Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 6e journée

Un Olympico sous haute tension, Paris ralentit

Cette sixième journée de Ligue 1 a accouché de son lot de surprise. Entre Paris qui est tenu en échec par Reims (1-1), Monaco battu par Lorient (2-3) et Lille qui marque un but, les scénarios les plus fous ont été réalisés. Voici ce qu'il faut retenir.

Modififié

L'analyse définitive du week-end : l'affiche de la saison, c'est Marseille-Lyon

Le « Classico » , c'est pour les ringards. Ça fait maintenant quelques années qu'on a bien compris que Paris gagnerait à la fin contre l'OM. L'intérêt est donc moindre, et il ne faudra pas espérer grand suspense le 4 octobre. Non, maintenant, pour vibrer, il faut voter « Olympico » . Après le but refusé à Ocampos l'année dernière, le match des Olympiques est monté largement en gamme cette saison dans la dramaturgie. Deux présidents qui s'écharpent avant, pendant et après le match, un Valbuena découpé par son ancien public et ses anciens coéquipiers, un carton rouge, un penalty, 25 minutes d'interruption pour jet de binouses... C'est simple, on a l'impression que le match a duré six heures. Alors, certes, tout n'est pas bon à prendre, mais au moins, on n'a pas eu le temps de se faire chier. Vivement le 23 janvier prochain à Gerland. N'oubliez pas le pop-corn.

Le compte-rendu du match

Les notes du match

Vous avez raté Monaco - Lorient et vous n'auriez pas dû

Dimanche 17h, l'heure de la sieste, du « Netflix & chill » avec madame, l'heure d'à peu près tout sauf de Monaco - Lorient. Pourtant, c'est une ode à la Ligue 1 qu'ont récité Bretons et Monégasques 90 minutes durant. Chef d'orchestre de ce joli concerto, Didier Ndong a lancé les hostilités d'une frappe extraordinaire. Le début du festival offensif dominical. Et si Jeannot a mis un but de filou, Lemar, d'un coup franc splendide, a répondu à Ndong dans la thématique « golazos » . Au final, les Merlus s'imposent grâce à un but de Moukandjo et un énorme boulot de Majeed Waris, parfois trop individualiste, mais toujours dangereux. À Lorient, le maintien est toujours passé par le jeu. Pourvu que ça dure.

Le compte-rendu du match

La polémique de la machine à café : la Coupe d'Europe, c'est plombant

Après une semaine chargée en Ligue des champions et en Ligue Europa, la Ligue 1 a repris du service. Victoire de Guingamp, de Caen ou encore d'Angers. Mais aucune victoire des cadors. Hormis Saint-Étienne, aucun des clubs qui a disputé une compétition européenne cette semaine n'a gagné ce week-end. Et c'est pas comme s'ils avaient tous joué le Barça. Trois jours de récupération pour finalement tous se faire dessus. Bon, heureusement pour Saint-Étienne, les Nantais ont constitué une très faible opposition. Mais bon sang, messieurs les joueurs de Ligue 1, faut se remuer si vous espérez être transférés à Manchester United l'été prochain !

Ils l'ont dit

« Bravo à Lyon surtout. Non, je rigole. » Vincent Labrune, président de l'Olympique de Marseille. Quel surdoué d'atteindre un poste à si hautes responsabilités dès l'âge de 12 ans.

« J'aurais dû marquer de la tête, mais ça viendra la prochaine fois. » Zlatan, Paris Saint-Germain. Le doute ? Connaît pas.

« Il a fallu mettre quasiment six attaquants pour marquer. » Willy Sagnol, Bordeaux. Poko, il compte comme un attaquant ?

« En matière de football, tout est possible. » Jean-Marc Furlan, entraîneur de Troyes. Sauf le maintien de son club en Ligue 1, malheureusement.

Lassana Diarra, milieu de l'OM, après le match contre Lyon : « On ne va pas parler du carton rouge ou du penalty, ce sont des faits de jeu. L'arbitre a pris sa décision et il faut la respecter. Il faut jouer ! » Le daron.

Le tweet

Avant que ça ressemble à ça, l'Espagnol l'avait tenté en français et le résultat n'était pas fameux : « Dans une nourriture de conjuration avec les compagnons pour gagner le parti de cette semaine. » Comprendre : repas avec l'équipe pour prendre des forces en prévision du match contre l'OM. La prochaine fois, mollo mollo l'apéro entre potes. Surtout qu'apparemment, Lyon n'avait pas beaucoup de forces dimanche soir pour se faire reprendre au score à 11 contre 10.

Le top 5

Cédric Carrasso (Bordeaux) : Sa coupe de cheveux effraie toujours autant les attaquants. Sans les arrêts de la Carass', Bordeaux aurait sombré face à Toulouse.


Jimmy Briand (Guingamp) : Décidément, il n'arrêtera jamais de nous bluffer celui-là. 30 ans, toutes ses dents et surtout un magnifique ciseau gagnant. En Avant Guingamp.

Theoson Siebatcheu (Reims) : Si le PSG a failli se faire dessus ce week-end, c'est entièrement la faute de ce gosse de 19 ans au blase incroyable. Trois buts en cinq matchs pour lui. Bien aidé par l'immense prestation de Nicolas de Préville, un des hommes à surveiller de près cette saison.

Lassana Diarra (Marseille) : L'OM n'a jamais joué à dix. Un patron.

Benjamin Moukandjo (Lorient) : Sans son deuxième but de la saison, victorieux, à Monaco, Lorient était relégable. Ça suffit, non ?

La stat inutile

5. Le nombre de buts encaissés par Monaco lors de ses deux derniers matchs de Ligue 1 à domicile, c'est autant que lors de ses 14 précédents. Aymenoutai, Layvinoutai.

⇒ Résultats et classement de Ligue 1

Par Kevin Charnay, avec Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3