Un derby de feu, un stade de Reims radieux

Cette seconde soirée de Ligue 1 ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices, et pourtant, même Toulouse/Bordeaux a fait rêver. On a eu la confirmation du talent de Cvitanich et Diabaté et on a en même temps découvert quelques joueurs intéressants : Nelson Oliveira, Mads Albaek ou encore Christian Brüls. On le murmure timidement, mais décidément, cette Ligue 1 new-look fait plaisir.

Modififié
11 21

Saint-Étienne / Guingamp (1-0)

Buts : Lemoine (52e) pour Saint-Étienne

Mieux préparés physiquement, les Verts partaient logiquement favoris dans leur Chaudron face au petit poucet Guingampais. Surfant actuellement sur une solide série de victoires en Coupe d'Europe comme en championnat, les Stéphanois accueillaient des Bretons prudents suite à leur douche froide initiale encaissée contre l'OM (1-3). La première période n'est cependant pas le festival offensif annoncé. Visiblement échaudés par leur premier quart d'heure en Ligue 1 la semaine dernière, les Bretons verrouillent en défense. La menace se précise au fil des minutes sur les buts de Samassa mais le tout manque encore gravement d'application et d'inventivité. Pour tout dire, on se fait clairement chier à Geoffroy-Guichard entre une formation stéphanoise largement dominatrice mais imprécise et une équipe guingampaise aussi sereine que recroquevillée. La première frappe n'arrive qu'à la demi-heure de jeu, par l'intermédiaire de Lemoine, mais elle est sans danger. Au retour des vestiaires, la seconde tentative du milieu des Verts sera plus concluante : il envoie un missile en pleine lucarne suite à une belle remise de Brandão aux 20 mètres. Saint-Étienne concrétise enfin sa supériorité. En dépit d'un dernier quart d'heure difficile, totalement dominé par un EAG retrouvé, les joueurs de Galtier tiennent bon, non sans se procurer de grosse frayeurs, comme sur cette reprise de la tête de Martins Pereira, à deux doigts d'égaliser à la dernière seconde. Mais rien n'y fait; la logique est respectée. Saint-Étienne enchaîne un deuxième succès, les Bretons, eux, restent scotchés.

Toulouse / Bordeaux (1-1)

Buts : Ben Basat (45e) pour Toulouse, Diabaté (43e) pour Bordeaux

Le très mésestimé derby de la Garonne a revêtu ce soir ses plus beaux atours. Si tout commence timidement, et que le spectateur inaverti pressent comme à son habitude un match lénifiant, la recontre prend feu suite à l'expulsion de Marc Planus, le tracteur girondin, à la 28e minute de jeu. Francis Gillot a beau s'énerver, le carton rouge est indiscutable et mérité. L'infériorité numérique ne décourage pas pour autant des Bordelais investis, qui se procurent une occasion très nette à la 35e minute par l'intermédiaire du prometteur Henri Saivet. Le match est plaisant, on sent que l'intrigue peut se décanter à tout moment. Malgré une légère domination toulousaine, c'est finalement Cheick 'Samuel Eto'o' Diabaté qui ouvre le score avec sang-froid, suite à une erreur de placement de la défense toulousaine. Les hommes d'Alain Casanova ont néanmoins le mérite de réagir dans la foulée : Ben Basat égalise juste avant le retour aux vestiaires malgré un premier bon réflexe de Cédric Carrasso, encore excellent ce soir. La seconde période se résume pratiquement à un festival du gardien international, qui annihile une à une les tentatives toulousaines. Blasé par des Girondins solidaires et entreprenants, le TFC concède finalement le match nul au Stadium et devra apprendre à se montrer plus ambitieux dans le jeu.

Nice / Rennes (2-1)

Buts : Cvitanich (20e) et Pied (50e) pour Nice / Oliveira (45e) pour Rennes

Le Stade du Ray était totalement vide, sous le coup d'un huis clos, mais cela n'a pas empêché les deux formations de livrer un spectacle plaisant. Dans cette atmosphère très particulière, les locaux, loin d'être désarçonnés, prennent d'entrée l'initiative. Particulièrement en vue, Christian Brüls se révèle en tant que véritable métronome de l'attaque des Aiglons, qui concrétisent enfin leur domination à la 20e minute suite à un joli but du désormais inévitable Cvitanich. Dominateurs dans le jeu comme au score, les Niçois se montrent entreprenants et les occasions s'enchaînent. Cvitanich manque de peu de doubler la mise à la 41e minute mais sa tentative touche le poteau. Acculé et sous pression, Rennes profite pourtant d'un instant d'inattention juste avant la mi-temps pour égaliser au meilleur moment grâce à Nelson Oliveira, son prometteur buteur portugais, qui se dépucèle en Ligue 1. Cette triste nouvelle ne démobilise pas pour autant les Aiglons, qui repartent au charbon en seconde période. À la 50e minute, l'ancien Lyonnais Jérémy Pied prouve qu'il ne les a pas totalement carrés en chipant la balle dans les pattes de l'inénarrable Jebbour avant de tranquillement ajuster Costil. C'est le deuxième cadeau du Stade rennais, qui souffrira en plus de l'expulsion de Pajot, moins en vue qu'il y a une semaine. À l'issue d'une rencontre vivante dans une ambiance mortuaire, Nice décroche une première victoire logique et méritée. De quoi oublier la fessée de Gerland et repartir de l'avant.

Reims / Lille (2-1)

Buts : Albaek (8e) et Glombard (66e) pour Reims / Basa (88e) pour Lille

Après sa désillusion de la première journée face à Rennes, Reims se devait de réagir à Auguste-Delaune. La mission s'annonçait pourtant compliquée face à des Lillois vainqueurs d'entrée contre Lorient, qui s'avançaient avec le costume de patron. Les Dogues de René Girard sont pourtant rapidement cueillis à froid par un premier but du très bon milieu danois Mads Albaek. Surpris, le LOSC tente alors de revenir dans la rencontre et court après le score. Malgré une bonne volonté évidente, la domination globale reste inefficace. À mi-chemin entre Barack Obama et Guillaume Hoarau, Rodelin s'illustre par quelques actions dangereuses, mais ce sont bien les Rémois, pourtant attentistes, qui se créent les meilleures occasions du premier acte, entre la barre du remarqué Prince Oniangue et une frappe bien roulée d'Eliran Atar, l'attaquant israélien. Au retour des vestiaires, les locaux attendent toujours les visiteurs dans leur camp. La tactique d'Hubert Fournier fonctionne à merveille puisque Glombart signe un but extraordinaire à la 66e minute. Après un bon relais de Gaétan Courtet, qui lui remet un caviar sur une aile de pigeon, il fusille Enyeama d'une frappe en force. Auguste Delaune s'enflamme, René René Girard nage en plein drame. La réduction du score tardive de Marco Basa, sur un joli piqué, ne gâchera pas la fête de Rémois aussi opportunistes que bien organisés. Ce soir, le champagne va péter.

Bastia / Valenciennes (2-0)

Buts : Bruno (76e) et Ba (78e) pour Bastia

Triste spectacle à Furiani. À défaut d'être servis en occasions franches, les spectateurs ont été saoulés de coups. Entre deux accrochages, on remarque une équipe de Bastia aussi conquérante qu'inoffensive, qui a du mal à créer les décalages. Valenciennes, plus appliqué tactiquement, mise davantage sur les contres et les ballons en profondeur. À l'heure de jeu, les choses s'animent un peu, avec une tête dangereuse de l'immanquable Grégory Pujol mais ce sont bien les Bastiais qui ouvrent le score à la 75e minute, par l'intermédiaire de Bruno. Deux minutes après, les Corses inscrivent le but du KO, suite à un beau crochet de Sambou Yatabaré qui met dans le vent deux défenseurs nordistes avant de centrer magnifiquement pour la tête du jeune Adama Ba, fraîchement entré en jeu. 2-0, Valenciennes est sonné et ne reviendra plus. Guerrier, le Sporting club Bastia gagne ce combat à l'arrachée, à la limite de la légalité. Vu le faible niveau de jeu et son manque d'idées, le maintien s'annonce néanmoins corsé.

Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Place-Rihour Niveau : District
Le champagne plus fort que la biere du nord
NELSON OLIVEIRAAA !!!!!!!
Il va éblouir la Ligue 1 de son talent :)
bastia-valenciennes vraiment trés saignant.
certains tacles était d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre.
Mou-rinho Niveau : CFA
Saint-Etiene = 1 tirs cadrés, 1 buts si ça c'est pas du réalisme.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Si le SCB nous refait une saison de bouchers comme à la grande époque d'Antonetti, j'en connais beaucoup qui vont adorer (including me).
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
ca fait un joli pluriel pour une si singulière idée...
Bon, je suis pas un Bernard Pivot hein mais par contre je suis un ancien Rémois. Et pas du tout Reimois, ça existe pas ça.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par 2yemklubapanam
ca fait un joli pluriel pour une si singulière idée...


Je ne sais pas si ça s'adresse à mon commentaire.

Si c'est le cas, je dirais que tu as sans doute l'impression que ta phrase est pleine d'esprit, et c'est tant mieux pour toi.
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
non
c'etait pour cette phrase = 4 fotes
Saint-Etiene = 1 tirs cadrés, 1 buts si ça c'est pas du réalisme.
on a tous nos moments de faiblesse mais celle là est à mettre sous cadre
Bon un jour faudrait quand même que les journalistes arrêtent d'inventer des derbys partout pour créer du faux suspense: 240km et deux départements différends ce n'est pas un derby!!
Lilian_Laglande Niveau : District
Il est où votre derby?
Et Nantes - Saint-Etienne, ça va être le derby de la Loire? Le Loirico?

Ca s'arrange pas, les journaleux.
Pas un mot sur l'exclusion de Girard dès son deuxième match avec le losc?
Bon apparemment c'est fils de Girard qui s'est fait expulser...
Message posté par oursmo2
Bon un jour faudrait quand même que les journalistes arrêtent d'inventer des derbys partout pour créer du faux suspense: 240km et deux départements différends ce n'est pas un derby!!


Bordeaux et Toulouse sont les deux seules équipes de foot de L1 et L2 confondues du quart sud-ouest de la France. Si t'es du 64, des Landes, des Hautes-Pyrénées, de Lot-et-Garonne, du Lot ou du Tarn, t'as pas un grand choix d'équipes proches de chez toi à supporter !

Sinon t'as du Luzenac ( Ariège ) et Colomiers ( Haute-Garonne ) en National. Du rêve.

4 équipes du sud-ouest sur les 58 présentes dans les 3 premières divisions françaises. Ca fait pas lourd.

( Si vous ne l'avez pas encore deviné, j'habite dans le sud-ouest ).
"Ben Basat égalise juste avant le retour des vestiaires"

C'est sûr que c'est plus facile de marquer quand y a personne sur le terrain...

PS: les gars faudra aussi mettre à jour le logo du PSG pour la validation des coms...
Ostap Bender Niveau : District
Sinon, le "Hollandais volant" Luigi Bruins n'a pas joué.
roctovirso Niveau : CFA2
On la joue à la marseillaise, version 12/13, à Sainté.
Plus sérieusement, Corgnet sur le côté ça le fait pas, Cohade arrivera mieux à se décaler.
Sinon, super pour Lemoine, beau but à la maison, c'est bien pour papy.
Message posté par Estrella
NELSON OLIVEIRAAA !!!!!!!
Il va éblouir la Ligue 1 de son talent :)


Oui,c'est un très bon joueur, il va nous faire du bien (son but est magnifique).
Par contre,si on continue à faire des erreurs défensives aussi grossières, ça ne va pas servir à grand-chose...
c plutôt Perrin le capito a sainté non?
En total désaccord sur le compte-rendu de Bastia-Valenciennes.
- Sur la prétendue dureté du jeu : présent à Furiani hier soir, je n'ai pas été saoulé de coups : j'ai vu un match engagé de part et d'autre. Supporter bastiais de longue date, j'ai connu (et, je le confesse, aimé) "le vrai jeu dur"; et j'affirme qu'on est ici loin du compte. S'il est vrai que Yatabaré et Diakhité "mettent le pied" quand il le faut, que Cahuzac ou Palmieri et quelques autres savent "se faire respecter", on est à des années-lumières du jeu des Bianconi, Casanova, Rool, Szwieczerski (à un z ou un w près) -sans aller chercher les "hommes de devoir" qu'étaient Cazes ou Orlanducci... Ce football-là n'est plus, et ne sera plus... et je ne le regrette pas. En revanche, ce que je regrette, c'est que bien souvent le discours journalistique n'ait pas évolué en même temps.
- Sur la faiblesse supposée du niveau : certes, à la différence de celui qui rédige l'article, j'étais au stade, donc je n'ai pas vu les images tv des autres matches : je ne permettrai donc pas de douter du très haut niveau du football pratiqué à Reims, Toulouse et sur les autres stades au regard de la rencontre à laquelle j'ai assisté hier soir (ça fait beaucoup de métamorphoses en un mois te demi d'intersaison, mais bon pourquoi pas). Mais si on veut être un tout petit peu sérieux, on relèvera que Bastia aligne une équipe profondément remaniée à l'intersaison, qui construit peu à peu ses automatismes : certes en attendant, il y a pas mal de jeu direct et de déchet dans les transmissions, mais peut-être quelques-uns ici concèderont que F. Hantz est un entraîneur qui bâtit des équipes "joueuses" : laissons-les travailler encore un peu, et reconnaissons-leur déjà un certain mérite, car ils ont montré quelques belles choses. Quant à Valenciennes, bien en place mais encore en rodage eux aussi, ils auraient aussi bien pu l'emporter car ils ont produit un match sérieux. Pas si mal, comme match, au final : j'ai souvent vu pire non seulement à Furiani mais aussi de la part d'équipes plus "cotées"...
- Sur l'objectif du maintien, plus "corsé" (pas de raison qu'on échappe à ce jeu de mot au vu -je vais me gêner !- du niveau de l'analyse...) cette année que l'an passé, ce sera peut-être vrai, mais rien de ce que l'on a vu n'autorise à l'affirmer ainsi : comparer d'une saison à l'autre suppose des points de repère objectifs, et l'an dernier pour son premier match à domicile, Bastia arrachait une victoire encore plus laborieuse contre un Reims longtemps dominateur et en infériorité numérique... quant aux carences individuelles et collectives entrevues, elles étaient autrement préoccupantes !
Bien d'autre choses, infiniment plus pertinentes, auraient pu être dites : pour l'ambiance (ou le "contexte", comme on aime dire dans une certaine presse), la beauté du tifo d'avant match, le stade à guichets fermés, l'accueil chaleureux (ça vous la coupe, hein ? Ah non on vous a pas dit !) réservé au récemment transféré Magno Novaes (nouveau gardien remplaçant de VA, ému aux larmes, qui a poursuivi son échauffement avec l'écharpe de Bastia), la présence d'une dizaine de supporters valenciennois (ils ont échangé des écharpes et causé avec des indigènes ? pas de heurts ? pas intéressant !), le soutien et les chants d'un public fervent qui fait peut-être basculer ce match incertain; pour le football les progrès réalisés par Bastia depuis le premier match (ah ouais mais pour ça faut suivre les clubs dont on parle !), la bonne opposition proposée par une solide équipe de Valenciennes et qui aurait pu être mieux récompensée, l'arbitrage intelligent de M. Bastien dans les quelques épisodes (un peu) virils...
Tout cela aurait en outre illustré le propos initial sur une Ligue 1 "qui fait plaisir". Mais pour dire tout cela, il faut savoir regarder objectivement et surmonter les poncifs éculés et les a-priori tenaces -même chez So foot (ça me coûte de le dire : du reste, sur l'Equipe ou autres, je ne poste même pas). Je sais qu'il doit être difficile de faire des papiers pertinents en regardant sur Bein des matches pour lesquels la chaine fournit un commentaire en studio vaguement appuyé par un "homme de terrain" sur le bord de la pelouse... mais cela doit inviter à une plus grande humilité dans le jugement et une plus grande mesure dans le propos. Désolé d'avoir à le dire ainsi, mais le triste spectacle, c'est celui de ce compte-rendu.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
SOS Ligue 2 lance sa saison
11 21