1. //
  2. // Littérature
  3. // Johnny Fudal

« Un Mondial dont la finale se déroule sur la planète Mars ! »

Il a 27 ans, est technicien informatique et vient de publier son premier livre, Star des années 2050. Dans celui-ci, Johnny Fudal imagine le football en 2050, avec ses nouvelles règles, ses nouvelles configurations et ses nouvelles perceptions. Et à cette époque, l'équipe de France n'est pas belle à voir.

Modififié
893 8
D'où te vient cette passion du football ?
La passion du football, c'est quelque chose de très familial. Mon père est supporter du Racing Club de Lens, donc j'avais du Sang et Or dans le biberon. J'ai grandi avec Bollaert et le Racing. En 1998, j'ai vécu le titre de champion de France et celui de champion du monde. J'avais dix ans et ça a fait croître ma passion. Et puis au fil des années, ça s'est accéléré. Aujourd'hui, je suis à Lyon pour le travail. Je suis technicien informatique. Et ça m'a fait bizarre de quitter ma région. Mais bon, j'ai fait ma petite vie à Lyon, avec mon boulot, mon appartement, ma femme. Il n'y a qu'une chose qui me manque, c'est Bollaert. Je n'ai pas été converti à l'Olympique lyonnais. En arrivant, j'ai repensé un petit peu à 2002, à Govou... ça m'a fait mal. Mais quand on voit le coup d'envoi que ça a donné à l'hégémonie lyonnaise, on se dit que c'est pas si mal, on leur a donné un coup de main pour se lancer.

Tu es déjà allé à Gerland, quand même ?
Oui, quelques fois. La première fois, on repense à ce titre perdu, mais on repense aussi et surtout à Marc-Vivien Foé. On est obligé de penser à ça. Il a joué à Lens et à Lyon, c'était un chic type. Alors d'être là où il s'est éteint, ça fait un peu bizarre.

Comment as-tu eu l'idée d'écrire ce livre ?
J'étais en train de lire un article sur les sportifs dans le futur. Voilà, ça m'a inspiré, donc j'ai décidé de me focaliser sur le football, le seul sport que je connais vraiment. Et puis j'ai puisé mon inspiration sur les réseaux sociaux, sur les forums, là où les gens parlaient de clubs franchises, de ligues fermées, etc. Et je me suis dit : « Si le football de demain venait à évoluer, ce serait dans quel sens ? » Et j'ai pensé qu'il évoluera vers un foot business assumé. Voilà ce qui m'a donné envie d'écrire mon livre.

Combien de temps t'a pris la rédaction ?
J'ai commencé à écrire en février 2014. J'ai écrit pendant la Coupe du monde, et jusqu'en septembre. J'ai terminé en fin d'année, j'ai relu, puis je l'ai proposé à mon éditeur. C'était très compliqué de concilier boulot et rédaction. Je m'étais imposé une règle : ma clef USB restait à la maison pour que je ne puisse pas y penser quand j'étais au travail. Quand je rentrais du boulot, j'écrivais, j'écrivais et j'écrivais encore. J'en ai fait des nuits blanches !

Et alors, il parle de quoi, ce livre ?
Alors, on est en 2050, fin 2049 même. L'équipe de France est malheureusement devenue une équipe d'amateurs. Les joueurs ne sont pas professionnels. Voilà, ça ressemble un peu aux îles Féroés d'aujourd'hui. Et cette équipe participe miraculeusement aux barrages intercontinentaux pour le Mondial 2050. De fil en aiguille, l'équipe de France réussit à faire quelques exploits. Au final, elle se construit une belle petite épopée pendant ce Mondial. Un Mondial dont la finale se déroule sur la planète Mars !

Sur Mars ?
C'est une idée un peu farfelue, mais j'ai vu que le projet Mars One était lancé, alors pourquoi pas ? Si on compte envoyer des gens sur Mars pour coloniser la planète, pourquoi on ne pourrait pas aller y jouer au football ? Je ne consomme ni alcool ni drogues pourtant (rires) !

Est-ce que le livre est une critique de ce qu'on appelle le foot business ?
Alors en fait, en écrivant ce livre, j'ai essayé de ne pas prendre parti. Le football, c'est un divertissement, c'est un business. Le truc, c'est que la génération actuelle, elle n'aura grandi qu'avec cette notion de divertissement, qu'avec l'envie de tout gagner. Les gens de demain voudront la meilleure équipe, avec les meilleurs joueurs, et on occultera les notions d'ambiance, de collectif, etc. J'ai essayé de ne pas minimiser les avis. Chaque lecteur pourra se faire son propre avis. En dehors du bouquin, je suis très critique vis-à-vis du foot business. Je pense que le RC Lens transpire l'ambiance et véhicule beaucoup de valeurs. Pour moi, le football, c'est ça. Je suis supporter d'un club, pas d'une équipe.

Et c'est quoi ta vision du joueur du futur ?
Chaque génération a eu son profil type de joueur. Aujourd'hui, on veut des joueurs techniques, il y a peu, on cherchait des joueurs plus physiques, par exemple. Demain, ce sera le footballeur le plus swag qui aura le Ballon d'or. Mon avis, qui transparaît dans le bouquin, c'est qu'on part vers un Ballon d'or mouchoir. Le joueur qui va faire le buzz sur le moment sera sur la plus haute marche, et après on n'en entendra plus parler.

Quel est le passage que tu as pris le plus de plaisir à écrire ?
J'ai beaucoup aimé écrire un passage en particulier. À un moment, on a un match de gala à la Coupe du monde pour lequel les Qataris ont sorti les grands moyens. Ils proposent une représentation holographique de la rencontre. C'est un match entre la première équipe championne du monde, celle de 1930, face à la meilleure équipe du monde, avec Pelé, Zidane, Messi... On n'a pas Cristiano Ronaldo parce qu'il s'est brouillé avec la compagnie de jeux vidéo qui a racheté la FIFA. On revit certaines actions. Maradona refait le coup de la main de Dieu, sauf que l'arbitre le voit, cette fois-ci. Je me suis vraiment fait plaisir en repensant aux plus grands moments de football. J'ai également pris beaucoup de plaisir à écrire mon dernier chapitre. C'était pendant l'affaire Luzenac. On a donc une nation qui arrive à se qualifier pour le Mondial, mais qui n'arrive pas à avancer les garanties financières nécessaires...

Tu voulais publier depuis le départ ?
Non, à la base, c'était vraiment un plaisir personnel. Je voulais au mieux le publier sur un forum avec une centaine de personnes quoi. Mais je suis n'importe qui. Je suis cette personne que tu croises en train de sortir les poubelles avec un vieux maillot de Lens. J'ai juste passé le pas et décidé de publier.

Quel est ton meilleur souvenir lié au football ?
En tant que Lensois, c'est compliqué... Une histoire qui m'a inspiré pour le bouquin et marqué, c'est l'épopée calaisienne en Coupe de France. Le petit face au grand, c'est exactement le pitch du bouquin. Enfin, au moins du premier chapitre.

Acheter Star des années 2050 ici

Propos recueillis par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

l'enfer...le mauvais geek qui fait ça en side-project...la finale sur mars...non et non. dommage, le postulat de depart etait pas si mal
Mouais... désolé mec mais j' acheterai pas.
Note : 4
Bah moi, je viens d'écrire un roman ou la finale du mondial se déroule sur le soleil.
Bien évidemment ,il y fait un peu chaud mais avec quelques pauses pour se réhydrater, c'est tout à fait possible .

Ca c'est un pitch vraiment intéressant.Contactez moi si cela vous intéresse.
Message posté par elchivo2
Bah moi, je viens d'écrire un roman ou la finale du mondial se déroule sur le soleil.
Bien évidemment ,il y fait un peu chaud mais avec quelques pauses pour se réhydrater, c'est tout à fait possible .

Ca c'est un pitch vraiment intéressant.Contactez moi si cela vous intéresse.


ca existe déjà, le titre c'est coupe du monde au qatar
Ça a l'air cool. Si bien fait, ça peut être très divertissant.
Message posté par UHP
Ça a l'air cool. Si bien fait, ça peut être très divertissant.


Oui, mon roman est très divertissant.Pour 30 euros, je peux t'envoyer une copie si tu veux.
Franchement l'idée de base est super intéressante, et imaginer le foot dans le futur c'est assez difficile pour pouvoir être imaginatif. Mais bon Mars et l'équipe de France amateur ça fait vraiment guignol.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
"donc j'avais du Sang et Or dans le biberon"

On lui dit ou pas que c'était du picon-bière ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
893 8