1. //
  2. // Aston Villa/Arsenal

Un os pour les Gunners

Aston Villa n'a plus gagné, ni marqué, depuis les fêtes, et voit dangereusement la quatrième place synonyme de Champions s'éloigner. Et c'est Arsenal, fort de sa virtuelle seconde place en cas de succès, qui débarque à Villa Park mercredi soir, avant de recevoir United dimanche. Preview.

Modififié
0 0
Certains mystères restent inexpliqués. Le calendrier du championnat anglais en est un. Trente jours après s'être rencontrés lors de la 19ème journée, Aston Villa et Arsenal remettent le couvert pour le compte de la 23ème journée de Premiership. Autre énigme sans réponse : la forme actuelle des Villans. Les joueurs de Martin O'Neil courent en effet après leur premier succès en championnat depuis le 19 décembre. Outsider parmi d'autres pour chiper la place laissée vacante par Liverpool dans le Big Four, Villa s'est laissé griser par son succès surprise à Old Trafford mi-décembre. Depuis, le club de Birmingham piétine et n'a plus marqué depuis trois matches.

L'efficacité d'Aston Villa repose en effet presque exclusivement sur la réussite d'Agbonlahor. Carew et Heskey sont surtout utiles dos au but -seulement 4 buts pour le nounours anglais depuis son arrivée au club il y a un an-, alors qu'Ashley Young n'est pas loin de se voir apposer l'étiquette d'éternel espoir pour de bon. L'ailier international peine aujourd'hui à faire la différence autrement que sur sa vitesse. Et c'est alors qu'on se souvient qu'à la même époque la saison dernière, Aston Villa créait la sensation avant de complètement s'effondrer lors de la phase retour. Le tube de l'hiver n'ambiançait plus personne au printemps suivant et Villa terminait la saison à une frustrante sixième place, après avoir squatté un bon moment le quatrième strapontin pour la C1. Cette fois, c'est les fêtes que les Claret and Blue ont eu du mal à digérer.

Laminés 3-0 à l'Emirates il y a un mois, les Villans ont l'occasion de prendre leur revanche face aux Gunners. La revanche, justement le fonds de commerce d'Aston Villa et de son manager Martin O'Neil, qui a choisi de bâtir son écurie autour de ce concept. Comment ? En donnant l'opportunité aux recalés et aux indésirables ici et là de venir se relancer à Villa Park (Sidwell, Dunne, Downing, Friedel...). Plutôt efficace, puisque Dunne et Friedel ne sont pas loin de réaliser leur meilleure saison.

Requinqués après leur victoire prolifique en demi-finale de Carling Cup face à Blackburn (6-4), qui les a envoyés à Wembley pour affronter l'un des deux Manchester, Villa aura tout de même fort à faire face à Arsenal. Surtout que les coéquipiers de Fabregas ne se présentent pas à Villa Park dans leur traditionnel costume de postulant à l'Europe, mais bel et bien dans celui de candidat crédible au titre. Un bail que l'on avait pas vu les Gunners toujours dans le coup à cette période de l'année, d'autant qu'on pensait l'affaire réglée après la fessée reçue à domicile face à Chelsea fin novembre. S'ils ont toujours du mal face aux cadors (défaite face aux Blues, on l'a dit, mais aussi City et Man U), Arsenal fait toujours le plein face aux plus modestes, une cadence suffisante pour revenir à portée de tir des leaders, qui ont eux aussi connu un passage à vide. Reste qu'Archavine and Co devront en garder sous le pied, eux qui recevront Manchester United dimanche. Un choc d'une rare importance qui sera forcément dans les têtes au coup d'envoi.



Traduit de l'anglais par Simon Capelli-Welter, source The Birmingham News

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris brûle-t-il ? Acte II
0 0