En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Leicester–Man. United (1-1)

Un point pour Leicester, un record pour Vardy

Grace à son attaquant vedette, Leicester a décroché le match nul contre Manchester United (1-1). Auteur de l’ouverture du score, le buteur dépasse Van Nistelrooy et devient le premier joueur à avoir marqué un but lors de onze journées d’affilée en Premier League.

Modififié

Leicester City FC 1–1 Manchester United FC

Buts : Vardy (24e) pour les Foxes // Schweinsteiger (45e) pour les Red Devils

Partir de sa surface de réparation, courir tout droit jusqu’aux trente mètres des buts adverses, indiquer l’endroit où le ballon doit être dirigé par un petit geste de la main, réaliser l’appel qui va avec, accélérer, aller un peu plus vite que ses gardes du corps, s’emparer du ballon rond, frapper et tromper le gardien. Écrits tels quels, les mouvements de Jamie Vardy semblent d’une simplicité déconcertante. Sauf qu’ils nécessitent une intelligence, une concentration et un flair hors normes. L’action du but que l’Anglais a inscrit contre MU à la 24e minute n’échappe pas à la règle. Et si ce goal gomme le record de Van Nistelrooy et fait de lui le premier type à avoir marqué lors de onze journées consécutives de Premier League, c’est tout sauf un hasard.

C’est clair, Vardy est en pleine bourre et Leicester en profite. Cet après-midi, l’attaquant n’a pas donné la victoire à sa team, qui a partagé les points avec United, mais a offert du plaisir à son public, qui en aura eu très peu en deuxième période. Auteur de l’ouverture du score, il a vu Schweinsteiger égaliser juste avant la pause. Ce qui fait les affaires de Manchester City, en tête de Premier League après ce match nul devant les deux adversaires du jour.

Vardy n’en loupe pas une


Pour ce choc entre les deux premiers de Premier League, Van Gaal innove avec une défense à trois, les titularisations de McNair et Young, et l’expérimentée doublette Schweinsteiger/Carrick au milieu du terrain. Mata se place en vrai numéro dix derrière Rooney et Martial. Depay accompagne donc Schneiderlin sur le banc. Le décor est planté : le Pélican veut surprendre le club surprise de ce début de saison. En face, Vardy est bien sûr très chaud pour mener l’attaque de Leicester aux côtés d’Okazaki et battre le record de Van Nistelrooy, qui avait marqué lors de dix matchs d’affilée avec… United. Les hommes du technicien hollandais mettent à peine dix minutes à se mettre en place et intégrer le plan de leur coach. La balle circule, les ailiers mordent les lignes, et Vardy est rigoureusement surveillé.


Les Red Devils peinent toutefois à s’approcher des cages de Schmeichel et ne sont pas à l’abri des contres bien réfléchis par l’équipe de Ranieri, comme l’illustre la biscotte ramassée par Young avant même le quart d’heure de jeu. Sur l’une de ces attaques, qu’on a vu mille fois depuis la reprise du championnat, Vardy échappe au contrôle des Mancuniens et ne tremble pas devant De Gea. La course de l’Anglais est magnifique, comme son appel. En ouvrant le score sur l'un de ses premiers ballons, l’Anglais inscrit son quatorzième pion et démonte du même coup le record de Ruud. Solide. Ce but donne confiance aux Foxes, qui régalent ces supporters par l’intermédiaire des gestes de Mahrez. United se décide alors à bouger (un peu), et sa flèche Martial se fait menaçante, surtout quand elle part sur le côté gauche. Mais c’est sur coup de pied arrêté que Manchester rejoint son ennemi du jour juste avant la mi-temps : sur un corner, Blind, qui dispose d’une technique beaucoup trop forte pour un défenseur central de MU, dépose le cuir sur la tête de Schweini.

Une sieste de 45 minutes


Au retour des vestiaires, les Diables rouges gardent la balle et se font de nouveau dangereux sur coups francs. Rooney est beaucoup sollicité, mais manque de précision. Dans le camp adverse, sûrement briefé par Ranieri, on commence à comprendre que le match nul serait finalement loin d’être une mauvaise affaire, donc on tente de réduire un peu les espaces en défense. Okazaki sort au profit d’Ulloa pour dynamiser l’animation offensive, alors que Depay entre afin de faire la diff’. Les deux entrants manquent de donner l’avantage à leur équipe, mais l’ennui se fait pesant. Les occasions sont rares et les (télé)spectateurs s’endorment. Jusqu’au coup de sifflet final, sous les applaudissements des fans foxes. Car ce soir, le vrai événement, ce n’est pas le partage des points, ni la perte de la première place. Le véritable fait, c’est la perf’ de Vardy. Et la question, c’est encore de savoir combien de temps l’attaquant va durer.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7