1. //
  2. // Tours FC/ SCO Angers

Un miracle pour Tours

Si la présence de l'entraîneur italien Marco Simone sur le banc du Tours FC n'a échappé à personne, la signature de son compatriote attaquant Luca Miracoli est passée beaucoup plus inaperçue. Qui est donc ce jeune transalpin de 23 ans et comment s'est-il retrouvé dans les rangs des Tourangeaux ?

Modififié
30 10
« Depuis mon enfance, j'y ai droit. Mais je réponds toujours que je n'y peux rien. Ce n'est pas moi qui ai choisi mon nom… » Invité par le quotidien La Nouvelle République à s'exprimer sur les jeux de mots au sujet de son patronyme, lors de son arrivée au Tours FC, l'Italien Luca Miracoli (miracles en français, ndlr) n'a pas pris la mouche. Sans doute par habitude. Mais également parce que son nom de famille révèle certainement une petite part de vérité. Non, finir au TFC n'était assurément pas le rêve de ce tifoso invétéré du Genoa. Son arrivée sur les rives de la Loire et du Cher tient, en revanche, bien du miracle. Heureusement, la migration de l'autre côté des Alpes s'est très bien passée, comme le confie son agent Marco Maselli : « Luca est tout de suite tombé amoureux de la ville de Tours et du club. Il s'est adapté très facilement à la France et a apprécié l'organisation du club qui est plus sérieuse que dans beaucoup de clubs en Italie. Son intégration a été vraiment naturelle. » Comme en témoigne sa première titularisation ponctuée d'un but face à Créteil. Certes sans lendemain pour l'instant, mais si le vrai miracle était encore à venir ?

Une vidéo et un essai réussi


Voir un attaquant italien débarquer en Ligue 2 est effectivement rare et surprenant. Tout juste peut-on se rappeler de l'Italo-Uruguayen Sebastián Ribas passé par Dijon de 2008 à 2011. Le choix de carrière de Miracoli amène donc à s'interroger, même si son agent livre des premiers éléments de réponse : « Indéniablement, la présence d'une référence italienne de haut niveau comme Simone a influencé le choix de Luca. Pour sa première expérience à l'étranger, ça peut lui être naturellement d'une grande aide. » Le jeune transalpin de 23 ans n'a toutefois bénéficié d'aucun traitement de faveur de la part de l'ancien buteur du Milan AC, Paris ou Monaco : « Simone connaissait Luca de nom et il a ensuite pu l'observer sur vidéo. Mais pour ne pas se tromper, il a quand même exigé de le voir en personne pour un essai » , révèle Marco Maselli. « Luca a saisi l'occasion au vol, il n'a pas hésité à se remettre en question. Ensuite, il a été très bon lors de l'essai et l'opération s'est conclue très simplement. »

Libre suite à la faillite de Varese où il évoluait la saison dernière, le natif de Gênes s'est ainsi engagé pour deux ans avec Tours. « On avait une paire d'offres en Italie, mais aucune ne nous a réellement convaincus d'un point de vue technique. En revanche, le projet de Tours nous a immédiatement séduits, en outre pour la possibilité d'avoir une expérience à l'étranger » , appuie Marco Maselli. Un choix somme toute logique pour le jeune Luca, tête bien faite qui poursuit des études d'économie et de commerce en marge de sa carrière. Sans oublier une présence poivre et sel : « Tout le monde connaît et respecte Marco Simone en Italie » , a ainsi confié Miracoli, toujours dans les colonne de La Nouvelle République. « Quand je l'ai eu au téléphone, cela m'a vraiment décidé à venir à Tours. Il était attaquant, comme moi. Et j'espère apprendre beaucoup à son contact. Oui, il va m'aider. » La conviction du Miracoli.

Entre rêves et miracles


Du haut de son mètre 91, le nouvel attaquant du TFC a également des arguments à faire valoir en Ligue 2. À commencer par une jolie expérience, puisqu'il attaque déjà la quatrième saison professionnelle de sa carrière. Les trois premières ont été disputées entre la Lega Pro avec Feralpi Salo (17 buts en 59 apparitions) et la Serie B avec Varese (3 buts en 26 apparitions la saison dernière). Un bilan en Serie B certes pas franchement flatteur, mais qui s'explique aussi par la situation sportive critique des Biancorossi et quelques problèmes physiques, avec notamment une opération de l'appendicite. Ainsi, le départ à Tours tombe à point nommé, comme l'illustre son agent Marco Maselli : « Luca ne voit pas la France comme une expérience de passage, mais il la voit plutôt cela comme un trampoline pour pouvoir faire des choses importantes. Le projet est d'aller de l'avant en même temps que le club. » L'objectif de monter en Ligue 1 est ici suggéré. Un objectif que Marco Simone s'était déjà chargé de commenter pour La Nouvelle République : « On a pris Miracoli… On a déjà Santamaria, mais il nous faut bien un miracle pour répondre aux objectifs du président… » , avait-il ainsi glissé avec humour.

En attendant, Miracoli poursuit, lui, ses aspirations de toujours. Celles-là même qu'il avait révélées au Corriere della Garda il y a un peu plus d'un an : « J'ai toujours voulu devenir footballeur. Je me rappelle que quand le maître d'école me demandait ce que je voulais faire plus tard, je ne répondais pas comme les autres, "astronaute" ou "scientifique". J'ai toujours dit que mon rêve était de devenir un grand joueur de football. » Une réponse assez banale en soi dans le milieu des footballeurs, mais qui est contrebalancée par un rêve propre aux petits gamins de la moitié rouge et bleu de Gênes : « Mon vrai rêve est de marquer avec le maillot du Genoa et d'exulter sous la Curva Nord du stade Luigi Ferraris. Je ferai tout pour que ce désir se réalise le plus vite possible. » Après tout, on dit bien qu'il faut toujours croire aux miracles.


Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

T'habites à combien de kilomètres de Tours, Miracloli ?
Ma ville !!!

Bon So Foot, à quand un reportage sur ce club légendaire et le mythique Stade de la Vallée du Cher, surnommé la petite Bombonera...
Ah, en fait non.
benoit-tango Niveau : District
Vu le week-end dernier.
Pas vraiment une star le gars.
Pas de vitesse (se faire prendre de vitesse par Djibril Konaté, il faut le faire), pas de technique.
Par contre assez bon de la tête et en déviation.
Un point de fixation devant.
Message posté par SidLFC
Ma ville !!!

Bon So Foot, à quand un reportage sur ce club légendaire et le mythique Stade de la Vallée du Cher, surnommé la petite Bombonera...
Ah, en fait non.


Dingue à quel point nous les Tourangeaux sommes représentés sur Sofoot !
Message posté par Rems-Kj


Dingue à quel point nous les Tourangeaux sommes représentés sur Sofoot !


C'est clair! On est chez nous partout!
et il marque ce soir!! bien vu sofoot
Carrément bien vu SoFoot, le miracle a eu ce soir... face au 2e de la Ligue 1 (no comment, elle est tellement facile), dans une ambiance de fou au Stade de la Vallée du Cher (je plaisante, il pleuvait et l'ambiance était comme d'habitude pourrie).
Et en parlant d'ambiance pourrie, je valide avec Toulouse (encore un TFC).
LeMagicienOz Niveau : DHR
Faite un article sur lui a chaque match svp, je le trouver dégueu depuis plusieurs match et la ce soir il m'a bluffé ! Le mec c'est tapé un marathon de pressing, a tenté un ciseau, et marque sur un but dégueu, un match plein, et sinon a quand un petit article sur le Tours Fc et ses pépites qui sorte tout juste du berceau (Miguel, Cillard, Gradit, Belkebla etc !)

Par contre qu'elle ambiance de *****, incroyable qu'a 10.000 personne on entende les courageux supp' du SCO venue certes en nombres, le Tourangeau n'aime pas la pluie mais il n'aime pas non plus donner de la voix.
Boycott des supporters de tours contre la coupe de la ligue et ceux depuis plusieurs saisons...on voit les nouveaux dans le mouv' -_-
+ d'infos sur leur communiqué ici :
turons1951.e-monsite.com
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
30 10