Un monde bipolaire

Flanqué de ‘Rib' et de ‘Rob', le Bayern s'est imposé à Wolfsbourg et a rejoint le Bayer en tête du championnat. On signerait bien pour l'échappée royale si la Bundesliga n'était pas la ligue la plus cyclothymique de la planète.

Modififié
0 0
Et de huit. Huit victoires d'affilée et le Bayern rejoint enfin le Bayer Leverkusen en tête de la Bundesliga. Leader pour la première fois de la saison. Que de chemin parcouru depuis fin novembre lorsque les Bavarois accumulaient les nuls à domicile et les sorties peu glorieuses, et à qui on promettait une élimination prématurée en Champion's. Les tabloïds de Francfort et de Berlin égrenaient déjà les jours et les nuits restants à van Gaal en Bavière. On ne sait pas si “Louison” est heureux en amour mais, rayon jeu, il a le postérieur bordé de tagliatelles. A l'instar de notre Ray national, à chaque fois qu'une défaite menace son destin, une victoire opportune finit par le sauver. Ainsi, après un troisième nul consécutif à l'Arena (contre le Bayer fin novembre), les multiples champions d'Allemagne allaient entamer une série de quatre succès avant Noël, entrecoupée d'une visite tonitruante à Turin, dans l'antre de la Juve (4/1), qui les expédiait en huitièmes de finale de la C1. Au même moment, clin d'œil malicieux de l'histoire, à quelques centaines de kilomètres plus au nord, Ronald Koeman se faisait virer sans vergogne du banc d'AZ Alkmaar. Le champion des Pays-Bas traînait à une grosse quinzaine de points des deux leaders, Twente et le PSV. Comme quoi...

Depuis, Hoffenheim, le Werder Brême, Mayence et Wolfsburg, hier, ont été laminés par l'express munichois. Ribéry et Robben peuvent être blessés, Luca Toni parti sous les cieux romains, plus personne n'arrête les panzers de van Gaal. En avril dernier, les Wolves, en route vers leur titre de champion d'Allemagne, avaient atomisé le Bayern (5/1) sous l'impulsion du duo infernal Dzeko-Grafite. Depuis, le VFL peine à retrouver un semblant de constance. Après un début catastrophique, l'équipe de Misimovic s'était reprise en octobre avant de replonger. Éliminés (piteusement) de la Ligue des Champions, les Loups n'ont plus gagné depuis le 7 novembre (4 nuls et 4 défaites, la même série que le Bayern à l'envers). Armin Veh, le coach qui a remplacé Magath parti à Schalke, a été remercié il y a dix jours. Robben et van Buyten (serial buteur sur corner) avaient plié le sort des locaux au bout d'une demi-heure avant que Barzagli contre son camp n'empêche Ribéry d'inscrire son deuxième but de la saison. Grafite a bien sauvé l'honneur (1/3) en fin de partie dans une Volkswagen Arena désespérée.

[page]
Jusque fin octobre, Hambourg et Leverkusen ont copieusement dominé cette Bundesliga 2009/10. A ce moment-là, le Bayern pointait à neuf points. Aujourd'hui, l'équipe hanséatique se retrouve à sept points derrière. Ce samedi, elle s'en est allée glaner à l'arrache un nul à Cologne (3/3). La nouvelle équipe de Ruud van Nistelrooy (rentré à la 90ème minute), qui aime gâcher, menait encore de deux buts (3/1) à un quart d'heure de la fin avant que Novakovic et Chihi n'éloignent les locaux de la zone de relégation. Le Bayer, de son côté, résiste un peu mieux à l'érosion et partage donc depuis ce week-end la tête de la Bundesliga avec le Bayern. Invaincus depuis le début du championnat, les hommes de Heynckes ne doivent qu'à quelques matchs nul laissés en route (et à l'incroyable retour des Munichois) de devoir partager le pouvoir. Un but du jeune Suisse Derdiyok juste avant le repos donnait à penser qu'ils allaient aligner une cinquième victoire consécutive mais un but de Zlatko Dedic sauvait l'après-midi du VFL Bochum.

Dans l'ombre des deux leaders, on ne trouve plus guère que le Schalke 04 de Félix Magath (0/0 à Fribourg). Peut-être la meilleure place qui soit pour cet éternel outsider, toujours placé, jamais gagnant. Dans une ligue marquée par les montagnes russes et l'humeur bipolaire de la plupart des équipes, Schalke, qui n'a plus perdu depuis fin novembre, fait preuve d'une certaine constance. Dans son sillage immédiat, et surtout s'il bat l'Eintracht Francfort cet après-midi, on trouve l'étonnant Borussia Dortmund, auteur d'un départ calamiteux. Entre fin novembre et la semaine dernière, les coéquipiers du champion d'Afrique, Mohamded Zidan ont aligné six victoires de suite. En cas de succès au Westfalenstadion aujourd'hui, le Borussia ne sera plus qu'à cinq points de la tête. Autre équipe au départ catastrophique, le VFB Stuttgart est justement l'adversaire qui a stoppé la série de Dortmund (4/1) le week-end dernier. Longtemps dans la zone de la relégation, les joueurs de Christian Gross ont désormais la réussite avec eux comme hier lorsque Roberto Hilbert leur a offert les trois points à deux minutes de la fin sur un but de raccroc. Quatrième l'an dernier, le Hertha Berlin est une des rares « valeurs sûres » de cette cuvée 2009/10. Bon dernier il est depuis le début, bon dernier il reste. Vendredi soir, il a permis au Werder Brême qui restait sur une collection de six défaites et un nul depuis une victoire à Fribourg (6/0)... fin novembre d'en finir avec son calvaire. Un but de Claudio Pizarro à dix minutes du terme (2/1) a péniblement mis fin à l'incurie des musiciens de Brême.

Dans cette ligue maniaco-dépressive, qui alterne l'euphorie et le désespoir, la 21ème journée de ce week-end est à griffonner d'une pierre blanche puisque le TSG Hoffenheim, qui restait sur quatre défaites de rang (et huit matchs sans gagner), a trouvé l'âme sœur grâce à la bienveillance du Hanovre 96, pourtant relégable (2/1). Bienvenue dans le championnat le plus cyclothymique de la planète.

Bundesliga 21ème journée (5, 6 et 7 février)

Werder Brême-Hertha Berlin SC (2-1)


TSG Hoffenheim 1899-Hanovre 96 (2-1)


VFL Wolfsburg-FC Bayern Munich (1-3)


1-FC Cologne-Hambourg SV (3-1)


SC Fribourg-FC Schalke 04 (0-0)


VFL Bochum 1848-Bayer 04 Leverkusen (1-1)


1-FC Nuremberg-VFB Stuttgart (1-2)


1-FSV Mayence 05-Borussia Monchengladbach (aujourd'hui à 15h30)


Borussia Dortmund-Eintracht Francfort (17h30)

Elzéar Béniquêt

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0