Un mois d'août en L1

Trêve internationale oblige, la Ligue 1 se prend un "summer break" d'une semaine. Idéal pour tirer les premiers bilans après quatre journées de boulot. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la Ligue 1 a changé.

Modififié
0 0
LES TOPS

Toulouse


4 matches, 4 victoires. Le constat chiffré est implacable. Le Téfécé caracole en tête du championnat sans avoir eu à forcer son talent. Un jeu simple et efficace à l'image du milieu de terrain travailleur-récupérateur-buteur (Sissoko, Capoue, Didot), un attaquant en verve (Braaten) et une défense de fer, voilà les trois conditions de la renaissance toulousaine. Même sans Gignac parti rêver à Marseille, Toulouse est une équipe diablement efficace. En espérant que la trêve internationale n'ait pas coupé les jambes des lascars habillés en Airness.

Rennes


Son recrutement estival laissait présager une grosse saison. Pour le moment, le Stade Rennais est dans le vrai. Frédéric Antonetti, tout en joutes verbales, semble avoir pris la mesure de son groupe. Un jeu offensif plaisant, en même temps avec Leroy, Marveaux, Dalmat et Brahimi, difficile de rendre une copie dégueulasse ; une défense bien articulée derrière la montagne Mangane et surtout la formidable réussite de Victor Montano dans la surface de vérité. Toujours placé, jamais gagnant, Rennes en a marre de la place du con et souhaite –enfin– assumer son statut. Fini la préférence au beau jeu, place aux résultats. Pour le moment, c'est tout bon.

La défense de Montpellier


Que donne l'assemblage d'un repris de justesse bosniaque, d'un mec qui se prénomme Garry, d'un black omnipotent, d'un vieux de la vieille et un fou complet placé en cage ? La défense de Montpellier. La bande à Girard n'a pas encore été une seule fois déflorée depuis l'ouverture du championnat. Toujours aussi redoutables dans le défi physique, les Héraultais ont défendu becs et ongles leur dernier rempart. Avec succès. Quand on y ajoute la tour de contrôle Olivier Giroud et l'artificier Estrada, le MHSC a tout de l'équipe chiante à jouer.

Dimitri Payet


En 4 journées, Dimitri a déjà claqué deux fois plus de buts que l'an dernier. CQFD. Auteur d'un triplé tout en feintes et accélérations contre Lens, l'ancien Nantais semble avoir pris conscience de son potentiel. A 23 ans, il était temps de se bouger les méninges. Un temps annoncé partant, le numéro 7 stéphanois est finalement resté dans le Forez. Pour le plus grand bonheur de son coach et de ses coéquipiers. Reste à confirmer.

Arles-Avignon


Ok, avec zéro point au compteur, Arles-Avignon semble promis à la Ligue 2. Avec un recrutement exotique à la “va-comme-je-te-pousse”, l'ACA doit prendre le temps de peaufiner ses réglages. Mais on ne remerciera jamais assez le promu de nous avoir donné des nouvelles d'Angelo Charisteas. Et ça, ça vaut toutes les victoires du monde.

Et aussi : Le cœur de Loïc Rémy, les parades de Carrasso, la vision de Marvin Martin, la folie caennaise, le premier match de Dieumerci Mbokani, le bloc niçois et la dégaine de Bruno Grougi.

[page]
LES FLOPS

Le Paris-SG


27 000 invitations en deux matches à domicile, une gifle à Sochaux, un recrutement difficile, un entraîneur isolé, un Président irrité, des gros salaires en tribunes et quatre points en quatre matches. Pas de doute, la saison sera encore longue dans la capitale. Le titre de PPH (Passera Pas l'Hiver) de l'année devrait atterrir sur la cheminée d'Antoine Kombouaré.

Les “gros”


Marseille, Lyon, Bordeaux, Paris tous scotchés à quatre points. Soit deux défaites chacun. Décidément, il ne fait pas bon être un club riche et ambitieux en 2010. Pourtant, l'OM semble avoir repris le bon chemin après son gros match à Lescure. Bordeaux et Lyon devraient profiter, chacun à leur manière, du transfert de Gourcuff et Paris cherche à relever la tête. Car une Ligue 1 sans cadors, c'est marrant au début mais bon...

Hatem Ben Arfa


Les pieds pétris de talent mais le cerveau d'un candidat de Secret Story. Hatem Ben Arfa aurait pu(dû) mettre le championnat de France à genoux sur chaque crochet. Au final, on ne retiendra que ses coups de gueule, son irrégularité et le sale goût amer d'un immense gâchis. Hatem s'est tiré de l'OM après une grève de deux semaines pour rejoindre un promu anglais. Fuckin' disgrace.

Les blessures


Lyon qui ouvre un CHU à ciel ouvert, Lemoine qui perd un rein, Sosa qui finit le match en sang, Mbia marabouté, Alexandre Licata et Julien Rodriguez portés disparus... La Ligue 1 regorge de joueurs sur le carreau. Que ce soit en match ou à l'entraînement, les pensionnaires du championnat national n'en finissent plus d'étonner avec des blessures plus ou moins atypiques. Dire qu'on pensait avoir tout connu avec la phlébite de Papus Camara...

Et aussi : La coiffure de Bangoura, la savate de Bong sur Valbuena, l'arbitrage de Tony Chapron, les cartons rouges lorrains, Toulalan en défense centrale et la fuite de Cavenaghi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Zaccheroni, made in Japan !
0 0