensifs du groupe vont se régler, qu’une complémentarité va naître. On l’espère aussi, car s'il faut du temps pour créer un duo, et la France n’en a plus.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 27 il y a 6 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 9
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur