1. //
  2. // 30e journée

Un Napoli fou tient le Milan AC à distance

Obligé de s'imposer pour conserver deux points d'avance sur le Milan, vainqueur du Chievo (1-0), le Napoli est allé chercher un succès complètement insensé sur la pelouse du Torino. Menés 3-2 à dix minutes du terme, les Napolitains s'imposent finalement 5-3.

Modififié
0 10
Même Mario Balotelli n'en croit pas ses yeux : ce Napoli-là est complètement dingue. Et il faut bien de la folie pour résister à l'assaut du Milan AC. La semaine dernière, SuperMario avait prévenu : « Naples a gagné ? Pas grave, nous les rattraperons la prochaine fois. » Dommage, Mario, tu vas devoir patienter encore un peu. De fait, Naples est allé arracher l'une des victoires les plus dingues de la saison sur la pelouse du Torino (5-3 avec un scénario déconseillé aux cardiaques) et le Milan AC ne trouvera donc pas la deuxième place dans un œuf de Pâques. La faute à Cavani, auteur du doublé décisif en fin de partie, mais aussi à un Suisse (le pays du chocolat, normal en ce week-end de Pâques), Blerim Dzemaili, auteur d'un invraisemblable triplé, qui permet au Napoli de conserver sa deuxième place. Une deuxième place que les Milanais n'auront détenu que pendant quelques heures, donc, après leur succès 1-0 sur le terrain du Chievo. Au final, statu quo en tête de la Serie A : les trois premiers du classement ont gagné, tous les trois à l'extérieur, qui plus est. Balotelli a beau être déterminé, le Napoli a prouvé ce soir qu'il n'avait aucune intention de lâcher cette seconde position, directement qualificative pour la prochaine Ligue des champions. L'équipe de Mazzarri conserve deux points d'avance sur une troupe milanaise qui ne s'arrête plus de gagner. Le rendez-vous est déjà coché dans tout bon calendrier qui se respecte. Dimanche 14 avril. 20h45. Stadio San Siro. Milan-Napoli. Frissons.

Dzemaili au cube, Cavani au carré

Des frissons, les tifosi napolitains en ont déjà eu un bon paquet ce soir, et risquent d'en avoir encore pendant tout le week-end, tant le match face au Torino a été extraordinaire. Un scénario digne d'un film de Lynch ou de Hitchcock, à rendre fou, mais une folie tellement agréable. Oui, n'ayons pas peur de le dire : c'est peut-être le match de l'année en Serie A qui a eu lieu ce soir, au Stadio olimpico de Turin. Un match que le Napoli a longtemps eu en main, avant de le laisser incroyablement filer. Puis, dans un sursaut d'orgueil et de rébellion, les Partenopei sont allés puiser dans leurs ressources pour relever la tête, égaliser, puis s'imposer. Rapide résumé des faits. La première période réserve déjà son lot d'émotions. Les joueurs de Mazzarri débutent le match pied au plancher et trouve rapidement la première faille par Dzemaili. Le Torino ne se démonte pas et égalise à la demi-heure de jeu par Barreto, suite à une perte de balle de Britos au milieu de terrain. Juste avant la pause, Naples a l'occasion de reprendre l'avantage sur pénalty, mais Hamšík se fait hypnotiser par Gillet. On en reste à 1-1.

La deuxième période va prendre des allures de science-fiction. Dès la deuxième minute, Dzemaili, encore lui, redonne l'avantage à Naples. Le deuxième de Serie A réalise une entame parfaite, à tel point que l'on pense que le Torino va s'écrouler. Mais non. Le Toro tient debout, résiste, et à un quart d'heure du terme, bénéficie d'un pénalty pour une faute de main de Cavani. Jonathas transforme. 2-2. Puis 3-2, dans la foulée, grâce à Meggiorini, entré en jeu quelques minutes auparavant. Naples est sonné, dans les cordes. Ces trois points qui lui semblaient promis sont en train de s'envoler. Il reste dix minutes. Le Napoli va alors devenir complètement givré. Dzemaili, dans une soirée de grâce, signe le premier triplé de sa carrière (contre son ancien club) et remet son équipe dans le bon sens. Mais il y en a un qui rumine, depuis sa faute de main qui a entraîné un pénalty. Il s'appelle Cavani. À cinq minutes du terme, le meilleur buteur de Serie A donne l'avantage aux siens d'un superbe coup franc. Et il ne s'arrête pas là, puisqu'à la 89e minute, le voilà qui vient inscrire son 22e but de la saison en championnat. 5-3. Les fêtes de Pâques n'ont jamais été aussi douces, au pied du Vésuve.

Les missiles de Balo

Un peu plus tôt, en fin d'après-midi, le Milan AC est donc allé chercher un succès ô combien important sur la pelouse trempée (et boueuse) du Chievo. Une fois n'est pas coutume : l'auteur du but décisif ne s'appelle ni Balotelli, ni El Shaarawy, mais bien Riccardo Montolivo. Un but de renard, après un coup franc de Balo que Puggioni, le portier du Chievo, n'avait pas réussi à capter. Inzaghi a dû apprécier. Mais résumer la confrontation entre Rossoneri et Gialloblù à ce but de Richard Mont-Olive serait réducteur. Malgré une pelouse en piteux état (on l'a déjà dit, non ?), les deux formations ont offert un joli spectacle, avec beaucoup d'envie et d'abnégation. Milan s'est présenté avec Vérone avec, pour la première fois, le trio El-Ba-Ro. El Shaarawy, Balotelli, Robinho. Pas mal du tout, même si le vrai duel de la première période, c'est celui que se livrent SuperMario et le gardien du Chievo. Le premier envoie les missiles, le second doit les repousser. Avantage au gardien, même si le but milanais naît justement d'un pétard de Balo.

Après la pause, le Chievo, assez confus en première période, prend confiance. Tout l'inverse du Milan AC, qui s'endort un peu sur son but d'avance. Les Veronesi sont emmenés par un excellent Théréau, à qui Corini finit par confier les clefs du jeu tant le Français est inspiré. Mais le gros danger, pour les Milanais, vient finalement des pieds d'un autre joueur, Luciano, Eriberto pour les intimes. Sa fusée est claquée juste au-dessus de la barre par Abbiati. Une parade qui vaut un but. Le Chievo attaque avec son cœur, Milan défend avec son cerveau. À ce petit jeu, ce sont les Rossoneri qui sortent gagnants, avec une gestion parfaite de ce petit but d'avance. Généreux, le Chievo aurait mérité un but, mais en vrai, ce Milan-là n'aurait pas mérité de ne pas s'imposer. Lors des trois prochains tours, les joueurs d'Allegri vont se frotter à la Fiorentina, au Napoli et à la Juventus. On appelle ça l'instant de vérité.

Les résultats :

Cheivo - Milan 0-1
Montolivo 25'
Torino - Napoli 3-5
Barreto 30', Jonathas 75', Meggiorini 78' / Dzemaili 10', 47' et 80', Cavani 84' et 89'

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Simplement un match de fou du Napoli... J'espère que ceux qui affirment que la Série A manque de spectacle vont revoir leur jugement, comme tout ceux qui doutaient du talent de Cavani après sa période creuse.. ( Son CF est magnifique, et le second but me fait penser à Fifa 13)
Bref, je pense qu'après cette journée, on peut s'avancer à dire qu'on connaît les 3 qualifiés pour la LDC ! Mais le Football r"serve parfois des surprises..
Robinouze, ça fait bien longtemps qu'il me fait plus d'effet. Depuis ses six passements de jambes avec Santos en fait : https://www.youtube.com/watch?v=9zjwf3c7fz0
La plus belle âme des 5 grands championnats, FORZA NAPOLI !
DeanWinchester Niveau : CFA2
Naples rate son anniversaire a une semaine près, dommage pour eux, heureusement il reste le record a domicile :)

sinon énorme Cavani.
milanello44 Niveau : CFA
La pelouse du Chievo... Il était possible seulement de marquer sur coup de pied arrêté ou frappe de loin dans ce match.
Il y a un petit lit douillé entre la 3ième place et la 4ième.
Sinon le dernier quart d'heure du Torino-Napoli un régal.
Merci au Milan pour cette remontée fantastique en attendant les 3 chocs décisifs pour la CL.
Note : -1
Balotelli : 7 coups francs dans le match, les 7 cadrés et 7 parades (plus ou moins difficiles) pour le portier.
Sur une pelouse aussi degueu on a assisté à un bon match dans l'ensemble.
Balo a ENCORE été sévèrement rudoyé par les adversaires comme à chaque match depuis son retour au pays. Pourtant c'est lui qui prend le premier carton pour un coup d'épaule banal...
Montolivo est vraiment élégant à voir jouer, la relève de Pirlo au Milan.
Les latéraux très bons comme d'hab', Bonera correct qui a failli quand même crever un œil à Paloschi le c0n et El Shaarawy toujours aussi bon même si moins efficace (besoin de souffler un peu).
Robinho percute même plus, la seule chose qui lui restait...
Génial Balo qui explose de joie après le but de Montolivo. En plus ses coups francs il les a provoqués lui même pour la plupart, dés qu'il accélérait c'était fini ils pouvaient rien faire d'autres que le faucher. D'ailleurs ils finissent tous avec une jaune et Danielli se fait exclure après une énième faute sur lui. Sinon, El Sha il est toujours aussi bon, lui manque juste la lucidité en fin de geste, encore que plusieurs fois ils auraient pu marquer si la passe arrivait comme il faut. Et son coup du sombrero à la fin était magnifique. Sinon les ailes déchirent quand même, De Sciglio-El Sha d'un côté qui se la jouent facile dans les petits espaces et de l'autre côté Abate-Niang ça marche bien aussi, ils font à chaque fois le même avec leurs dédoublement mais ils vont tellement vite que ça passe à chaque fois.
"mais en vrai, ce Milan-là n’aurait pas mérité de ne pas s’imposer"

C'est ça, li milan joue mal depuis plusieurs mois mais a réussi, grâce à un peu de réussite, de chance et de penaltys, cette remonté.
As-tu vu le match de hier avant de vomir ta haine non argumentée sur cet article?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 10