En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // OL/OM (3-2)

Un OM à terre

Champions déçus et déchus ? En s'inclinant 3-2 à Gerland au terme d'un match vérolé par un Stéphane Lannoy peu inspiré, les Marseillais ont peut-être tiré une croix sur le titre. Les Lyonnais eux, se rapprochent de la C1.

Modififié
Olympique Lyonnais - Olympique de Marseille : 3-2


Buts : Lisandro (25eme, sp), Delgado (68eme) et Cris (84eme) pour l'OL - Lucho (70eme) et Rémy (77eme) pour l'OM

« Une injustice dont nous profitons s'appelle la chance ; une injustice dont un autre profite s'appelle un scandale » . Fortune ou tohubohu, logique ou infamie, injustice et football sont irrémédiablement indissociables. Au centre de la tourmente, Stéphane Lannoy, arbitre d'un Olympico engagé, pourra se targuer d'avoir mis son grain de sel dans la palpitante fin de saison de l'élite du football hexagonal. Une ribambelle de décisions litigieuses, une domination de l'OM, un scénario haletant : autant d'ingrédients pour un dimanche soir pimenté. Dont Lille sort grand vainqueur.



Arbitre à Lannoy



Tout était donc réuni pour que le dernier match de la journée réponde enfin aux espérances placées en lui. Course au titre, Ligue des Champions, bus caillassé, bombe lacrymogène. Une flopée de mot-clés qui donnaient à cette soirée la douce odeur des moments décisifs d'une belle saison. Dès le coup d'envoi, pas de round d'observation. Delgado rentre dans le lard de Mandanda d'entrée de jeu. Les deux équipes rentrent bien dans leur match. le rythme est là, l'ambiance aussi, il ne manque qu'un petit fait de jeu pour lancer définitivement la partie.

Il est 21h10. Stéphane Lannoy, vient peut-être d'enrayer toute la mécanique marseillaise en vue de la fin de saison. Loic Rémy exulte, persuadé d'avoir marqué sur une demi-volée en pivot du droit. Une joie écourtée par l'arbitre de la rencontre, convaincu d'avoir vu une main d'André Ayew. Dans le monde réel, pourtant, le Ghanéen dévie le cuir d'une partie du corps qui ne contient ni doigt ni ongle et qu'on appelle le buste. Omniprésent, Rémy met Cris à la retraite. Bien lancé en profondeur par Cheyrou, l'ancien lyonnais part seul au but, mais est signalé en position de hors-jeu, valable seulement dans les rêves les plus fous de Monsieur Lannoy. Dans la foulée, sur un corner de Cheyrou, Cris touche le ballon de la main. Difficile à voir, donc à siffler, mais la goutte d'eau aurait pu faire déborder le vase. Un vase qui va explose carrément lorsque Lisandro, bien lancé en profondeur, profite de la naïveté de Diawara pour obtenir un pénalty logique. Lisandro transforme et inscrit son quatrième but en quatre olympicos. 1-0 pour l'OL. Bizarrement, c'est l'OM qui reprend le jeu à son compte. Spectateurs acculés dans leur surface, les Lyonnais tiennent bon et rentrent aux vestiaires épuisés.



Domination outrageuse vs contre-express



Une machine de guerre. Dès le retour de la pause, la domination de l'OM tourne à l'asservissement. Toujours aussi intenable, Loïc Rémy est partout. A droite, à gauche, dans l'axe, l'ancien Niçois distribue un peu d'amour à chaque défenseur de l'OL. Virvoltant et altruiste, Rémy offrira à Ayew, puis à Taiwo, de belles balles de buts, que Lloris repousse. Celle que Lloris ne repoussera pas, c'est la tête de Cheyrou, magistralement servi par Fanni. Plus à l'aise du pied que de la tête, le maître à jouer de l'OM met à côté. Celle-là, elle était pour Brandao. Marseille domine, mais ne score pas. Alors Jordan Ayew et Dédé Gignac viennent s'essayer au jeu de casse-brique. Au jeu non moins passionnant du casse-bonbon, César Delgado, bien lancé par Lisandro, part en contre, danse le Tango avec Fanni, puis plante un coup de couteau dans le dos de l'OM. 2-0, la diaspora argentine de l'OL est à la fête. Jaloux, Lucho participe à la fête avec ses compatriotes. Miraculeusement trouvé par Jordan Ayew dans l'axe, le numéro 8 de l'OM envoie le ballon dans les filets de Lloris. On ne va pas se mentir, à part ça, l'Argentin n'a rien fait. Début d'un quart d'heure de folie, où Rémy, enfin récompensé, doit employer genou, ventre et bouche pour égaliser suite à un corner de Cheyrou. 2-2, scénario parfait pour l'OM, prêt à mettre le feu. Le jeu est là, l'envie aussi, mais ce soir, les Dieux du football ont choisi leur camp. Quand Cris quitte sa retraite pour se rendre aux avant-postes, c'est pour crucifier Mandanda et l'OM d'une demi-volée. Pour la deuxième fois en deux matches, l'OM voit le titre s'éloigner en proposant du jeu. Le LOSC peut remercier l'OL. Et Stéphane Lannoy ?






Swann Borsellino

Achetez vos billets pour l'OM maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Coentrão casse le banc des remplaçants 2
Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 3 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Tranquille Barça