Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // AS Monaco/PSG (0-3)

Un Paris origami plie Monaco et un bout de Ligue 1

Un 3-0 bien ficelé sur la pelouse d'un concurrent au titre, un doublé de Cavani et une entrée réussie pour Ángel Di María. Tout va bien au PSG, vainqueur à Monaco et en route pour un nouveau titre.

Modififié

Monaco - PSG
(0-3)

E. Cavani (58'), E. Cavani (75'), E. Lavezzi (84') pour PSG.


C'est le running-gag de la Ligue 1. Dans un championnat qui ne tient pas toujours ses promesses, en témoigne cette rencontre plutôt moyenne entre les deux plus gros effectifs de la division, les spectateurs ont appris à s'amuser autrement. Il y a donc ceux qui ont redoublé d'imagination pour s'en prendre à Edinson Cavani, attaquant quasi transparent en première période. Et il y a ceux qui se sont fait un plaisir de se moquer des premiers après le doublé de l'Uruguayen en seconde. Les deux camps ont pourtant raison. Malgré une bonne tête à bout portant au second poteau et un amour d'appel en profondeur pour gagner son duel avec Subašić sur une passe à ras de terre droit devant de Zlatan, il y a de quoi se dire que l'Uruguayen, qui appartenait quand même au top 5 mondial pour sa dernière saison à Naples, peut faire plus. En attendant, c'est largement suffisant pour dominer la Ligue 1. Au calme, Paris a déjà plié le championnat fin août. Reste plus qu'à savoir s'ils parviendront à arriver invaincus à la 38e journée.

Juste une chevauchée d'El Sharaawy pour Monaco


Pour ce premier choc, la communication du PSG fait son boulot d'intox. Le club de la capitale laisse planer le doute sur la participation de Di María, mais aussi sur celle de Kurzawa avec une photo révélée du maillot du joueur tout juste recruté dans le vestiaire. Il prend finalement place en tribune, alors que la star argentine est sur le banc. Laurent Blanc a des certitudes avec son sans-faute en championnat et il aligne son trio Motta-Verratti-Matuidi, son Aurier qui va bien, et son Ibra qui est de retour devant. Du côté de Monaco, ça bricole un peu plus avec les quatre matchs européens de l'été dans les jambes. Sans Moutinho ni Dirar, Jardim préserve la pépite Cavaleiro, mais lance Adama Traoré, acheté à prix d'or à Lille. Présenté comme le principal challenger du PSG sur ce championnat, l'ASM lutte en première mi-temps. Juste une occasion à se mettre sous la dent, avec un rush en contre d'El Sharaawy qui s'effondre au moment de crocheter dans la surface. En face, les Parisiens font honneur à leur statut de favori avec une belle présence dans le camp adverse et des facilités techniques toujours là pour Zlatan et Matuidi. Mais la finition n'est pas là, ce qui donne une petite première mi-temps.

Le beau but de la connexion argentine


Mais les critiques vont donc vite s'estomper. Avant l'heure de jeu, Cavani se réveille pour marquer son premier but, avec une belle présence sur un centre de Matuidi. Les jeunes Monégasques avaient résisté en première, ils lâchent totalement. Jardim le sent et fait entrer Pašalić, Carrillo et Cavaleiro. Laurent Blanc réplique avec un turn-over limite politique. Les premières minutes de Di María en Ligue 1, mais aussi les entrées de Marquinhos et Lavezzi, pour ne pas les perdre sur le banc de touche. L'Argentin, lancé en profondeur à dix minutes de la fin, alors que le Matador a déjà doublé la mise, fusille Subašić de toutes ses forces pour montrer qu'il a encore faim. Di María, qui a signé l'ouverture, est donc décisif pour ses débuts. Kévin Trapp, qui n'a quasiment toujours pas été sollicité, ne peut pas en dire autant.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24