Un peu de cent froid, messieurs

Avec Messi, Higuain, Tévez et Milito, Diego Maradona dispose d'un véritable carré d'as pour aborder le Mondial, auteurs de plus de cent buts cette saison dans leurs clubs respectifs. Des performances qui contrastent avec le manque d'efficacité de l'Albiceleste ces derniers mois. El Diez peine à trouver la formule idéale en pointe.

0 0
On peut avoir les meilleurs avant-centres de la planète et revenir du Mondial bredouille. Trezeguet, Henry et Cissé, muets à la Coupe du monde 2002 à l'issue d'une saison où ils terminèrent respectivement meilleurs buteurs des championnats d'Italie, d'Angleterre et de France, peuvent en témoigner. L'Argentine, qui semble enfin avoir fait le deuil de la retraite de Gabriel Batistuta, possède actuellement dans ses rangs quelques-uns des meilleurs attaquants du monde. Avec son “club des 100”, comme les surnomme la presse argentine, la Seleccion inspire de nouveau la crainte chez ses adversaires, qui tremblent autant que les filets de Liga, de Calcio et de Premier League, sous les coups de boutoir de ces gauchos contemporains, à l'idée de se coltiner Higuain, Messi, Tévez ou encore Milito.

Une armada de goleadores

Et pourtant, seul Gonzalo Higuain (27 buts toutes compétitions confondues avec le Real), appelé à la rescousse par Maradona pour les deux derniers matches de qualification sous la pression populaire, répond aux attentes placées en lui, avec deux buts en quatre apparitions et une intégration réussie. Les meilleurs buteurs de l'Albiceleste en éliminatoires se nomment Lionel Messi, Sergio Agüero et... Juan Roman Riquelme (qui a renoncé à la Seleccion en mars 2009), avec seulement quatre petits buts chacun en trois ans. Cela a été dit et redit, imprimé et gravé dans le marbre, mais Lionel Messi, étincelant avec Barcelone (40 buts cette saison sous le maillot blaugrana), n'est définitivement pas le même lorsqu'il enfile la tunique ciel et blanche. Diego Milito (22 buts inscrits avec l'Inter Milan) est transparent chaque fois que Maradona lui donne sa chance, tandis que Carlos Tévez (26 réalisations avec Manchester City), l'un des favoris du sélectionneur à son arrivée, a laissé passer la sienne. Derrière cette armada de goleadores, Martin Palermo (14 buts en club depuis août 2009), auteur de son 220e but avec Boca Juniors ce week-end, Lisandro Lopez (16 buts avec Lyon) et Sergio Agüero (16 buts avec l'Atlético Madrid) sont loin de faire figure d'épouvantails, dans des clubs qui n'ont, il est vrai, pas la même envergure.

Brillants en club, réservés en sélection

A eux sept, ces attaquants comptabilisent 153 buts depuis l'été dernier. Cela n'empêche pas Maradona de passer quelques nuits blanches. Après avoir aligné un trident plein de promesses composé de son gendre, de l'Apache et de la Pulga en début de règne, El Gordo a dû se résoudre à revenir à une formation plus équilibrée, le trio se marchant sur les pieds et le reste de l'équipe souffrant de l'absence d'un véritable travail de sape de la part des trois stars de l'attaque. Agüero et Tévez n'ont pas convaincu lorsqu'ils ont été placés aux côtés du Ballon d'Or, et c'est finalement Higuain qui tient la corde pour être titulaire en Afrique du Sud. La victoire en Allemagne (0-1), marquée par une rigueur tactique et une efficacité qui lui faisaient défaut jusqu'à présent, annonce un printemps plus radieux pour l'Albiceleste pour qui le labeur d'Angel Di Maria, passeur pour le Madrilène, et de Jonas Gutierrez, sera prépondérant dans les couloirs.

Alejandro Carbone, à Buenos Aires

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 5 : Les Branleurs
0 0