1. // Europa Ligue
  2. // Atletico/Liverpool

Un demi pour éviter la gueule de bois

Le 6e de Premier League face au 10e de Liga. Non cette demi-finale aller d'Europa Ligue ce soir n'oppose pas Everton à Getafe. Mais bien deux poids lourds du football européen en perdition cette saison et qui n'ont plus que la sœur bâtarde de la Ligue des Champions pour ne pas sombrer. Bienvenue pour le match de la peur entre le FC Liverpool et l'Atletico Madrid.

Modififié
0 0
Le fameux rouge de Liverpool. Celui qui fait rêver le kop d'Anfield, qui a fait pleurer des dizaines de milliers de fans après les victoires sur la scène européenne en 2001 et 2005, qui fait baisser les yeux des adversaires des Reds. En 2009-2010, la formation de la Mersey n'a jamais aussi bien porté sa couleur fétiche. Rouge comme les comptes du club. Plus de 300 millions d'euros de dettes qui seront en partie épongées par la Barclays, alléchée par les futures retombées du projet de stade. Rouge comme les colères de Rafael Benitez suite aux piètres performances de ses troupes, à commencer par celles de ses joueurs cadres comme Steven Gerrard. Rouge comme le carton qu'on peut adresser à la saison de Liverpool. Définitivement décrochés dans la lutte à la 4e place synonyme de tour préliminaire de Ligue des Champions, les Reds en sont désormais à batailler pour préserver leur 6e place, talonnés par Aston Villa. Aux dix défaites en championnat, il faut rajouter une sortie de piste humiliante en phase de poule de la Champion's, dominé par la Fiorentina et Lyon. Enfin, rouge comme la croix qui surplombe l'infirmerie et la perte de Fernando Torres, out au moins jusqu'au Mondial et opéré du genou droit dimanche dernier. « El Niño » manquera donc les retrouvailles avec son club formateur. On arrête là ce coloriage couleur sang de l'année des Scousers.

Allez on passe au matraquage en règle de l'Atletico Madrid. Dire que les Matelassiers se sont endormis cette saison est un doux euphémisme. Candidat déclaré au podium final, les Colchoneros ont pris un retard considérable au démarrage et ont traversé la première moitié de championnat en flirtant dangereusement avec la zone de relégation. Sans compter une campagne européenne proche du néant avec aucune victoire, malgré la présence de l'Apoel Nicosie dans leur groupe. Depuis janvier, les spectateurs de Vicente Calderon, qui accueille ce soir la rencontre, ont pu sécher un peu leurs larmes. Remonté à la 10e place en Liga, l'Atletico est sauvé et a réussi un beau parcours en Coupe du Roi où il défiera le FC Séville en finale le 26 mai prochain. Avec l'espoir de décrocher enfin un trophée qui les fuit depuis le doublé Coupe-Championnat en 1996.

Madrid, roi des nuls

Dur de vérifier cette statistique mais il est probable que les Madrilènes soient proches de détenir un record. Reversé en 16e de finale de cette Europa Ligue, l'Atletico a successivement éliminé Galatasaray, le Sporting Portugal et Valence pour atteindre le dernier carré. Soit six matches dont cinq... nuls (et un succès 2-1 sur les Turcs). Madrid s'est toujours démerdé pour marquer des buts à l'extérieur et verrouiller à domicile. Ce n'est pourtant pas la force de frappe qui manque avec un quatuor offensif Forlan-Agüero (suspendu ce soir) -Simao-Reyes qui a de la gueule.

Quant à Liverpool, le club n'est passé finalement qu'une seule fois à travers lors de ses six rencontres dans cette compétition. C'était à Lille où un coup-franc d'Eden Hazard avait permis au LOSC de croire à une possible qualification pour les quarts de finale. Mais au retour, les Reds avaient plié l'affaire 3-0. Après les Roumains d'Urziceni en 16e et donc Lille en 8e, Liverpool retrouvait Benfica. Les tombeurs de l'OM au tour précédent l'emportent 2-1 à Lisbonne en ne méritant absolument pas la victoire. Au retour, Anfield vibre avec un probant succès 4-1.

Alors qui pour une place en finale dans la HSN Nordbank Arena de Hambourg le 12 mai ? Une défaite et l'Atletico continue d'entretenir sa réputation de loser et de s'enfoncer un peu plus dans l'ombre du Real. Une défaite et l'effectif de Liverpool risque d'exploser cet été. Enfin, il paraît que les Reds ne marcheront jamais seuls. Même pendant une longue traversée du désert ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0