1. // Supercoupe
  2. // Porto/V.Guimaraes (2-1)

Un Porto quatre étoiles

Porto démarre sa saison comme il avait terminé la précédente : en glanant un trophée. Les vainqueurs de l'Europa League ont remporté la Supercoupe du Portugal en battant le Vitoria Guimarães (2-1), grâce à un doublé du défenseur Rolando. Le FC Barcelone est désormais dans la ligne de mire.

Modififié
0 0
FC Porto - Vitoria Guimaraes: 2-1

Buts: Rolando (4e et 41e) pour Porto. Toscano (33e) pour Guimarães


Porto, Porto, Porto, Porto. Quatre fois. Encore, et encore. Après avoir remporté le championnat du Portugal (sans perdre le moindre match), la Coupe, et l'Europa League, le FC Porto ajoute un quatrième trophée à son exceptionnelle année 2011. Et celui-ci a été obtenu avec une maîtrise singulière. Sans Andre Villas-Boas, parti à Chelsea, Porto a prouvé qu'il n'avait pas besoin de son Special Two pour gagner encore. Le nouveau coach se nomme Vitor Pereira, et applique les mêmes recettes que son prédécesseur : un jeu fluide, une équipe qui monte en bloc, et un jeu qui, par intermittence, n'est pas sans rappeler celui du Barça. Pour cette Supercoupe du Portugal, Porto, champion en titre, n'a pas pu affronter le vainqueur de la Coupe. Problème de riche de celui qui rafle tout.

Du coup, c'est le sympathique Vitoria Guimarães, qui avait pris un set en finale de la Coupe (2-6), qui s'y colle. L'opposition, moins déséquilibrée qu'en mai dernier, a néanmoins donné lieu à une domination indéniable de Porto. Pas encore au top de leur forme, et encore privés de certains joueurs clefs (Guarin et Falcao ont fait leur première apparition de la saison pour la dernière demi-heure), les Dragões n'ont pourtant eu que peu de doutes sur leur succès final. Les supporters attendaient Hulk et la nouvelle pépite Kleber, c'est finalement le défenseur Rolando qui récupère le maillot de héros, en signant un doublé décisif en première période. Deux pions synonymes, donc, de quatrième titre en l'espace de trois mois. Et ce n'est peut-être pas fini. Dans deux semaines, Porto ira défier le FC Barcelone à Monaco, pour la Supercoupe d'Europe. Une confrontation alléchante et prestigieuse entre, peut-être, les deux meilleures équipes d'Europe actuellement.

Rolandoublé

Pour cette Supercoupe du Portugal face à Guimarães, Porto ne met pas longtemps à entrer dans son match. Dès les premières secondes, l'équipe bleue et blanche est déjà dans la moitié de terrain des Vimaranenses, qui subissent ce départ canon sans parvenir à réagir. Et comme elle aime les symboles, l'équipe de Vitor Pereira trouve bon d'ouvrir le score exactement à la même minute que lors de la finale de la Coupe, il y a un peu plus de deux mois. 180 secondes de jeu, Hulk récupère le ballon sur l'aile droite. Etant donné qu'il est trop facile de centrer du pied gauche, le Brésilien régale l'assemblée d'un coup du foulard parfait pour déposer le ballon sur la tête de Rolando. 1-0. Une façon de dire implicitement à son adversaire : « Attention, on va encore vous en flanquer six » . Message reçu. Guimarães prend les mesures et tente de limiter les assauts des Dragons. Mais en face, la machine est bien huilée, et l'impression de puissance est quasi-décourageante.

Hulk, dès qu'il prend le ballon, sème la panique dans la défense adverse. Mais un peu comme lors de son match amical face à Lyon, Porto ne parvient pas à assassiner son adversaire. Qui, du coup, ressuscite. Sur un corner, le Brésilien Toscano vient placer sa tête pour tromper Helton. Stupeur. Guimarães égalise, et rend fou de bonheur ses supporters, venus en nombre au stade d'Aveiro. Mais la joie est de courte durée. Porto, vexé, repart à l'assaut des buts de Nilson, mais semble un peu désorienté par cette égalisation. Au centre, cela ne passe pas. Sur les ailes, non plus. Alors, le champion du Portugal s'en remet aux coups de pied arrêtés. La parabole dessinée par Moutinho est parfaite et Rolando, toujours dans les bons coups, s'offre un doublé à bout portant. Juste avant la pause, donc, Porto se rassure. Et dissipe les quelques doutes qui venaient de s'installer.

Ovation pour Falcao

Le début de la seconde période est résolument plus calme que celui de la première. Porto se pose d'amblée en patron, et Guimarães endosse sans broncher le rôle de celui qui n'a pas d'autre choix que de subir le jeu de son adversaire. Les joueur de Manuel Machado n'arrivent même plus à amener le ballon jusqu'à la surface de Porto, ce qu'ils étaient pourtant parvenus à faire en fin de première mi-temps, lorsqu'ils ont égalisé. Les Azuis e Brancos se créent quelques occasions par Hulk et Kleber, mais rien de bien franc. L'arbitre oublie un pénalty sur Moutinho. Bon. On ne va pas leur offrir les buts sur un plateau, non plus. Peu après l'heure de jeu, alors que la rencontre est dans un temps faible, Pereira réveille le stade en faisant entrer ses deux Colombiens : Guarin, et surtout, Falcao. Le buteur reçoit une standing ovation. Une standing ovação, même.

Mais c'est finalement une erreur de Rolando, héros qui a bien failli se transformer en zéro, qui fait passer un frisson dans le stade. Le défenseur donne un ballon dégueulasse en retrait à son gardien : Toscano comprend tout et anticipe la sortie du portier, mais Maicon (aucun lien de parenté) vient éteindre l'incendie. De l'autre côté, Falcao tente bien quelques incursions, mais la Copa America en Argentine pèse encore lourd dans les jambes. Peu importe, au final. Porto n'a pas besoin de plus. Guimarães préfère respecter la logique et se résigner à laisser gagner le Champion. Quelques secondes avant minuit, l'arbitre libère tout le monde et envoie Porto au quatrième ciel. Attention, tout de même, à ne pas trop garder la tête dans les nuages. Car le championnat recommence dès la semaine prochaine. Tiens, la première journée offre un certain Vitoria Guimarães-FC Porto. On remet ça ?

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Bordeaux s'est fait piéger
0 0