1. // Groupe A
  2. // France/Mexique

Un petit tour et puis...

L'équipe de France va sans doute faire un nul contre le Mexique, et battre ensuite l'Afrique du Sud dans le groupe A. Et hop, une qualification dans la poche ! Mais après ?

Modififié
0 0
La France jouera bien les huitièmes de finale. Enfin, c'est ce qu'on souhaite tous mais ça devrait passer. Quand même, hein, vu le niveau de la poule. Le hic, c'est que ça pourrait s'arrêter là, juste avant les quarts : retour à la casbah et on rentre à la maison car la France est une équipe moyenne. Et c'est un euphémisme. Pourtant, on aurait pu y croire, il y a deux ans, après cette élimination lors du championnat d'Europe organisé en Suisse-Autriche.

On rembobine jusqu'en 2008 : la France, presqu'enfin débarrassée de sa génération 98 après un dernier match plutôt héroïque mais perdu à 10 contre l'Italie, a néanmoins laissé entrevoir de la niaque, de l'envie voire de la révolte. Ce soir-là, Ray Mundo n'a pas seulement demandé Estelle en mariage mais, chose étonnante, il nous a annoncé que son objectif était la Coupe du Monde 2010. Mieux, il voulait même la gagner. L'Euro pour préparer le Mondial. Et pourquoi pas, tiens ? C'est vrai au fond, un championnat d'Europe, c'est juste la Coupe du Monde sans les pays sud-américains. Du coup, Raymond Domenech a eu deux ans pour qualifier la France, choisir une tactique et des joueurs pour les faire jouer ensemble. Aujourd'hui, malgré les deux matchs qu'il reste encore à jouer en Afrique du Sud, le pari semble un peu raté.

Bien sûr, on pourrait trouver des points communs avec 2006. Comme en 2006, la France s'est qualifiée laborieusement et a fait des matchs de préparation plutôt moyens. Comme en 2006, l'entraîneur –qui n'est que « sélectionneur » d'après notre Zizou– a changé de tactique pour le premier match de la compétition. Comme en 2006, le meneur de jeu n'arrive pas à jouer avec l'attaquant de pointe et comme en 2006, il faudrait que tout le monde laisse son ego de côté. Alors on se prend à rêver et à espérer. Comme il y a quatre ans, la mayonnaise pourrait prendre, les joueurs pourraient s'adorer pour enfin jouer en équipe et, surtout, à un moment, ils seraient même capables d'élever un peu le niveau ; histoire qu'on s'emmerde un peu moins devant notre téléviseur. Tout ça pourrait arriver, sauf que...

Bah sauf que, aujourd'hui, on en est surs Gourcuff n'est pas le successeur de Zidane. La France joue avec deux arrières gauches (Evra et Abidal) en défense et deux arrières droits en attaque (Govou et Sagna). Sidney Govou est même devenu un titulaire presque indiscutable. Valbuena joue au foot avec du gel dans les cheveux (l'une des seules fantaisies autorisées dans le monde du foot). Henry, doublé par Pedro et Bojan en club, est venu participer à sa quatrième Coupe du Monde. Sagna aurait pu être Sagnol avec un O et un L à la place du A. Anelka n'a pas remarqué qu'il disputait la Coupe du Monde. Sait-il au moins qu'il est en Afrique du Sud ? Makélélé a refusé la sélection parce que Zizou n'est plus là (ben ouais, une fois sans Zizou, ça suffit merde !). Et Zizou, de son côté n'a pas décidé de revenir car personne ne lui a parlé dans son sommeil.

Il y a quatre ans, lors du Mondial en Allemagne, la transformation de l'équipe avait eu lieu pour diverses raisons. Déjà, et avant toute chose, Vieira avait été replacé à son poste, dans un schéma à deux milieux défensifs pour –soudainement ou étrangement– redevenir une sorte de Dhalsim aux jambes interminables ; oui, le Dhalsim de Street Fighter II. Thuram, l'un des meilleurs défenseurs du monde, avait retrouvé une seconde jeunesse avant d'arrêter sa carrière (ça se comprend : il allait signer au PSG, le gars !). Thierry Henry, au top de sa forme, commençait à recevoir des ballons de but de Zizou. Govou n'entrait qu'à la 74e minute. Sagnol était bien Sagnol et pas Sagna. Ribéry était Valbuena mais sans gel. Barthez était bien Barthez, mais aurait pu être Lloris. Makélélé cherchait Zizou partout sur le terrain, et ça tombait bien, vu qu'il y était. Le même Zinédine Zidane, Zizou, qui est redevenu Double Z.
On a alors revu l'un des meilleurs joueurs du monde sur les pelouses teutonnes.

Problème, sur ce qu'on a vu des Bleus jusqu'à présent lors des qualifications et en Afrique du Sud, Zidane n'est pas en Afrique du Sud ! Alors, par pitié, Yoann Gourcuff : SORS DE CE CORPS.


Vikash Dhorasoo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0