Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Un derby de feu, un stade de Reims radieux

Cette seconde soirée de Ligue 1 ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices, et pourtant, même Toulouse/Bordeaux a fait rêver. On a eu la confirmation du talent de Cvitanich et Diabaté et on a en même temps découvert quelques joueurs intéressants : Nelson Oliveira, Mads Albaek ou encore Christian Brüls. On le murmure timidement, mais décidément, cette Ligue 1 new-look fait plaisir.

Modififié

Saint-Étienne / Guingamp (1-0)

Buts : Lemoine (52e) pour Saint-Étienne

Mieux préparés physiquement, les Verts partaient logiquement favoris dans leur Chaudron face au petit poucet Guingampais. Surfant actuellement sur une solide série de victoires en Coupe d'Europe comme en championnat, les Stéphanois accueillaient des Bretons prudents suite à leur douche froide initiale encaissée contre l'OM (1-3). La première période n'est cependant pas le festival offensif annoncé. Visiblement échaudés par leur premier quart d'heure en Ligue 1 la semaine dernière, les Bretons verrouillent en défense. La menace se précise au fil des minutes sur les buts de Samassa mais le tout manque encore gravement d'application et d'inventivité. Pour tout dire, on se fait clairement chier à Geoffroy-Guichard entre une formation stéphanoise largement dominatrice mais imprécise et une équipe guingampaise aussi sereine que recroquevillée. La première frappe n'arrive qu'à la demi-heure de jeu, par l'intermédiaire de Lemoine, mais elle est sans danger. Au retour des vestiaires, la seconde tentative du milieu des Verts sera plus concluante : il envoie un missile en pleine lucarne suite à une belle remise de Brandão aux 20 mètres. Saint-Étienne concrétise enfin sa supériorité. En dépit d'un dernier quart d'heure difficile, totalement dominé par un EAG retrouvé, les joueurs de Galtier tiennent bon, non sans se procurer de grosse frayeurs, comme sur cette reprise de la tête de Martins Pereira, à deux doigts d'égaliser à la dernière seconde. Mais rien n'y fait; la logique est respectée. Saint-Étienne enchaîne un deuxième succès, les Bretons, eux, restent scotchés.

Toulouse / Bordeaux (1-1)

Buts : Ben Basat (45e) pour Toulouse, Diabaté (43e) pour Bordeaux

Le très mésestimé derby de la Garonne a revêtu ce soir ses plus beaux atours. Si tout commence timidement, et que le spectateur inaverti pressent comme à son habitude un match lénifiant, la recontre prend feu suite à l'expulsion de Marc Planus, le tracteur girondin, à la 28e minute de jeu. Francis Gillot a beau s'énerver, le carton rouge est indiscutable et mérité. L'infériorité numérique ne décourage pas pour autant des Bordelais investis, qui se procurent une occasion très nette à la 35e minute par l'intermédiaire du prometteur Henri Saivet. Le match est plaisant, on sent que l'intrigue peut se décanter à tout moment. Malgré une légère domination toulousaine, c'est finalement Cheick 'Samuel Eto'o' Diabaté qui ouvre le score avec sang-froid, suite à une erreur de placement de la défense toulousaine. Les hommes d'Alain Casanova ont néanmoins le mérite de réagir dans la foulée : Ben Basat égalise juste avant le retour aux vestiaires malgré un premier bon réflexe de Cédric Carrasso, encore excellent ce soir. La seconde période se résume pratiquement à un festival du gardien international, qui annihile une à une les tentatives toulousaines. Blasé par des Girondins solidaires et entreprenants, le TFC concède finalement le match nul au Stadium et devra apprendre à se montrer plus ambitieux dans le jeu.

Nice / Rennes (2-1)

Buts : Cvitanich (20e) et Pied (50e) pour Nice / Oliveira (45e) pour Rennes

Le Stade du Ray était totalement vide, sous le coup d'un huis clos, mais cela n'a pas empêché les deux formations de livrer un spectacle plaisant. Dans cette atmosphère très particulière, les locaux, loin d'être désarçonnés, prennent d'entrée l'initiative. Particulièrement en vue, Christian Brüls se révèle en tant que véritable métronome de l'attaque des Aiglons, qui concrétisent enfin leur domination à la 20e minute suite à un joli but du désormais inévitable Cvitanich. Dominateurs dans le jeu comme au score, les Niçois se montrent entreprenants et les occasions s'enchaînent. Cvitanich manque de peu de doubler la mise à la 41e minute mais sa tentative touche le poteau. Acculé et sous pression, Rennes profite pourtant d'un instant d'inattention juste avant la mi-temps pour égaliser au meilleur moment grâce à Nelson Oliveira, son prometteur buteur portugais, qui se dépucèle en Ligue 1. Cette triste nouvelle ne démobilise pas pour autant les Aiglons, qui repartent au charbon en seconde période. À la 50e minute, l'ancien Lyonnais Jérémy Pied prouve qu'il ne les a pas totalement carrés en chipant la balle dans les pattes de l'inénarrable Jebbour avant de tranquillement ajuster Costil. C'est le deuxième cadeau du Stade rennais, qui souffrira en plus de l'expulsion de Pajot, moins en vue qu'il y a une semaine. À l'issue d'une rencontre vivante dans une ambiance mortuaire, Nice décroche une première victoire logique et méritée. De quoi oublier la fessée de Gerland et repartir de l'avant.

Reims / Lille (2-1)

Buts : Albaek (8e) et Glombard (66e) pour Reims / Basa (88e) pour Lille

Après sa désillusion de la première journée face à Rennes, Reims se devait de réagir à Auguste-Delaune. La mission s'annonçait pourtant compliquée face à des Lillois vainqueurs d'entrée contre Lorient, qui s'avançaient avec le costume de patron. Les Dogues de René Girard sont pourtant rapidement cueillis à froid par un premier but du très bon milieu danois Mads Albaek. Surpris, le LOSC tente alors de revenir dans la rencontre et court après le score. Malgré une bonne volonté évidente, la domination globale reste inefficace. À mi-chemin entre Barack Obama et Guillaume Hoarau, Rodelin s'illustre par quelques actions dangereuses, mais ce sont bien les Rémois, pourtant attentistes, qui se créent les meilleures occasions du premier acte, entre la barre du remarqué Prince Oniangue et une frappe bien roulée d'Eliran Atar, l'attaquant israélien. Au retour des vestiaires, les locaux attendent toujours les visiteurs dans leur camp. La tactique d'Hubert Fournier fonctionne à merveille puisque Glombart signe un but extraordinaire à la 66e minute. Après un bon relais de Gaétan Courtet, qui lui remet un caviar sur une aile de pigeon, il fusille Enyeama d'une frappe en force. Auguste Delaune s'enflamme, René René Girard nage en plein drame. La réduction du score tardive de Marco Basa, sur un joli piqué, ne gâchera pas la fête de Rémois aussi opportunistes que bien organisés. Ce soir, le champagne va péter.

Bastia / Valenciennes (2-0)

Buts : Bruno (76e) et Ba (78e) pour Bastia

Triste spectacle à Furiani. À défaut d'être servis en occasions franches, les spectateurs ont été saoulés de coups. Entre deux accrochages, on remarque une équipe de Bastia aussi conquérante qu'inoffensive, qui a du mal à créer les décalages. Valenciennes, plus appliqué tactiquement, mise davantage sur les contres et les ballons en profondeur. À l'heure de jeu, les choses s'animent un peu, avec une tête dangereuse de l'immanquable Grégory Pujol mais ce sont bien les Bastiais qui ouvrent le score à la 75e minute, par l'intermédiaire de Bruno. Deux minutes après, les Corses inscrivent le but du KO, suite à un beau crochet de Sambou Yatabaré qui met dans le vent deux défenseurs nordistes avant de centrer magnifiquement pour la tête du jeune Adama Ba, fraîchement entré en jeu. 2-0, Valenciennes est sonné et ne reviendra plus. Guerrier, le Sporting club Bastia gagne ce combat à l'arrachée, à la limite de la légalité. Vu le faible niveau de jeu et son manque d'idées, le maintien s'annonce néanmoins corsé.

Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
SOS Ligue 2 lance sa saison