Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 31e journée
  3. // Espanyol/Barcelone (0-1)

Un petit Barça prend trois gros points

Pas dans leur assiette, les Blaugrana repartent de leur court déplacement chez le voisin de l’Espanyol avec une petite victoire (1-0) des plus précieuses. Un penalty de Messi leur suffit pour retrouver les cimes de la Liga le temps de quelques heures. Les polémiques, elles, vont pleuvoir.

Modififié
Espanyol Barcelone – FC Barcelone : 0-1
But : Messi (77e) pour le Barça.


Rares sont les stades espagnols où Lionel Messi n’a jamais planté. Grâce à son penalty inscrit dans le dernier quart d’heure du derby de Barcelone, le Cornellà-El Prat ne fait plus partie de cette liste. Loin de ces considérations statistiques, Tata Martino remercie son buteur argentin de l’avoir sorti d’un sacré traquenard. Malmenés pendant 75 minutes, ses ouailles n’ont dû leur salut qu’à un penalty qui va encore faire jaser en Espagne – l’Espanyol s’en est, lui, vu refuser un lors du premier acte - mais qui permet au FC Barcelone de prendre le temps de quelques heures les commandes de la Liga. Et c’est bien là l’essentiel. Annoncés cramés il y a de ça deux semaines, les Blaugranas répondent par des victoires. À quelques jours d’un quart de finale bouillant face à l’Atlético de Madrid, la forme de Messi est même rassurante. Même discret, la Pulga ne cesse de planter. Avec 15 buts lors de ses dix dernières sorties, il faudra au moins ça pour remporter la Liga. Et même un peu plus.

Petit bois et caresses d’Alvés

Víctor Valdés absent, ce sont onze maillots floqués V.V. qui s’avancent au Cornellà-El Prat. Une fois les honneurs rendus, le derby de Barcelone prend ses droits. L’intensité est au rendez-vous, les occasions également. Malgré l’engagement et le pressing des Pericos, Xavi et les siens trouvent des solutions. Sur son couloir droit, Dani Alves enchaîne centres variés de qualité. Neymar, de la tête (4e) ou du plat du pied (19e), et Messi, dans les bras de Casilla (10e) ou au-dessus de la barre (17e), n’arrivent pas à faire la différence. Des ratés, surtout du Brésilien, qui remettent dans le match l’Espanyol. Bien en place, les hommes d’Aguirre n’hésitent pas à ressortir. Chacune de ces offensives fait mal à une arrière-garde azulgrana pas vraiment rassurée par la présence de Pinto. Pis, sur une sortie peu académique, Mascherano manchette Javi Lopez dans la surface. Façon commedia dell’arte, le Jefecito se roule en boule, mime une blessure au genou et s’en sort avec le sourire. Tendu, ce derby est jonché de taquets et de petites politesses. De quoi faire sortir de son match Neymar qui, à cinq minutes du terme, rate un nouveau face-à-face avec Casilla. L’Espanyol, lui, se laisse le droit d’espérer.

Neymar tout en paradoxe

D’autant plus qu’en début de seconde période, les Perruches ne laissent aucun espace aux pointes barcelonaises. Bien en place, virils mais corrects, ils détruisent le toque barcelonais. Neymar agace et s’agace, Messi s’ennuie et Pedro joue le latéral de substitution. Aucune ouverture ne dépasse une nouvelle charnière tout en testostérone Sidnei-Colotto. Pour entrapercevoir une once d’occasion, il faut attendre un coup de tête de Pedro sur corner bien capté par Casilla (68e). Oui, ce Barça est à l’envers. Car ce sont deux nouveaux coups de pied de coin qui vont lui offrir de nouvelles opportunités. Sur le second, Piqué trouve même la barre sur le chemin de sa reprise. Dans la minute suivante, une main de Javi Lopez sur un contrôle de l’épaule de Neymar provoque un pénalty. Polémique ou pas, Messi s’en carre et transforme l’offrande. La fin des haricots pour l’Espanyol qui vivra un calvaire jusqu’au coup de sifflet final. Après avoir bien repoussé une frappe de Neymar – tout en contraste car décisif mais décevant – Casilla voit rouge. Parti au devant de Messi, il utilise ses mains en dehors de la surface. Expulsion et une fin de match tranquille pour un Barça qui ne demandait pas tant de cadeaux.

Par Robin Delorme, en Espagne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68