En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. // Milan/Parme (2-1)

Un Milan AC format Ligue des champions

À cinq jours du choc de Ligue des champions face au FC Barcelone, le Milan AC dispose de Parme (2-1) et rejoint provisoirement la Lazio à la troisième place du classement. Qui l'eut cru, il y a encore quelques semaines.

Modififié
Milan - Parme 2-1
Buts : Paletta (csc) 40', Balotelli 78' / Sansone 93'


Ce n'est résolument pas le plus beau Milan AC de l'histoire. Ça, non. Mais c'est un Milan AC qui gagne. Ça, oui. Les Rossoneri décrochent ce soir leur cinquième victoire lors des sept dernières journées de championnat, et accèdent pour la première fois à la troisième position du classement. Une position qu'ils occuperont au moins jusqu'à dimanche soir, en attendant le déplacement de l'Inter à Florence, puis, lundi, celui de la Lazio à Sienne. Ce soir, face à Parme, Milan n'a pas tremblé. L'équipe parmesane est en crise, et sa série de matchs sans victoire s'élève désormais à six journées. Leur envie de bien faire n'a duré que dix minutes, le temps de se procurer une grosse occasion, puis de laisser les clefs du jeu au Milan AC.

Un Milan pas forcément très brillant non plus, mais pour qui tout va dans le bon sens, en ce moment. L'équipe d'Allegri ne trouve pas la faille ? Alors c'est un défenseur parmesan qui leur file un petit coup de pouce, avec un joli but contre son camp. L'équipe d'Allegri n'arrive pas à tuer le match ? Alors Balotelli invente un somptueux coup franc. Quatrième but en trois matchs sous ses nouvelles couleurs, intégration réussie. Le réveil parmesan est trop tardif : la formation de Donadoni réduit l'écart à la 93e minute. Milan n'impressionne pas, mais Milan est ce soir à égalité avec le troisième. Rien que ça. Les Milanais peuvent désormais préparer sereinement leur huitième de finale de C1 face au Barça. Et s'ils se mettaient à y croire vraiment ?

Paletta rate, puis Paletta marque

Dès l'entame de match, Parme semble bien décidé à faire tomber ses tabous : le club n'a plus gagné à San Siro depuis 1996, et Roberto Donadoni, le coach, n'a jamais battu son ancien club depuis qu'il est devenu entraîneur. Les bonnes intentions sont parmesanes, et Milan ne s'était visiblement pas préparé à un tel début de match. Plus vifs, bons dans le pressing, les Parmesans sont même à deux doigts d'ouvrir le score dès la 7e minute, lorsque Paletta s'infiltre dans la surface et frappe à quelques centimètres du poteau d'Abbiati. Il faut quelques minutes aux Milanais pour véritablement entrer dans le match. Les deux jumeaux à crête de l'attaque, Balotelli et Niang, commencent à se trouver, mais pour trouver une occasion rossonera, il va falloir se montrer patient.

Les ardeurs des visiteurs se calment toutefois rapidement, et le match tombe dans un faux rythme, voire dans un « pas de rythme du tout » . Amauri essaie de réveiller San Siro avec une Madjer contrée au dernier moment par Yepès, puis c'est Boateng qui tente sa chance de loin, mais trouve les gants de Pavarini. Balotelli, de son côté, se prend pas mal de coups, mais n'arrive pas à se montrer dangereux. On semble se diriger tranquillement vers un bon vieux 0-0 à la pause, mais Gabriel Paletta voit les choses d'une autre manière. Sur un centre de KPB, le défenseur argentin, pas franchement sous pression, se jette au premier poteau et trompe son propre gardien d'une subtile déviation. 1-0. San Siro dit merci. Allegri aussi.

Balotelli au coup franc

En début de deuxième mi-temps, on attend évidemment une réaction parmesane. Eh bien pas du tout. Parme est complètement amorphe et ne crée strictement rien. C'est à peine si les hommes de Donadoni dépassent la moitié de terrain. Milan gère donc tranquillement son but d'avance et se procure quelques occasions discrètes par Muntari (Pavarini intervient et met en corner), puis par Balotelli (cachou hors cadre). Donadoni, impuissant sur son banc de touche, tente de donner une secousse en faisant entrer Ninis, le Grec, et Belfodil, étrangement laissé sur le banc pendant 70 minutes. Mais les entrées des deux joueurs offensifs ne changent rien à la physionomie de la partie. Milan domine, mais ne parvient pas à se mettre à l'abri dans le jeu. Alors, si ce n'est pas dans le jeu, ce sera sur coup de pied arrêté.

Supermario, après avoir fait comprendre à Niang que c'était lui le patron, se charge d'un coup franc aux 20 mètres : trajectoire parfaite, au-dessus du mur, et 2-0 pour les locaux. Milan fait le break et assoit ainsi son succès. Désormais libérés, les Rossoneri jouent sans complexe, et Montolivo est tout proche d'inscrire le troisième but d'une belle frappe. On en reste là ? Non. Parme va réduire l'écart dans les arrêts de jeu. Bah ouais, pourquoi se mettre à jouer avant, hein ? Le but est inscrit par Sansone, supporter revendiqué du Milan AC. Un but qui ne change pas grand-chose. Milan s'impose 2-1, et rejoint provisoirement la Lazio à la troisième position. Façon idéale de préparer dix jours de feu, où les Rossoneri vont affronter tour à tour le Barça, l'Inter lors du derby et la Lazio. Ils voulaient des tests grandeur nature ? En voilà.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 13 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 15 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6