Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 22e journée
  3. // Lille/AS Monaco (0-1)

Un éclair de Berbatov suffit à Monaco

Un match fermé, presque soporifique. Voilà la manière dont les spectateurs et téléspectateurs caractériseront ce Lille – AS Monaco. Heureusement pour ces derniers, Berbatov a fait le boulot. Une tête et puis s'en va. Les joueurs du Rocher s'imposent (0-1) et peuvent fêter leur septième clean sheet.

Modififié

Lille - Monaco
(0-1)

D. Berbatov (56') pour Monaco.


Et de sept. Sept matchs sans prendre de but pour l'AS Monaco, et une série d'invincibilité qui atteint désormais les 701 minutes. Mieux, encore, les Monégasques décrochent aujourd'hui leur sixième succès lors des sept derniers matchs de L1. La victime du jour se nomme Lille. Comme d'habitude, pas de succès flamboyant, mais une bonne vieille victoire 1-0 des familles, grâce à un but de Dimitar Berbatov. D'ailleurs, les quatre dernières victoires de l'ASM en Ligue 1 ont été obtenues sur le score de 1-0 (face à Marseille, Metz, Nantes et donc Lille). Si le spectacle n'a une nouvelle fois pas franchement été au rendez-vous, Leonardo Jardim pourra au moins se féliciter de ramener trois points d'un déplacement pas toujours évident. Surtout, il pourra se féliciter de la folle remontée de son équipe au classement. Avant les matchs de 20h et du dimanche, Monaco pointe à la cinquième place, à un point de Saint-Étienne, et deux du PSG. Pourquoi faire compliqué, quand on peut juste gagner 1-0 ?

L'espoir avant la déception


En ce samedi après-midi, c'est dans une bonne humeur générale que débutait cette confrontation entre Lille et l'AS Monaco. Pourquoi ? Parce qu'Éric Abidal, maillot lillois sur le dos, était de sortie pour venir donner le coup d'envoi de la rencontre. Un joli moment apprécié par tout le stade Pierre-Mauroy. Coté football, on pouvait évidemment s'attendre à un match fermé et tendu. Pourtant, le début ne l'est pas. Mais seulement le début, hein. Oui, car les deux équipes ont décidé de jouer, en ces premières minutes de la partie. Chacun leur tour, Lillois et Monégasques placent accélérations et actions collectives pour faire mal à l'adversaire. Chacun avec leurs armes : Jardim avec sa star Berbatov, Dirar et la pépite belge Ferreira Carrasco, René Girard avec Nolan Roux et le jeune Kevin Koubemba, 21 ans et plein de talent devant.

Ce sont les soldats de l'ancien coach de Montpellier qui attaquent en premier, par l'intermédiaire de Koubemba et Beria. Comme pour dire qu'ils n'ont pas l'intention de chômer. Mais ce début « canon » ne dure que dix minutes. À peine. Les deux équipes calment alors le jeu, pour faire tourner derrière et au milieu de terrain. Oui, côté ASM, c'est bien la charnière Raggi – Wallace qui tripote le plus le cuir. Les coéquipiers de Mavuba, eux, attaquent plutôt par à-coups, et surtout par Koubemba. L'ancien d'Amiens, bien servi en retrait par Traoré, place une belle frappe au premier poteau, mais tombe sur un Subašić confiant (15e). Le problème, c'est que de la confiance, les deux équipes n'en manquent pas défensivement. Du coup, les offensives se font de plus en plus rares, et la rencontre tombe dans l'ennui. Et les tentatives de réveil lancées par Carrasco (25e), encore lui, ou Dirar (36e) avec un enroulé complètement raté n'y feront rien. 0-0 à la pause.

Un sursaut, une victoire


Au retour des acteurs sur le terrain, la situation ne semble pas avoir changé. Lille prend le ballon, veut faire tourner derrière. Jusqu'au moment où l'ASM se dit qu'il y a peut-être quelque chose à faire de cette partie, enfin. Leonardo Jardim demande alors du pressing. Il sera entendu par ses hommes. L'occasion pour Bernardo Silva de récupérer la gonfle avant de parfaitement décaler Moutinho, face au but. Une offrande que le Portugais s'empresse de gâcher, faisant décoller la balle bien trop haut pour attraper le cadre (47e). Pierre-Mauroy se met alors à trembler, car les tuniques blanches commencent à intensifier le rythme du match. Carrasco est en feu sur son côté gauche, enchaîne les gestes techniques et provoque des fautes. Comme à la 56e minute. Chahuté aux 35 mètres, le compatriote d'Eden Hazard se relève et brosse un coup franc sur le front de Dimitar Berbatov. Le Bulgare, seul dans la surface lilloise, ne se fait pas prier pour inscrire son 6e but de la saison avec les Rouge et Blanc. 1-0.

Les Lillois commencent alors à comprendre qu'il va falloir se bouger le gras pour avoir une quelconque chance de revenir au tableau d'affichage. Sous le regard noir de René Girard, les hommes en rouge mettent alors toutes leurs forces dans la bataille. Et croient au miracle à la 78e minute de jeu. Basa cale une tête précise prenant la direction du petit filet de Subašić. C'est alors que Sidibé ramène sa fraise et se dit qu'il a envie de marquer, vraiment. Sans réfléchir, le défenseur du LOSC oublie la règle du hors-jeu et coupe la trajectoire du ballon pour marquer plus vite : Fail. Le but est justement refusé et les espoirs d'égalisation avec. Oui, parce que les dix minutes restantes ne seront que la continuité de la première période lilloise : vide. Jardim lèvera les bras peu de temps après. Monaco peut renouer avec son ambition et repartir sereinement sur son Rocher.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Maxime Nadjarian
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25