Un haut salaire avant tout

4 22
Pendant le mercato, il y a eu ceux qui sont partis pour jouer, et ceux qui auraient pu le faire, mais qui ont préféré rester sur le banc pour conserver leur salaire.

C'est le cas par exemple de Fabio Borini et de Tom Cleverley. Le premier, qui aurait pu quitter Liverpool pour les QPR, reste finalement à Anfield, explique le Guardian. Alors que les deux clubs avaient trouvé un accord, le transfert a échoué en raison des réticences du joueur relatives à son salaire. Borini aura donc un salaire qui le satisfait, mais il passera le plus clair de son temps sur le banc, Sturridge, Balotelli et Lambert étant les attaquants de premier choix des Reds. L'Italien s'est exprimé sur Twitter pour se défendre de son choix : < « i>Je suis TRÈS content d'avoir pris une décision aussi importante » , a-t-il déclaré.

Le cas de Cleverley est semblable : son transfert définitif de Manchester United à Aston Villa a également échoué pour des considérations financières. Le milieu de terrain passera finalement la saison à Villa, mais sous forme de prêt.

Pour certains, garder de hautes attentes salariales a un prix : celui du jeu. MC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Sans chercher aussi loin, c'est la principale raison du non départ de Cheyrou et Ayew, et du nombre d'années pour trouver un club pour Valbuena.
Note : 2
Et puis si Lambert se plante et que Balo fait du Balo, Borini devrait jouer quand même un peu.
Il y'a quelques jours un commentaire ici même avait parfaitement résumé ma pensée. Le poids des années m'a appris à relativise les choix de carrière de certains joueurs. Nous, passionnés que nous sommes, ne percevons ces choix que par le prisme de l'amour du foot, du jeu et de la possibilité de vivre de sa passion.

Mais c'est beaucoup plus complexe que ça. Ces joueurs (et je ne dis pas que c'est le cas en l'espèce) doivent bien souvent prendre des décisions en considération de pleins d'autres facteurs que nous, supporter, ne percevons pas. Ces facteurs peuvent être le fait d'avoir une vie familiale implantée dans la ville,des enfants scolarisés, des voisins sympas (oui oui) et un certain niveau de vie auquel on ne peut renoncer (quand on a habitué la petite à son cours de poney du mercredi c'est compliqué de lui dire qu'elle va devoir renoncer à ça et en tant que père on peut préférer voir sa fille heureuse tout simplement). Et le plus souvent ces joueurs sont la principale source de revenus de tout leur entourage (les conseillers en patrimoine, les agents, les cousins éloignés qui veulent s'acheter une Twingo).

Donc voilà c'est triste mais c'est comme ça footballeur c'est avant tout un métier pour certains et comment pourrait on leur en vouloir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 22